Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Les fleurs du mal : texte intégral des éditions de 1857 et 1861 : nouveau bac

de Charles Baudelaire , date de sortie le 22 mai 2019
Les Fleurs du Mal

Baudelaire

Avec Les Fleurs du Mal, Baudelaire nous invite à entrer dans un univers personnel bouleversant car il révèle et met au jour ce qui nous habite ou no... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le vendredi 29 mai 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Les Fleurs du Mal

Baudelaire

Avec Les Fleurs du Mal, Baudelaire nous invite à entrer dans un univers personnel bouleversant car il révèle et met au jour ce qui nous habite ou nous hante. On y rencontre des personnages fascinants et inquiétants, des réalités sublimes et des choses abominables, on y est mené « tantôt très haut » et « tantôt très bas », on y passe par toutes les émotions les plus intenses qu'il soit possible d'éprouver : la haine et l'amour, la joie et la dépression mélancolique, l'exaltation de l'idéal et l'accablement du Spleen. La lecture de ce « maudit livre » est une véritable aventure, une expérience intérieure, un drame en cinq actes qui commence par une naissance et finit par la mort.

. Le texte intégral annoté des éditions de 1857 et 1861
. Un questionnaire bilan de première lecture
. Des questionnaires d'analyse de l'oeuvre
. Quatre corpus accompagnés de questions d'observation et de travaux d'écriture
. Un aperçu du genre de l'oeuvre et sa place dans l'histoire littéraire
. Un dossier « Spécial bac » proposant un groupement de textes et des sujets d écrit sur le parcours : Alchimie poétique : la boue et l'or.

Caractéristiques

Titre Les fleurs du mal : texte intégral des éditions de 1857 et 1861 : nouveau bac
Date de parution 22 mai 2019
Nombre de pages 316 pages
Dimensions 18,00 cm x 13,00 cm
Poids 315 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-01-706465-7 - 9782017064657

5/5

Nastasia-B

Le 06/11/2012

" Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là " écrivait Victor Hugo. Pourtant non Victor, non, excusez-moi de vous contredire, mais non, s'il n'en restait qu'un, ce ne serait pas vous, Victor, mais lui, LUI, cet immense, ce douloureux, cet esthète sans fin, celui qui parle aux étoiles, aux nébuleuses, aux puits abandonnés, aux larmes sur mes mains et les connaît par leur prénom, celui qui porte plus haut que quiconque les flammes de la poésie française, ce serait lui, assurément. Lui, ô lui que j'eusse aimé, lui qui le savait... Mais rassurez-vous Victor, ce n'est là que mon avis, un tout petit avis, sec et rabougri comme un bouquet de soucis, coupé jadis, jamais offert, autant dire, pas grand-chose.