Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Le parti pris des choses

de Francis Ponge , date de sortie le 17 novembre 2011
Francis Ponge pose un regard neuf
sur le monde qui nous entoure.
Il nous invite à redécouvrir,
à travers trente-deux poèmes
en prose, les choses
les plus banales : ... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le mardi 21 janvier 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Francis Ponge pose un regard neuf
sur le monde qui nous entoure.
Il nous invite à redécouvrir,
à travers trente-deux poèmes
en prose, les choses
les plus banales : le galet,
le pain, la bougie, l'orange.
Utilisant avec virtuosité
toutes les ressources
du langage, le poète célèbre
la nature et nous donne
avec humour une belle leçon
d'humilité.

Caractéristiques

Titre Le parti pris des choses
Auteur Francis Ponge
Collection Classicolycée
Editeur Belin
Date de parution 17 novembre 2011
Nombre de pages 139 pages
Dimensions 18,00 cm x 13,00 cm
Poids 138 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-7011-5630-9 - 9782701156309

4/5

Bobby_The_Rasta_Lama

Le 08/07/2018

Tiens, tiens - un petit livre de textes poétiques qui font l'apologie de choses ordinaires ! ... telle était ma première réaction quand je suis tombée sur "Le parti pris des choses" en glanant sur l'un de ces vide-greniers du printemps. Je ne connaissais pas Ponge, mais j'ai bien aimé le "Balai" de Gaston Chaissac sur la couverture; je me disais que leur démarche d'artiste devrait être identique - prendre un petit objet du quotidien, de le contempler sous toutes les coutures, et d'y ajouter cette touche personnelle qui le transforme en Art. Bien sympathique, que tout cela - mais je dois avouer que j'avais le plus grand mal de laisser couler mon esprit avec la "poésie" de Ponge, parfois jusqu'à la migraine.... car l'esprit bute ! Il bute sur l'étymologie pongienne élevée vers les les sphères poétiques - le même mot change de sens dans un but artistique précis qu'on a du mal à saisir par nous mêmes, si on n'est pas un fin lettré, voire Littré. Les annotations sont fréquentes et utiles, mais elles cassent la fluidité de la lecture et donc, nécessairement, aussi l'immersion poétique... On a un certain plaisir de découvrir le cageot, l'escargot, le pain ou la pluie sous l'angle de cette narration, je dirais, "métamorphique", il y a les tournures qui frôlent le génie, et les autres qui sont tout simplement frustrantes, car on n'y comprend rien ! Etrangement, je ne peux pas dire que je ne l'ai pas aimé. Prenons, par exemple, cette phrase : " À mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie." - elle est ciselée comme un ciboire de Cellini ! Et on doit prendre une route déroutante pour apprécier le détournement d'une expression bien connue à sa fin. Cette "poésie sans lyrisme" a quelque chose d'intrigant; elle ne détourne pas le sens de mots d'une façon métaphorique, elle le suit à la lettre d'une façon scientifique - et le titre est bien choisi ! C'est un défi d'un poète de voir une chose ordinaire par un regard nouveau. Un peu comme quand on essaye de dessiner quelque chose qu'on pense connaître par coeur. Tout ce qu'on découvre encore ! Après une telle séance de dessin acharné (parfois aussi frustrante que la lecture de textes pongiens), vous dévoilez tous les "secrets" de votre objet, et vous ne le verrez plus jamais de la même façon qu'avant. Cette lecture était donc une belle expérience, même si Ponge, en ce qui me concerne, n'est pas Pound, ni même Poe...