Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Une nuit

de Xuan Thuan Trinh , date de sortie le 04 octobre 2017
Une nuit dans l'océan Pacifique, l'infini à portée de main. Du crépuscule à l'aube, l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan explore le cosmos et l'interroge. Depuis l'observatoire de Mauna Kea, à 4000 mètres... Lire la suite

Livraison estimée le mardi 25 août 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Une nuit dans l'océan Pacifique, l'infini à portée de main. Du crépuscule à l'aube, l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan explore le cosmos et l'interroge. Depuis l'observatoire de Mauna Kea, à 4000 mètres d'altitude, il scrute le lointain, analyse les galaxies, remonte les milliards d'années pour trouver l'origine de l'univers, sonde l'énigme de la matière noire.

La langue est personnelle, le récit captivant. Regarder et comprendre mais aussi s'émerveiller, dire la beauté du monde et sa fragilité. Et rappeler, avec les poètes et les artistes, que la nuit est aussi le temps des peurs, du rêve, de l'amour.

Jamais aucun livre ne nous a invités à un tel voyage, après lequel, irrésistiblement, le regard se tourne vers les étoiles et leur infini mystère.

Caractéristiques

Titre Une nuit
Editeur l'Iconoclaste
Date de parution 04 octobre 2017
Nombre de pages 247 pages
Dimensions 22,00 cm x 15,00 cm
Poids 605 g
Support Broché
ISBN / EAN 979-10-95438-47-2 - 9791095438472

3,4/5

Fleitour

Le 19/10/2019

Parfois l'on dit que les étoiles sont visibles à midi. Je ne vois dans le ciel que du gris en ce 19 octobre, et pas une seule étoile. Mais où peut-on regarder les étoiles ? La nuit ! L’astrophysicien Trinh Xuan Thuan nous invite à un grand voyage dans la nuit des étoiles. Il me vient à l'esprit une petite phrase de Malo le 15 août 2018. Dans cette nuit où l'on pouvait accrocher les feux d'artifice de Carnac ou de Quiberon, il lança à la cantonade, cette étoile filante c'est mon petit frère, c'est Manoa qui vient de naître. Toutes les étoiles nous apparaissent après un voyage de milliers d'années-lumière, des étoiles si éloignées qu'elle appartiennent à l'un des systèmes solaires, parmi des centaines d'autres. Hallucinant. L'une des toutes premières observations faites par l'astrophysicien, la conduit à nous expliquer qu'il existe sur terre très peu d'espace neutre, indemnes de rayonnements artificiels, des lieux magiques qui ne reçoivent que ceux qui viennent d'autres planètes et d'autres systèmes solaires. Soyons concrets en France il y en a une dizaine de sites neutres, dans les hauts de Provence ou les Hautes-Pyrénées, ensuite, des trous de verdure éparpillés. D'où la création d'un centre d'observation des étoiles et de toutes les galaxies sur les îles d'Hawaï, un peu comme si nous avions choisi les îles Marquises de Polynésie. Le deuxième élément qui m'a fasciné, c'est la couleur du ciel, le bleu du ciel d'où vient-il ? La lumière bleue qui encercle la terre provient de la diffusion de la lumière solaire par les molécules d'air, sans atmosphère le ciel devient noir tout simplement. Il me semblait aussi intéressant et peut-être capital, d'exprimer le fait que les rayonnements, sont des manifestations de la matière, de l'énergie contenue dans la matière. L'énergie est libérée sous la forme d'ondes : certaines produisant de la couleur entre l'ultraviolet et l'infrarouge, d'autres du son, d'autres des rayonnements pour lesquelles les chercheurs ont donné des noms aussi ésotériques que alfa, gamma, ou delta. Tout cela pour mettre en évidence que nous sommes bombardés de rayonnements, dont nous ignorons et la nature et la portée. Observer les étoiles devient presque un jeu, d'une fascination incroyable, puisque de la connaissance et de l'observation des étoiles nous avons découvert que le monde vivant était parti d'une manifestation violente le Big Bang, et que la nature de la matière nous échappe au point que nous avons appelé cette matière, la matière noire. Un monde méconnu, Le Nôtre est constitué à plus de 30 % de matières totalement inconnues ! N'était-ce pas la meilleure façon de libérer l'observateur pour lui donner la possibilité de rêver, d'imaginer, de s'émerveiller. La grande qualité de l’astrophysicien Trinh Xuan Thuan, est d'avoir rassemblé une grande diversité de réflexions, alors en voici quelques-unes Tout pour la nuit c'est ma devise, il faut tout le temps songer à la nuit. Céline Voir un univers dans un grain de sable et un paradis dans une fleur sauvage, tenir l'infini dans la paume de la main et l'éternité dans une heure. William Blake Viens épaisse nuit, enveloppe toi des plus sombres fumées de l'enfer, que mon couteau pointu ne voit pas la blessure qu'il fait que le ciel ne vienne pas épier à travers la couverture des ténèbres pour me crier, " arrête ! Arrête !" Shakespeare. la nuit je mens je prends des trains à travers la plaine, la nuit je mens je m'en lave les mains, j'ai dans mes bottes des montagnes de questions où subsiste encore ton écho. Alain Bashung La nuit comme un vaste territoire que souvent j'aborde sous la forme des possibles, la nuit tout me devient possible. Et pourquoi pas ? Ce livre est un enchantement ;

Anis0206

Le 02/05/2018

Un excellent livre qui nous rapporte les merveilles et surtout la magnificence de la nuit et ce qu'elle nous offre comme spectacles magiques.

JulyF

Le 15/04/2018

Bouarf... Ce livre parle de nombreuses notions d'astrophysique, mais il reste au niveau de la presse destinée au grand public. Je n'y ai donc pas appris grand chose. Les passages "philosophiques" et les extraits littéraires agrémentent la lecture mais ne permettent pas de sauver de l'ennui général que j'y ai ressenti.

CBM

Le 31/01/2018

Moins de sciences, plus de poésie : même si cela fonctionne plutôt bien ensemble, ce n'est pas tout à fait ce que j'attends de Trinh Xuan Thuan. Personnellement, je préfère ses livres plus centrés sur la science (accessible à tous) tels que Désir d'infini ou Plénitude du vide.

Arthur409

Le 28/12/2017

Cette fois je ne vais pas rédiger une « critique » directe, mais procéder par comparaison avec l’ouvrage d’Hubert Reeves « Le banc du temps qui passe », que j’ai lu juste avant, les deux livres ayant paru chez leurs éditeurs respectifs à la fin de l’année 2017. Nous avons donc deux astrophysiciens, également vulgarisateurs talentueux, qui publient non pas la relation de découvertes scientifiques, mais plutôt leur réflexion personnelle sur leur métier et leur vision du monde et de la société humaine. Mais assez vite, les optiques divergent, non que ces deux auteurs ne soient pas d’accord, mais ils ne se focalisent pas sur les mêmes sujets. (C’est le moment d’utiliser des termes d’optique, puisqu’on parle d’astronomie…) Pour comparer les deux livres, c’est assez facile, car les deux auteurs ont structuré leur livre de façon comparable : Hubert Reeves nous livre ses pensées alors qu’il médite sur son banc, tandis que Trinh Xuan Thuan situe son récit dans le courant d’une nuit d’observation au Mauna Kea, sur l’île d’Hawaï. Curieusement, chacun d’eux place à la fin de son livre une table des matières détaillée, qui permet de repérer très vite les thèmes traités au fil des pages, et de s’y reporter pour, en quelque sorte, « picorer » dans l’ouvrage ce qui correspond à la préoccupation actuelle du lecteur. Assez logiquement, Hubert Reeves, assis sur son banc de Malicorne, contemple son jardin et parle beaucoup de nature terrestre, d’écologie et de biodiversité, alors que TXT (qu’il me pardonne cette abréviation de son nom, mais c’est ainsi que nous le désignons dans notre club d’astronomie…) observe le ciel, soit à l’œil nu, soit grâce aux caméras reliées au télescope, et la plupart des sujets abordés dans « Une Nuit » sont directement en lien avec les étoiles, les galaxies et les planètes. D’un chapitre à l’autre il nous fait découvrir ou redécouvrir le Système Solaire, le mécanisme des éclipses, les astéroïdes et les comètes, en arrivant peu à peu, à mesure que la nuit s’écoule, vers l’expansion de l’univers, le Big Bang et les diverses théories qui essaient de prévoir l’avenir du cosmos. Hubert Reeves prend pour sa part un peu de temps pour détailler la démarche scientifique en général, et l’humilité nécessaire à tout chercheur (« Il ne faut jamais sous-estimer la précarité de nos connaissances » - p. 278). Son analyse du mécanisme de la connaissance est passionnante et limpide. Fatalement chacun de nos astrophysiciens évoque les rapports entre physique et métaphysique, avec la question : y a-t-il une puissance, une volonté derrière les lois qui semblent gouverner l’Univers ? Si Reeves montre alors un agnosticisme tolérant, TXT opte plus franchement vers une réponse, sinon religieuse, du moins spiritualiste : « Si nous acceptons l’hypothèse d’un seul et unique univers, comment expliquer alors ce réglage si précis du cosmos ? Je fais le pari de l’existence d’un principe créateur pour ce réglage. » - p. 216 Enfin, ne négligeons pas la partie « artistique » : chaque auteur cite au long de son texte des œuvres d’art qui illustrent le propos. Pour Reeves on trouve essentiellement de la musique et de la philosophie, alors que TXT nous propose plutôt de la poésie et de la peinture, avec de plus quelques magnifiques photos astronomiques. En conclusion, loin d’opposer les deux livres, je pense plutôt qu’ils se complètent, et qu’il faut les laisser en permanence à portée de main, pour saisir de temps en temps une page de l’un ou de l’autre. Donc à ranger plutôt sur la table de nuit que dans la bibliothèque.