Prêt à feuilleter

L'île en noir et blanc

de Oliver Sacks , date de sortie le 02 octobre 1997
Fasciné par les îles depuis son enfance, Oliver Sacks part en exploration dans le Pacifique à la recherche de l'île des achromates : à Pingelap, comme à Pohnpei, une communauté d'insulaires ne... Lire la suite

Livraison estimée le mercredi 23 octobre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Fasciné par les îles depuis son enfance, Oliver Sacks part en exploration dans le Pacifique à la recherche de l'île des achromates : à Pingelap, comme à Pohnpei, une communauté d'insulaires ne perçoivent absolument aucune couleur, vivent dans un monde en noir et blanc, ne différenciant les objets que par leur luminosité. Quelles causes assigner à ce trouble ? Ainsi qu'à la paralysie totale dont est atteinte une large partie des habitants de l'île de Guam depuis des générations sans qu'on en connaisse la cause ? Parcourant la jungle, où poussent les cycas, ces plantes poisons venues de la nuit des temps, Sacks tente de percer le mystère de ces îles et de leurs maladies endémiques. Chaque personne rencontrée, aveugle aux couleurs ou atteinte de Parkinson, est un monde que la maladie ne détruit pas mais construit, révélant une façon d'être humain inédite, surprenante et émouvante.

A la fois carnet de voyage et detective story neurologique, ce livre s'interroge sur le mystère de ces îles et l'insolite complexité de la personne humaine : les unes ne sont-elles pas la métaphore de l'autre ?

Caractéristiques

Titre L'île en noir et blanc
Auteur Oliver Sacks
Traducteur Ghislain Chaufour
Editeur Seuil
Date de parution 02 octobre 1997
Nombre de pages 313 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 340 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-02-030629-8 - 9782020306294

3,7/5

proudwitch

Le 27/07/2018

Présenté comme un roman, un groupe de scientifiques se rend sur une île qui concentre un nombre important d'achromates. Peu d'actions dans ce roman plutôt des rencontres pour alimenter le côté «étude scientifique» du roman.

LouSalome

Le 21/11/2014

En temps que fan complète d'Oliver Sacks, je n'ai, comme d'habitude, que des éloges à propos de ce titre. Tout d'abord, il revient à un thème qui m'est très cher dans ces ouvrages : la neuro-antropologie. Ne cherchez pas cette science : c'est sa science plus que d'autre chose. Oliver Sacks part, avec son culot habituel, à la découverte des cas les plus spectaculaires de la neurologie moderne. Dans ce cas précis, il s'intéresse a deux formes particulières de maladie neurologique endémique, sur deux différentes iles du Pacifique. Dans l'une d'elle un pourcentage important d'individus ne voient qu'en noir et blanc (absence de cônes sur la rétine, ce qui a aussi pour conséquence une sur-sensiblité à la lumière et une acuité visuelle fortement réduite sur la fovéa, dans la vision centrale). Cette curieuse maladie a une origine directement génétique, mais son étonnante prévalence sur cette ile a façonné une partie de la société, originale, qui s'est développée sur l'île. Sur l'autre île, une maladie bien plus grave et de nature inconnue touche un nombre important de personnes adultes : une forme atypique de Parkinson, qui semble avoir des traits communs avec la Sclérose latérale amyotrophique. Une énigme médicale, la description majestueuse des îles et de leur végétation, parmi les plus primitives du monde, et une grande quantité d'anecdotes intrigantes ; tels sont les ingrédients de ce livre hors du commun.

iarsenea

Le 06/08/2014

Voici le livre qui m'a accompagnée lors de mon voyage dans le Pacifique. Mon amie me l'a prêté en me disant que sa mère avait pensé que j'aimerais le lire. Elle avait bien raison, car c'était le livre idéal pour continuer à rêver du Pacifique tout en m'y trouvant. Le livre est divisé entre quatre parties et raconte la visite de quatre îles isolées de la Micronésie et des Mariannes par l'auteur, un neurologue passionné. Dans la première partie, il raconte sa visite de Pingelap, une petite île du Pacifique où s'est développé une forme de daltonisme complet où les gens ne voient la vie que dans différentes nuances de gris. Si cette maladie existe partout dans le monde, ceux qu'on peut appeler «totally colorblind» sont extrêmement rares et ils se trouvent en quantité anormalement grande sur cette petite île. Oliver Sacks a donc fait des heures et des heures d'avion pour s'y rendre, dans le but d'en apprendre plus et de tenter d'aider la population. Il s'est ensuite rendu à Ponhpei, l'île principale de l'archipel, où se trouvent plusieurs natifs de Pingelap. Dans la troisième partie, que j'ai encore plus aimée, Oliver parle d'une autre île où s'est développé une maladie dégénérative mystérieuse ressemblant étrangement à la sclérose latérale amyotrophique. Presque toutes les familles de l'île sont touchées par cette maladie, le Lytigo-bodig, à divers degrés. Dans certains cas, les patients qui en souffrent ont des symptômes ressemblant au Parkinson, dans d'autres, ils deviennent complètement paralysés. L'origine de cette maladie demeure tout à fait inconnue. Plusieurs hypothèses ont été émises, la plus admise étant que les habitants mangent les fruits et les graines du cycas, un arbre commun sur l'île qui serait toxique s'il est mal apprêté. Dans la dernière partie, Oliver Sacks se rend sur une autre île sauvage où les cycas poussent en abondance, pour tenter d'en apprendre plus sur cet arbre. Non seulement Sacks est-il un neurologue et un voyageur accompli, mais il a d'autres intérêts qu'il nous partage tout au long du livre : la botanique et la plongée. Cela en fait un livre complet et passionnant, à mi-chemin entre la fiction et le documentaire. Le tout me fait fortement penser à du Bill Bryson, mais sans le côté humoristique (ce qui n'est pas défaut, je le précise). Une belle lecture qui m'a donné le goût de plonger dans le reste de l'œuvre d'Oliver Sacks.