Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Le soulier de satin

de Paul Claudel , date de sortie le 03 octobre 1997
Cette pièce immense par sa taille est aussi la somme du drame, de la poésie, de la pensée claudéliennes. D'autant que «Le soulier de satin» est aussi une autobiographie transposée,où le poète se... Lire la suite

Livraison estimée le mardi 10 novembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Cette pièce immense par sa taille est aussi la somme du drame, de la poésie, de la pensée claudéliennes. D'autant que «Le soulier de satin» est aussi une autobiographie transposée,où le poète se rejoue à lui-même la tragédie sans fin des amants séparés et pourtant inséparables.

Caractéristiques

Titre Le soulier de satin
Auteur Paul Claudel
Collection Folio théâtre
Editeur Gallimard
Date de parution 03 octobre 1997
Nombre de pages 551 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 302 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-07-039338-0 - 9782070393381

5/5

Bruidelo

Le 01/09/2019

Je sais, le mot est galvaudé, mais là que dire d’autre? «ÉNORME !» Et pas seulement parce que c’est un sacré challenge pour le metteur en scène: jouée, la pièce dure facilement une bonne dizaine d’heures. Comme le dit Olivier Py, on a l’impression que «C'est une oeuvre cosmogonique qui tente d'embrasser le monde». Dans Le Soulier de satin, Claudel rompt les digues, laisse les flots tourbillonnants de son imaginaire, de sa créativité, nous emporter, brassant lieux et personnages multiples, des plus poétiques, comme l’Ombre double, aux plus farcesques, comme les pédants; les registres les plus divers se mêlent, du drame mystique à l’humour distancié de l’exhibition des artifices théâtraux, voire à un comique burlesque. La composition, immense, foisonnante, entrelace de façon complexe plusieurs fils narratifs: les amours de Prouhèze et Rodrigue, que Claudel rapproche des amants stellaires de la légende chinoise qui «chaque année après de longues pérégrinations arrivent à s'affronter, sans jamais pouvoir se rejoindre, d'un côté et de l'autre de la Voie lactée»; le merveilleux chant, la mélodie joyeuse des amours de Doña Musique; l’énergie bouillonnante de la lumineuse fille de Prouhèze, Doña Sept-Épées, aussi déterminée à combattre qu’à aimer; l’histoire des conquêtes espagnoles qui entraînent les personnages aux quatre coins du monde... Mais c’est surtout l’originalité de la pièce, sa capacité à nous faire écarquiller les yeux et à nous plonger dans un étonnement rêveur qui impressionne. On se laisse porter par la beauté poétique du style, l’étrangeté envoûtante de son rythme, son côté mystérieux, par l’ampleur, la profondeur de l’univers si singulier, extrême, du Soulier de satin. Et on se dit qu’on y reviendra encore, parce que, comme le déclare l’annoncier au début de la pièce, «c’est ce que vous ne comprendrez pas qui est le plus beau», et ce mélange d’éblouissements et d’obscurité a un sacré goût de revenez-y.

myker

Le 01/12/2012

Polyphonie et drame intime : quand le silence est chargé de sons. Cette pièce est un formidable opéra tout en mouvement, couleurs et sensations, sur lequel l'angoisse et la souffrance de la séparation n'apparaissent qu'en ombre portée, dans des dialogues d'un lyrisme et d'une beauté inégalables. Par ces voix tissées d'où s'élève un chant fiévreux vers le créateur, c'est l'univers entier, dans toute sa diversité, qui est invoqué tout au long de ces quatre journées comme autant de moments et d'aspects de la vie, pour tourner autour de cette histoire très personnelle, qui est également un long apprentissage du silence et de l'acceptation. Une grande oeuvre.