Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La tempête

de William Shakespeare , date de sortie le 14 novembre 1997
Dans la dernière pièce de Shakespeare, un souverain, Prospéro, et sa fille, échouent sur une île lointaine. Prospéro, qui est magicien, triomphe de tous les périls, notamment grâce à Ariel, un esprit... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le vendredi 23 octobre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Dans la dernière pièce de Shakespeare, un souverain, Prospéro, et sa fille, échouent sur une île lointaine. Prospéro, qui est magicien, triomphe de tous les périls, notamment grâce à Ariel, un esprit ; mais cette féerie dramatique pose les plus graves questions.

Caractéristiques

Titre La tempête
Traducteur Yves Bonnefoy
Collection Folio théâtre
Editeur Gallimard
Date de parution 14 novembre 1997
Nombre de pages 400 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 200 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-07-040315-7 - 9782070403158

4/5

Nastasia-B

Le 06/02/2013

Une pièce superbe. Une écriture vive et belle, malgré les altérations subies par l’anglais depuis lors et l’outrage que constitue toute tentative de traduction, quelle qu’elle soit. Comment voulez-vous rendre en polonais, en laotien, en swahili, en hindi ou en piètre français des formules aussi sublimes que : « We are such stuff as dreams are made on ; and our little life is rounded with a sleep… » Pour vous en convaincre, essayez donc de traduire en anglais le fameux « À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». Vous obtenez des choses miteuses dans le genre : « Triumph without peril brings no glory » ou bien « In conquering without danger we triumph without glory. » ou bien alors l’indigent « To win without risk is to triumph without glory » ou encore l’horrible « If one beats without difficulty, one triumphs without glory ». Bref, des bredouillis insoutenables et incomparables en force et en beauté à l’original. (J’aurais pu choisir pour ma démonstration tout autre formule merveilleuse comme « Mais pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes » ou « Couvrez ce sein que je ne saurais voir ») Il ne faut pas espérer mieux en retour quand on s’immisce sur les terres anglophones, ou quelque terres que ce soit, d’ailleurs. Comme l’exprime si bien Umberto Eco, on ne peut s’efforcer que de dire « presque la même chose », avec tout l’abîme contenu dans le « presque ». Il nous faut donc nous contenter, nous autres francophones, de « presque » la même pièce, avec « presque » la même force et « presque » la même émotion. Il n’en demeure pas moins, même en français, une belle pièce, que l’on pourrait qualifier de tragi-comédie, un peu à la façon de Lope de Vega, d’aucuns disent également qu’il s’agit d’une romance. Peu importe la case dans laquelle on la glisse, l’important est ce qu’il y a dedans. Prospéro était, il y a des années de cela, le légitime duc de Milan. Il a été dépossédé de son titre par son frère Antonio avec la complicité du roi de Naples, Alonso. Échappant de peu à la mort, Prospéro et sa toute jeune fille Miranda échouent sur une île quasi déserte, à l’exception d’une sorcière et de son diable de rejeton Caliban. Durant de nombreuses années, avec ses quelques livres, au fond de sa grotte, Prospéro a le temps de s’adonner à son art des sciences occultes et acquiert même une certaine dextérité en matière de magie. Il a aussi le temps de voir grandir sa fille et de constater l’échec de sa tentative d’éducation du petit sauvage Caliban. Vient ensuite le moment où Prospéro, qui s’est rendu maître d’un certain nombre d’esprits en tout genre, décide de rentrer en possession de son bien, le duché de Milan. Pour se faire, il organise avec son esprit de main Ariel, le naufrage du bateau royal d’Alonso, lequel, avec toute sa suite s’était rendu au mariage de sa fille avec le roi de Tunis. Le fils du roi Alonso, Ferdinand, l’un des seuls à conserver un cœur pur est l’objet des soins de Prospéro, qui souhaite une union entre sa fille Miranda et lui… Complots, machiavélisme à tout crin émaillent cette histoire, mais aussi des scènes carrément burlesques, notamment sous la houlette de Stéphano, le sommelier ivrogne et de Trinculo, le bouffon d’Alonso. CQFD, ferments tragédiens + comédie = tragi-comédie. Et je dois reconnaître qu’elle est suffisamment riche pour donner lieu à de multiples interprétations. La première, et la plus classique, consiste à considérer chaque personnage un peu comme un symbole ou une allégorie d’un trait de la nature humaine avec ses multiples facettes, parfois noble, désintéressée et sublime, parfois fourbe, arriviste et pendable. On peut encore y voir une allégorie du colonialisme et de la nature féroce des rapports qu’entretiennent les autochtones et les colonisateurs. Mais on peut aussi, bien que je ne rejette en rien les autres interprétations, y voir un clin d’œil propre de William Shakespeare, dont on sait qu’il s’agit probablement de sa dernière pièce, suite à son choix de se retirer de la scène. Le personnage de Prospéro prend alors une tout autre dimension et c’est alors, l’auteur lui-même que l’on voit poindre à travers lui. Prospéro, l’homme du livre et du savoir, qui règle ses vieux comptes avec ses pairs. Prospéro qui s’en retourne sur ses terres, loin de la sauvagerie. (Il faut alors entendre que c’est Londres, la terre de sauvagerie et d’empoignade, et que lui retourne dans son paisible pays natal de Statford, tout comme Milan représente le paisible âge d’or pour Prospéro.) On peut y lire aussi que Prospéro ne se fait pas d’illusions sur la nature humaine, il sait qu’elle peut être belle et noble, mais aussi félonne et impitoyable. Lui range ses sortilèges tout comme Shakespeare plie ses gaules et quitte le théâtre, sur une note d’espoir, avec un peu d’humour, mais sans trop y croire tout de même. Mais de tout ceci, vous aurez noté qu’il ne s’agit que de mon interprétation, c’est-à-dire, pas grand-chose, car nous sommes de la même étoffe dont sont faits les songes, et que notre petite vie est cernée de sommeil… P. S. : la fabuleuse tirade de Prospéro de l'Acte IV, Scène 1 est un monument difficilement égalable que je vous retranscris tel quel : Like the baseless fabric of this vision, the cloud-capped towers, the gorgeous palaces, the solemn temples, the great globe itself, yea, all wich it inherit, shall dissolve, and, like this unsubstantial pageant faded, leave not a rack behind : we are such stuff as dreams are made on ; and our little life is rounded with a sleep...