Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Poètes de Chiapas

Date de sortie le 01 juin 1997
Une anthologie de poèmes qui couvre l'ensemble du siècle.
Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Une anthologie de poèmes qui couvre l'ensemble du siècle.

Caractéristiques

Titre Poètes de Chiapas
Editeur Caractères
Date de parution 01 juin 1997
Nombre de pages 113 pages
Dimensions 18,00 cm x 13,00 cm
Poids 400 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-85446-203-3 - 9782854462036

5/5

Fandol

Le 04/10/2016

Originaires du plus beau mais du plus méconnu des États mexicains, le Chiapas, ces quinze poètes nous sont offerts dans une édition qui a l’immense avantage d’être bilingue. Ainsi, le lecteur a la possibilité de comparer la version originale, en espagnol, sur la page de gauche, avec la traduction française assurée par Claude Couffon, un poète spécialiste de nombreux écrivains espagnols et latino-américains comme Federico Garcia Lorca, Miguel Hernandez, Rafael Alberti, Miguel Angel Asturias, Pablo Neruda, etc… Dans ce précieux recueil de poèmes, Claude Couffon nous fait découvrir successivement Armando Duvalier (1914 – 1989), Rosario Castellanos (1925 – 1999), Juan Bañuelos (né en 1932), Eraclio Zepeda (né en 1937), Elva Macias (née en 1944), Elsa Cross (née en 1946), Joaquin Vásquez Aguilar (né en 1947), Efrain Bartolomé (né en 1950, Socorro Trejo Sirvent (né en 1954, Marisa Trejo Sirvent (née en 1956), Marrirós Bonifaz (né en 1957), Gabriela Balderas (née en 1963), Juan Carlos Bautista (né en 1964) et Manuel Cañas Dominguez. En guise de mise en bouche, nous ne résistons pas au plaisir de vous offrir un petit poème de Marisa Trejo Sirvent qui vécut trois ans en France puis est devenue professeur de français dans sa ville natale. Elle donne sa vision de l’Europe, sous le titre Europa, texte écrit à Paris en 1981 : Ante el asombro que provoca mi rostro moreno símbolo de barbarie, no me queda más que sonreír ante el punk, con cadenas, las plumas de los sombreros bávaros, las botas americanas de los almanes, la cara congelada del guardia real sueco, las limpias calles suizas donde el subsuelo aguarda la penúltima guerra. Devant l’étonnement que provoque mon visage au teint brun, et symbole de barbarie, il ne me reste plus qu’à sourire devant le punk avec des chaînes, les plumes des chapeaux bavarois les bottes américaines des Allemands, la face congelée du garde royal suédois, les rues propres de Suisse où le sous-sol attend L’avant-dernière guerre.