Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Vous plaisantez, monsieur Tanner

de Jean-Paul Dubois , date de sortie le 06 novembre 2019
N'importe qui doté d'un peu de raison aurait vu entre ces murs un paquebot de soucis, un porte-avions d'emmerdements.

Lire la suite
 

Livraison estimée le mercredi 26 août 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

N'importe qui doté d'un peu de raison aurait vu entre ces murs un paquebot de soucis, un porte-avions d'emmerdements.

Caractéristiques

Titre Vous plaisantez, monsieur Tanner
Collection Points
Editeur Points
Date de parution 06 novembre 2019
Nombre de pages 199 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 150 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-7578-8019-7 - 9782757880197

3,8/5

Ladybirdy

Le 31/03/2019

Pauvre Monsieur Tanner... une histoire ou un récit largement autobiographique triste à pleurer ou à pleurer de rire... c’est une vaste blague ce chantier dans lequel Tanner plonge corps et âme. Vaste blague car devant l’immensité des travaux de cette maison qu’il vient d’hériter, les entrepreneurs qui vont défiler lui en feront voir de toutes les couleurs. On se demande page après page mais vous plaisantez Monsieur Tanner ? C’est du lourd. C’est du gros. Tellement gros toutes ces péripéties dans ce chantier qu’on ne peut se poser la question. On déguste ici une histoire drôle (ou triste à mourir) en suivant les travaux, des sommes mirobolantes, une maison à rénover qui se transforme en ruine ou en champ de bataille maculé de sang, une meute de chiens qui donne une ambiance de cafarnaum. Un bon moment léger pour des mésaventures qu’on ne souhaitera à personne. Il y a de quoi devenir fou.

diablotin0

Le 06/01/2019

Après des lectures fortes en émotions, j’avais envie de faire un petit break et de lire quelque chose de léger d’où cette lecture, « Vous plaisantez monsieur Tanner » de Jean-Paul Dubois. Pour moi qui ne suis que lectrice, ce roman m’a bien divertie mais j’imagine ô combien ce divertissement se serait transformé en cauchemar si j’avais vécu tous les déboires que ce Monsieur Tanner rencontre pour la rénovation de sa maison. Les situations décrites sont cocasses et font sourire mais dès l’instant où l’on s’identifie ne serait-ce que quelques minutes à ce monsieur Tanner, le sourire se transforme en énervement puis on revient en admiration devant son calme et son flegme. Ce Paul nous est d’emblée sympathique et on a envie de le mettre en garde et surtout de le voir réagir avec plus de poigne devant certaines situations et particulièrement avec les deux gars qui se disent couvreurs. Quelques belles rencontres tout de même qui viennent un peu adoucir la poisse qui lui colle à la peau. Petit livre très divertissant et agréable à lire. Les chapitres très courts incitent à lire ce livre très rapidement et en une seule traite.

latina

Le 30/07/2018

Mais quelle mouche vous a piqué, monsieur Tanner, en acceptant l’héritage de votre vieil oncle ? Une immense maison à rénover en-tiè-re-ment, cela vous semblait un travail d’enfant ? Vous n’avez pas tenu compte des corps de métiers que vous alliez croiser ! Une période pénible, horrifique, digne de l’Enfer de Dante s’est présentée à vous dès le premier artisan venu et ne vous a plus quitté. « La plus intrigante exposition d’originaux et d’hurluberlus que l’on puisse imaginer » s’est réalisée dans cette maison, avec vous comme seul spectateur. Il faut dire que vous avez pris un congé sans solde pour surveiller les travaux et pour y travailler vous-même : « A endurer pareilles tortures, on perd très vite ses forces, sa santé, aussi bien mentale que physique, ses économies, sa lucidité, bref, sa raison. Les mains rongées par le ciment, asséchées par le plâtre, le dos cassé, le corps zébré de déchirures et de tendinites, on finit par n’être plus qu’une carcasse laborieuse ». Un enfer pour vous ? Oui, mais un paradis pour nous ! Avec un sens de l’humour noir particulièrement développé, vous nous exposez tous les cas d’artisans rencontrés, du plus malhonnête au plus scrupuleux, du plus fainéant au plus maniaque, du plus grossier au plus gentleman. Quelle jouissance...pour nous ! Et pour vous aussi, reconnaissez-le, monsieur Tanner, car la mise par écrit de votre épreuve digne du supplice de Tantale vous a certainement procuré beaucoup de plaisir, vu votre style particulièrement imagé, vif et caustique. A coups de tous petits chapitres, votre prose se lit à une vitesse phénoménale, contrairement à l’avancement des travaux. Alors, vous regrettez d’avoir hérité de cette maison titanesque et en pleine déliquescence ? Vous regrettez d’avoir entamé ces travaux babyloniens ? Quitte à ne pas nous les faire revivre dans une narration cocasse ? Vous plaisantez, monsieur Tanner !

cicou45

Le 29/01/2018

Ouvrage emprunté au hasard sur une étagère de la médiathèque où je travaille, je ne connaissais absolument pas cet auteur et je me suis laissée tenter à la fois par la couverture et la quatrième de couv' qui annonçait que j'allais probablement bien me distraire et en effet, ce fut bel et bien le cas. Paul Tanner est apparemment un homme sans histoires. Célibataire, il mène une petite vie tranquille dans sa chaleureuse maison et travaille en tant que documentariste animalier, ce qui lui permet de vivre tranquillement et avec un certain confort. C'est un rendez-vous chez le notaire qui va bousculer sa vie lorsqu'il apprend qu'il hérite, de l'un de ses parents récemment décédé, d'une magnifique maison familiale à la campagne. Le seul problème, c'est que celle-ci n'ayant plus été occupée depuis plus de quinze ans, tout est à refaire à l'intérieur, su sol au plafond. Commence alors pour notre monsieur Tanner ce que je nommerais tout simplement soit l'enfer soit une suite de malchance et de grosses farces accumulées, qui peuvent effectivement prêter à sourire tant que l'on n'est pas directement concerné. Ayant pris un congés de six mois sans solde, notre protagoniste entend bien être présent sur le chantier et engager lui-même ses propres apprentis, après avoir fait un premier constat avec des chiffres astronomiques. Le lecteur s'engage ici dans une aventure de chantier, voyant défiler les uns après les autres tous les corps de métier du bâtiment représentés et autant dire que si le lecteur se délecte des mésaventures de ce pauvre monsieur Tanner, il y a bien des jours où celui-ci se servirait de l'u des employés engagés pour taper sur l'autre. Entre les escrocs, les maladroits et les autres, notre héros en voit passer de toutes les couleurs. Un ouvrage qui se lit extrêmement vite avec des chapitres court et même avec notre personnage qui est sans arrêt sous pression et parfois au bord de la crise de nerfs, le lecteur, lui ne peut s'empêcher de sourire et de se détendre au fil de cette lecture, pour un peu qu'il ne soit pas lui-même en train d'entreprendre des travaux chez lui ! Une écriture fluide et légère et un roman que je ne peux donc que vous recommander !