Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Ma reine

de Jean-Baptiste Andrea , date de sortie le 07 février 2019
Ma reine

« Grâce à Viviane j'étais devenu immense, j'avais touché le ciel d'une main et la terre de l'autre. Le monde avait retrouvé sa reine et c'était grâce à moi. »

Été... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 09 avril 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Ma reine

« Grâce à Viviane j'étais devenu immense, j'avais touché le ciel d'une main et la terre de l'autre. Le monde avait retrouvé sa reine et c'était grâce à moi. »

Été 1965. Shell s'enfuit de la station-service où il a grandi avec ses parents. Sur le plateau qui surplombe la vallée de l'Asse, seuls se déploient le silence et les odeurs du maquis. Une fille, comme un souffle, vient à sa rencontre. Avec elle, tout s'invente et l'impossible devient vrai. Dans l'univers fulgurant de Viviane, Shell ne se sent plus différent. Alors par jeu, par amour, il lui obéit, sans s'apercevoir que son dévouement le conduit bien au-delà de ce qu'il avait imaginé.

« Un grand roman. Subtil, irrésistible, inoubliable. »

Mohammed Aïssaoui, Le Figaro

« Un livre puissant et magnétique, résolument étincelant et séducteur. »

Estelle Lenartowicz, Lire

L'AVIS Du libraire

L'avis de Floriane, de l'espace culturel de Blaye

"Il ne restait plus au vent qu'à souffler, souffler, jusqu'à m'effacer de cette histoire, si elle a existé" Oui Shell, elle a existé ton histoire. Ta Reine. Tendre, cruelle, délicatement émouvante. Un premier roman couronné par de nombreux prix.

Caractéristiques

Titre Ma reine
Collection Folio
Editeur Gallimard
Date de parution 07 février 2019
Nombre de pages 221 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 142 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-07-275066-3 - 9782072750663

4,3/5

Cannetille

Le 30/10/2019

1965. Exclu de l’école pour rejoindre bientôt un établissement spécialisé, Shell, douze ans et différent, décide de prouver qu’il n’est plus un enfant en partant faire la guerre. Sa fugue le conduit dans les hauteurs qui surplombent la station-service où il vit avec ses parents, dans les Alpes de Haute-Provence. Il y fait deux rencontres : une fille de son âge, en qui il ne tarde pas à voir la grande amie qu’il n’a jamais eue et pour qui il serait prêt à tout, et un vieux berger solitaire qui a ses raisons de se faire discret dans le maquis. Comme dans Cent millions d’années et un jour, les protagonistes de Jean-Baptiste Andrea préfèrent quitter leur triste quotidien dans la vallée et le rude monde des hommes ordinaires, pour courir après leurs rêves et chercher la paix dans la solitude de la montagne. Dans les deux livres, le conte s’avère bien cruel et le prix à payer exorbitant. L’innocence de Shell nous ouvre les portes d’un univers de tendresse et de fraîcheur, où, le temps d’une parenthèse que l’on sait bien devoir se refermer, comme une sorte de moment de grâce fragile et fugace, s’épanouit un amour pur et lumineux, touchant et merveilleux. Comme on aimerait faire durer ces instants et protéger la candeur de Shell de l’inévitable retour à la réalité ! Mais le serrement de coeur prémonitoire du lecteur se terminera bien dans les larmes. Shell n’est-il pas l’incarnation de l’enfant tué en chacun d’entre nous, forcé de grandir et de perdre son innocence et ses illusions à son entrée dans l’âge adulte ? La mort est-elle le prix qu’il faut être prêt à payer pour préserver ses rêves ? Ce premier roman court et poétique, beau et cruel, porte déjà les germes d’une thématique qui semble chère à l’auteur, explorée ici à l’émouvante hauteur d’un enfant plus vulnérable que les autres. Coup de coeur.

Ladybirdy

Le 13/01/2019

Shell, nom d’emprunt ou véritable nom, je l’ignore, est un jeune garçon de douze ans, en marge de la société puisque sa tête ne grandit pas aussi vite que son corps. Il est différent. Il perçoit mal ou mieux les recoins du monde, c’est selon. Il a aussi une imagination débordante où il se met en tête d’aller à la guerre pour devenir un homme, un grand. Il fugue pour rejoindre ce monde qui semble l’attendre. Mais nulles batailles à l’horizon. Les soldats se sont tus, laissant la place à une nature sauvage et épurée, une Provence chatoyante sous le soleil éclatant de l’été. C’est loin des hommes là-bas dans la nature qu’il rencontre Viviane, une petite fille de son âge qui vit elle aussi dans un monde fantasque. Viviane deviendra sa reine. Sa confidente, son amie, son alter ego. Lui qui n’a jamais eu d’amis, lui qui n’a jamais joué avec personne, il trouve en Viviane cet élan de liberté et de confiance pour colorer son monde. Dans une réalité parfois difficile, on reconnaît ici tout le pouvoir de la résilience à travers l’imagination, qui est une force incroyable pour s’accrocher à meilleure terre que la réalité. Je n’ai peut-être pas compris toutes les subtilités dont regorge ce roman, je pense avoir cerné le message principal, le voyage onirique dans un monde plus beau. La capacité à rêver, à imaginer est un don merveilleux pour tous ces êtres perdus dans un monde incompris.

marina53

Le 18/01/2018

Été 1965. C'est en bordure de la vallée de l'Asse, dans une station-service obsolète, que vit le jeune garçon, âgé de 12 ans. Ça fait déjà quelque temps qu'il ne va plus à l'école. Depuis que le médecin a estimé qu'il était trop différent des autres. Alors, pour s'occuper, et après un temps d'apprentissage conséquent, il a le droit maintenant de remplir les réservoirs des rares voitures qui passent par là. Affublé de son blouson Shell que son père lui a donné, le sourire aux lèvres, il est heureux comme ça. Il n'embête personne et personne ne l'embête. Mais, le jour où il trouve un paquet de cigarettes et décide d'en fumer une, il manque de mettre le feu. Ses vieux parents se fâchent et appellent sa grande sœur, se plaignant de leur âge avancé pour s'occuper correctement de lui, sous-entendant que quelqu'un viendra le chercher bientôt. Pour prouver qu'il est un homme aux yeux de ses parents, il décide de partir faire la guerre... Sur ce haut plateau perdu de Haute-Provence, celui qui se fera appelé Shell par sa reine va vivre des jours incroyables. Redoutant que ses parents ne le placent dans un institut spécialisé, le jeune garçon, parti pour faire la guerre afin de devenir un homme, un vrai, mais n'ayant croisé ni champ de bataille ni ennemi à abattre, va rencontrer la jolie et fantasque Viviane, une jeune parisienne en vacances. Au cœur de cette Provence magnifique, silencieuse et sauvage, sous un soleil écrasant, les deux jeunes adolescents vont nouer des liens singuliers. Jean-Baptiste Andréa nous plonge dans une ambiance onirique, presque surnaturelle, un peu hors du temps. Il décrit avec justesse et poésie les pensées de Shell, le regard qu'il porte sur lui, le rapport qu'il entretient avec les autres et le monde qui l'entoure. Shell, héros lunaire et doux-rêveur, est terriblement attachant. Une parenthèse enchanteresse et une véritable ode à la liberté et aux rêves. Un roman lumineux et sensible sur la différence.