Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Louvre

de Josselin Guillois , date de sortie le 14 août 2019
Une femme veut un enfant. Une adolescente regarde ses seins pousser. Une comédienne se fait avorter. Trois femmes qui interrogent leur lien viscéral à la vie et à leur condition, trois journaux intimes en... Lire la suite
Egalement disponible au format ePUB.

En stock en ligne

Livraison estimée le mercredi 15 juillet 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Une femme veut un enfant. Une adolescente regarde ses seins pousser. Une comédienne se fait avorter. Trois femmes qui interrogent leur lien viscéral à la vie et à leur condition, trois journaux intimes en prise avec la guerre. Chacune a partie liée avec un homme, Jacques Jaujard, directeur du musée du Louvre au moment où, en ce mois de septembre 1939, la France entre en guerre contre l'Allemagne. Marcelle, Carmen, Jeanne : chacune, à sa manière, joue son rôle dans le déménagement des collections du plus grand musée d'Europe. Car, devant l'avancée des troupes du Reich, Jaujard a décidé de vider le Louvre, et de le cacher. Ainsi La Joconde, la Vénus de Milo, les bijoux des pharaons, les peintures de Rubens, tout dans l'urgence quitte Paris incognito, chargé dans des camions à cochons, roulant phares éteints vers des châteaux lointains...

Caractéristiques

Titre Louvre
Collection Cadre rouge
Editeur Seuil
Date de parution 14 août 2019
Nombre de pages 248 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 269 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-02-143109-4 - 9782021431094

4,2/5

Lunabiax

Le 08/01/2020

Automne 1939. La France est entrée en guerre contre l'Allemagne. Jacques Jaujard, directeur du musée du Louvre, décide de déménager les collections du musée pour les mettre à l'abri de la convoitise des Allemands. Trois femmes liées au directeur racontent via leurs journaux intimes cette migration clandestine.= : Marcelle, la femme de Jaujard, qui dans le même temps, à 39 ans, tente tout pour avoir un enfant ; Carmen, fille d'un couple employé au musée et filleule de Jaujard, qui attend impatiemment l'arrivée de sa puberté ; Jeanne Dubois, comédienne et ancienne maîtresse de Jaujard, qui vient de subir un avortement et se fait embaucher par les Allemands pour faire l'inventaire des œuvres restantes au Louvre, et de celles qu'ils récupèrent... Histoire de l'art et féminité, voilà les deux fils conducteurs de ce récit. Ces trois femmes sont toutes trois passionnées d'art : la première, à cause de son statut d'épouse de, a le privilège de fréquenter souvent les œuvres et en dehors de l'ouverture des lieux au public ; la deuxième, malgré son jeune âge, a grandi parmi tableaux, gravures et sculptures et leur témoigne une solide admiration ; la troisième enfin, qui a mis fin à sa carrière sur les planches, a une formation d'historienne de l'art. Mais toutes trois sont aussi et avant tout des femmes, avec leur désir amoureux, leur désir d'enfant, leur envie de devenir femme. Carmen en particulier, qui se désole que les femmes peintes par Watteau, Ingres, Manet, n'aient pas de poils, cherche désespérément si les siens vont pousser et ses règles finir par arriver. Il y a bien Courbet, et L'origine du monde, mais il n'est pas au Louvre, lui répond son parrain qu'elle a interrogé. La peinture vue par les yeux d'une adolescente en pleine poussée hormonale est tout bonnement réjouissante. Marcelle, elle, a l'esprit plus pratique : "C'est très contrariant une peinture de grand format, mais quand son auteur est pauvre, ça vire tout nûment à l'emmerde.", écrit-elle en évoquant un tableau de Géricault, qui enduisait ses toiles de bitume, qui ne sèche jamais. L'œuvre va donc devoir être transportée telle quelle, quitte à se coincer dans les fils électriques. Josselin Guillois mêle avec brio amour de l'art et détails concrets, et restitue parfaitement l'ambiance d'une époque où on boit un bon coup avant de prendre le volant d'un camion qui transporte des œuvres inestimables. Un grand plaisir de lecture.

Parisianne

Le 01/10/2019

Un roman déroutant. Le thème est intéressant mais je n’ai pas été convaincue par la façon de l’aborder. Les descriptifs des toiles, du Louvre, de l’atmosphère pesante de la présence allemande sont très belles (surtout dans la 3e partie), mais la prédominance des problèmes féminins finit par être pesante. Déçue !

silencieuse1

Le 17/09/2019

Marcelle, Carmen, Jeanne ... trois femmes et le désir. Le désir d'être aimée, le désir d'être mère, le désir tout court. Face à elles, un homme, Jacques, qui a pour mission de sauver les oeuvres du Louvre. Bien entendu, et le titre l'indique d'emblée, le musée est le vrai héros de ce roman parfaitement bien orchestré. On y entre par la petite porte et on découvre avec joie et stupéfaction ce qu'il cache en lui de trésors. Promenade insolite entre toiles et statues, d'un désir à l'autre, d'une femme à l'autre, d'une passion dérisoire à la nécessité de sauver sa vie. Agréable à lire, ce roman discret peut faire parler de lui.

Lune

Le 10/09/2019

Trois parties, trois femmes : Marcelle, Carmen, Jeanne. Trois hantises : le désir d’enfant, la puberté, l’avortement et l’amour. 1939 : évacuation d’oeuvres du Louvre avant l’invasion de la France par l’armée allemande. 1941/42 : occupation du Louvre. Un homme aimé : Jacques Jaujard, conservateur du Louvre, organisateur du transfert des oeuvres. Successivement époux de Marcelle, parrain de Carmen, amant puis époux de Jeanne. Les peintures : tour à tour aimées, idéalisées, parlantes, confidentes. Une mise en abyme. L’une y contemple maternité, seins et ovulations imaginées. L’autre y rêve son corps nubile et sa transformation en un corps de femme plein et sensuel. La dernière plongée dans l’horreur de la guerre et l’engagement y guette leur avenir et son…amour Plusieurs toiles racontent leur histoire et celle de l’artiste qui la fit naître. L’auteur trouve les mots pour que montent les palpitations lorsque le transfert a lieu vers Chambord puis selon la menace. Elles sont les principales héroïnes du livre, celles qui émeuvent lorsqu’elles n’existent plus sous le regard d’un public. Chaque femme crie dans son journal le plus intime d’elle-même, crûment, sans tabou. Leur chair se raconte, embellie, rêvée, enlaidie, saccagée… presque comme certaines oeuvres. Le lecteur pénètre dans cette intimité la plus cachée de femmes qui osent dire. Les propos heurtent, c’est le parti pris par l’auteur, ne rien cacher de ce qui palpite, vénéneux et pathologique parfois, émouvant ailleurs, pulsion de mort et de vie dans les toutes dernières pages : destin assumé, vie qui s’élève au-dessus de tout. Un homme passe, aimé, aimant, droit dans son action, sauvant les oeuvres immortelles. Les femmes, simples mortelles entrent dans une postérité grâce à la fiction concoctée par Josselin Guillois. Car fiction et délire il y a. Car réalité et histoire (et non la moindre) il y a. Un peu de curiosité et le lecteur tentera de faire la part des choses. Premier roman percutant qui remue et séduit dans sa particularité.

amandinebulle

Le 03/09/2019

Au fil de ces pages se dévoile l'intimité de trois femmes. Elles sont unies par l'amour d'un homme, Jacques, et par la mission que porte celui-ci : sauver les œuvres du Louvre de la barbarie nazie. Trois voix différentes, dissonantes presque, mais intensément féminines. Ce roman est un joli voyage au cœur de l'histoire, de l'art, de l'amour et de la féminité.