Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Loin

de Alexis Michalik , date de sortie le 04 septembre 2019
« Comment avoir l'audace de prétendre être en vie si l'on vit sans oser ? »

Tout commence par quelques mots griffonnés au dos d'une carte postale : « Je pense à vous, je vous aime ... Lire la suite
Egalement disponible au format ePUB.

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 13 juillet 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

« Comment avoir l'audace de prétendre être en vie si l'on vit sans oser ? »

Tout commence par quelques mots griffonnés au dos d'une carte postale : « Je pense à vous, je vous aime ». Ils sont signés de Charles, le père d'Antoine, parti vingt ans plus tôt sans laisser d'adresse. Avec son meilleur ami, Laurent, apprenti journaliste, et Anna, sa jeune soeur complètement déjantée, Antoine part sur les traces de ce père fantôme. C'est l'affaire d'une semaine, pense-t-il... De l'ex-Allemagne de l'Est à la Turquie d'Atatürk, de la Géorgie de Staline à l'Autriche nazie, de rebondissements en coups de théâtre, les voici partis pour un road movie généalogique et chaotique à la recherche de leurs origines insoupçonnées.

Alexis Michalik a décidément le goût de l'aventure : après le succès phénoménal d'Edmond, le comédien, metteur en scène et dramaturge couronné par cinq Molières, nous embarque à bord d'un premier roman virevoltant, drôle et exaltant.

L'AVIS Du libraire

"Mélanie, Espace Culturel d'Argentan :
Une enquête trépidante, ponctuée de traits d'humour et de péripéties rocambolesques, qui m'a ravie. Un super moment d'évasion et de drôlerie, qui devient plus grave quand le roman questionne la portée de notre arbre généalogique sur notre identité et notre bonheur. Bravissimo !"

Caractéristiques

Titre Loin
Editeur Albin Michel
Date de parution 04 septembre 2019
Nombre de pages 643 pages
Dimensions 22,00 cm x 15,00 cm
Poids 775 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 978-2-226-32873-1 - 9782226328731

4,3/5

Kittiwake

Le 05/12/2019

N'hésitez pas : partez en voyage avec Antoine, Laurent et Anna! Antoine, beau mec, carrière brillante sur le pont de démarrer, fiancé avec Jennifer, une parfaite jeune femme, Laurent, son vieux copain, apprenti journaliste, breton malgré ce qu'affiche son teint sombre, et Anna la soeurette décomplexée et espiègle : quelle mouche les a piquées ces trois là pour partir à la recherche d'un homme dont ils ont perdus la trace il y a si longtemps. le père d'Anna et Antoine s'est barré lorsqu'ils étaient enfants, et depuis aucune nouvelle. Sauf que, par un miracle comme la poste sait en faire de temps à autre, le paternel déclaré mort par contumace, avait expédié une carte postale deux ans après on départ, et celle-ci a mis dix-sept ans pour parvenir à destination… Tout est en place pour que démarre l'aventure : d'étapes en étapes, l'enquête progresse ou régresse, les entraînant toujours plus loin de leurs bases, sur les traces de l'homme aux multiples identités et qui parcourut lui aussi un périple à la recherche de ses racines. C'est foisonnant, riche, largement illustré de documents historiques, et passionnant; on ne s'ennuie pas une seconde, avec ses trois là, d'autant que la vivacité des dialogues crée une ambiance sympathique. Les personnages sont bien incarnés et on perçoit sans problème l'évolution de chacun au cours de ce voyage initiatique. Un très bon moment de lecture. le nombre de pages ne doit pas effrayer : ça se lit tout seul.

SMadJ

Le 12/11/2019

« Loin » de Alexis Michalik - La chronique près de chez vous ! Coup de Cœur ! Hé toi ! Oui toi, derrière ton écran ! Toi qui lis ces lignes confortablement installé sur ton siège de métro, de TER, ou sur ton canapé. Quand as-tu ressenti pour la dernière fois le frisson de l’aventure, celui qui galvanise et électrise ? Alors, est-ce que tu le sens ce souffle ? Cette bourrasque que tu prends en plein visage te forçant à plisser des yeux ? Non ? Alors procure-toi vite le premier roman d’Alexis Michalik ! Déjà le pitch sent le frisson épique : Et si vous receviez une carte postale de l’étranger, vieille de 25 ans, avec un message de votre salaud de père qui vous a abandonné à l’époque ? Que feriez-vous ? Poubelle, on n’en parle plus ? Ou picotement le long de de votre échine ? Picotement !!! Eh bien venez mes ami(e)s, prenez votre passeport et embarquez car « Loin » est un roman d’aventures, un roman de voyages, un roman populaire résolument moderne, voilà le tour de force réussi haut la main par Alexis Michalik (NDLR : le papa de « Edmond »). Et tout ça, juste avec un petit billet, le fameux « Ticket to Ride ». Et il te transporte sur plus de 600 pages qui défileront aussi vite que les paysages que tu tentes d’apercevoir à travers la fenêtre d’un TGV. C’est un concept ça, la lecture à très grande vitesse (LTGV). Juste Inouï ! Dès le début, l’espiègle Michalik t’alpague, te harangue et te titille. Il est vrai que ce roman s’appelle « Loin » et t’emmène au bout du monde mais l’important c’est le voyage intérieur, le cheminement intimiste qu’il te fait prendre ; une odyssée du moi à des milliers de kilomètres de ta maison. Il faut parfois s’éloigner pour scruter avec soin son soi intérieur. De questionnement en questionnement, on s’identifie aux personnages et à leurs quêtes. Car Michalik a ce don incroyable de te faire tomber instantanément amoureux de ses personnages. Et pourtant chacune des entités de son trio de héros est radicalement et intrinsèquement différente des autres. Ses personnages sont de chair et d’os, de sueur et de sang, de rires et de larmes. Michalik dissèque la psyché humaine avec une acuité et une clairvoyance peu communes. Ce roman est beau, ce roman est flamboyant, ce roman est émouvant. Il possède même un p’tit air pas désagréable des « Tribulations d’un chinois en Chine » (NDLR : Film des sixties avec Belmondo). « Loin » est typiquement le genre de bouquin que tu as envie de relire tous les 2/3 ans parce qu’il dessine une banane sur ton visage et qu’il te met la patate, parce qu’il est tellement riche que tu le redécouvriras à chaque nouvelle lecture. « Loin » est un feu d’artifices émotionnel avec des « oh la belle bleue oh la belle rouge oh la belle verte » et j’en passe car c’est tout le spectre coloriel qui va habiller ton cœur de bonheur.

Heloise7163

Le 06/11/2019

Waouh un premier roman qui décoiffe! Charles Lefèvre a quitté sa famille du jour au lendemain et sans explication 20 ans plus tôt. Un jour, Antoine, son fils de 26 ans tombe par hasard sur une carte postale envoyée par ce père inconnu 17 ans plus tôt et, avec sa sœur Anna et son ami Laurent, il décide de quitter sa vie très rangée pour partir à la recherche de son père et de ses origines. Commence alors un incroyable roadtrip, quête initiatique qui les emmènera à un rythme trépidant jusqu’au bout du monde. L’écriture est alerte, les situations souvent très drôles, les explications historiques intéressantes mais ce roman est trop long, assez rocambolesque et bien peu réaliste. J’ai passé un bon moment à le lire, mais la dernière page refermée, c’est un sentiment de déception qui domine...

mumuboc

Le 28/10/2019

Je dis souvent que la lecture est un voyage et bien ce fut le cas avec celle-ci et quel voyage! A partir d'une simple carte postale reçue avec 17 années de retard avec quelques mots : Je pense à vous, je vous aime. signé Charles, ce Charles que l'on croyait mort, Antoine 26 ans , Anna, 19 ans, les enfants de Charles et Laurent, le meilleur ami d'Antoine vont se lancer dans un voyage à travers le monde, d'Allemagne en Indonésie en passant par la Turquie, l'Autriche, la Roumanie, afin de découvrir cet homme, cet inconnu de père qui les a abandonnés et le voyage va se révéler être également un voyage dans l'Histoire et une quête identitaire pour chacun. Certains avaient des certitudes, d'autres se cherchaient, le voyage avait un but mais ce qui va finalement les construire c'est le chemin qui y mène. Un premier roman dont Alexis Michalik a mis trois ans à accoucher et dont les premières phrases font du lecteur son complice. Il s'adresse directement à nous, nous fait pénétrer dans le périple en nous posant la question : Qui es-tu ?. Sommes-nous sûr de notre sang, de nos origines ? "Tout juste des questions, car les questions sont la vie même. Tant qu'il existera quelqu'un pour questionner, et pour se questionner, l'humanité vivra, avancera, reculera, s'effondrera, renaîtra de ses cendres ? (p9)" Et quand on y réfléchit le monde s'est créé à partir de questionnements….. On comprend très vite que l'auteur à travers son histoire va porter un regard sur nos certitudes dans une écriture vivante, faite de courtes phrases. On ressent le dynamisme de l'homme mais ne vous y trompez pas, ce roman a bénéficié d'un vrai travail de documentation. Alexis Michalik profite de ce voyage autour du monde pour nous rappeler à chaque pays traversé un peu de son histoire, de ses guerres, de ses invasions, afin de contextualiser la suite du récit. J'ai passé un excellent moment de lecture à avancer pas à pas dans le labyrinthe de l'arbre généalogique d'Antoine et Anna, dans les multiples identités dont ils sont issus, dans lequel chaque élément, pièce du puzzle trouvera finalement sa place, où les pistes semblent parfois brouillées ou impossibles, parfois assombries par les sursauts des conflits ou intérêts pour finalement nous mener dans un voyage presque philosophique sur la recherche de soi pour les trois voyageurs. Aucune longueur, aucun ennui, toujours un rebondissement, une piste qui semble impossible, improbable et pourtant. Il se permet même d'y glisser des touches d'humour. Alexis Michalik est un homme qui touche à tout : comédien, scénariste, metteur en scène et le plus souvent avec succès (il remporta de nombreux prix dans tous ces domaines) et j'ai trouvé que ce roman était le scénario parfait pour un film, tout y est, les sauts dans le temps se font sans dommage, les personnages sont à multiples facettes, les pays défilent et de toutes façons l'auteur à tout prévu puisque un arbre généalogique en fin de livre (que j'ai photocopié pour m'en servir comme marque-page) permet de ne jamais se perdre…. J'ai aimé voyagé avec Antoine, le sérieux, le conventionnel, Laurent, son meilleur ami, noceur, fêtard mais fidèle en amitié, un presque frère si ce n'est la couleur de peau et Anna, cette jeune femme paumée, qui se cherche, qui ne fait rien comme tout le monde, qui disparaît pour mieux réapparaître, qui brûle sa vie par tous les bouts et qui est une source d'incompréhension (et d'inquiétude) pour son frère. C'est un peu barré comme on dit mais que cela fait du bien de lire de temps en temps ce type de récit qui m'a fait penser à un film d'aventures mais dans lequel les histoires des aïeux sont particulièrement touchantes, émouvantes, alambiquées parfois, mais l'auteur maîtrise son récit et nous sert de guide. Ce n'est pas un coup de coeur mais j'ai vraiment beaucoup aimé, je suis partie avec les trois compères, à bord de la Lada d'un autre temps, certains personnages et en particulier Hripsimé sont forts, mystérieux et à multiples facettes. Quelle imagination et surtout quelle réussite dans la construction pour que tout s'emboîte finalement à merveille.

Valmyvoyou_lit

Le 20/10/2019

Antoine, vingt-six ans, n’est pas un aventurier, il est de nature conformiste. Un jour, il découvre une carte ancienne, écrite de la main de son père, Charles. Ce dernier est parti, il y a vingt ans, sans explications. Le jeune homme décide de suivre les traces de son paternel, accompagné de sa sœur, Anna, et de son meilleur ami, Laurent. Ils pensaient partir une semaine, le voyage va durer beaucoup plus longtemps. Les ramifications autour de Charles sont nombreuses et nébuleuses. Les jeunes gens suivent des pistes, en Allemagne, en Turquie, en Géorgie, en Arménie, en Indonésie, etc. Ils visitent la moitié du globe et remontent l’histoire familiale et la Grande Histoire sur plusieurs décennies. Dès les premières lignes, le narrateur, Laurent, interpelle le lecteur et lui demande qui il est. Il lui demande de réfléchir à cette question. A plusieurs endroits du récit, l’auteur nous demande d’être actifs et nous guide. Laurent prévient également que la lecture sera chaotique. Je le confirme, les rebondissements sont nombreux et obligent les protagonistes à dépasser les frontières, qu’elles soient intérieures ou géographiques. Si je devais résumer ce roman, je dirais que ce n’est pas l’arrivée qui compte mais le chemin pour y aller. Comme le dit Antoine : « L’essentiel, c’est de poser des questions, pas forcément d’avoir toutes les réponses. » Effectivement, ce qui tient en haleine, ce ne sont pas seulement les découvertes de nos amis, mais les aventures qu’ils vivent, le surpassement d’eux-mêmes, les rencontres, le fait de se trouver soi-même. Mais j’aurais aimé en savoir un peu plus sur Maria… Dans ce livre, il est question de réparation du passé, de vengeance, de quête d’identité, d’amitié et d’humains. L’Humanité dans ce qu’elle a de plus beau et dans ce qu’elle a de plus affreux, ... La suite sur mon blog