Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison Ă  domicile offerte* !

PrĂŞt Ă  feuilleter

Le petit homme d'Arkhangelsk

de Georges Simenon , date de sortie le 01 octobre 1997
Le petit homme d'Arkhangelsk

Il eut le tort de mentir. Il en eut l'intuition au moment où il ouvrait la bouche pour répondre à Fernand Le Bouc et c'est par timidité, en somme, par manque de... Lire la suite

Livraison estimée le jeudi 10 décembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte Ă  domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le petit homme d'Arkhangelsk

Il eut le tort de mentir. Il en eut l'intuition au moment où il ouvrait la bouche pour répondre à Fernand Le Bouc et c'est par timidité, en somme, par manque de sang-froid, qu'il ne changea pas les mots qui lui venaient aux lèvres.

Il dit donc :

- Elle est allée à Bourges.

Le Bouc demanda, tout en rinçant un verre derrière son comptoir :

- La Loute y est toujours ?

Il répondit sans le regarder :

- Je suppose.

Caractéristiques

Titre Le petit homme d'Arkhangelsk
Collection Le Livre de poche
Date de parution 01 octobre 1997
Nombre de pages 188 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 118 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-253-14278-6 - 9782253142782

4/5

toto

Le 05/12/2019

Sujet terriblement d'actualité : peur de l'étranger, anti sémitisme, solitude, liberté individuelle, indifférence. Le tout dans un roman à l'ambiance plus que lourde.

Tounet

Le 09/07/2018

Un grand roman où il ne se passe rien ou presque : Gina, l'épouse de Jonas Milk a disparu. Pris d'une impulsion qu'il s'explique mal luui-même, l'époux délaissé ment. Aux questionnements des voisins, il prétexte une improbable visite chez "la Loute" à Bourges. Et le voilà bientôt en butte à la méfiance et la suspicion de ses voisins de toujours. Impossible de justifier ses mensonges, son manque de jalousie vis-à - vis des aventures galantes de sa femme. Est-ce parce qu'il est un juif converti ou parce qu'il est fils d'émigré russe ou bien encore parce qu'on le suppose bien nanti alors qu'il vit simplement ? C'est tragique de voir ce petit homme solitaire, pas encore vieux mais déjà mûr, bien conscient de son manque de charisme, qui ne souhaitait qu'apporter la paix à sa trop jeune épouse à la cuisse légère. Un très grand roman qui serré en quelques dizaines de pages nous interroge sur la suspicion et la rumeur, la réalité de l'intégration de "l'étranger" dans le corps d'un petit village ordinaire. Un court roman noir, serré comme l'expresso cher à monsieur Jonas et qui ne fait pas ses soixante-deux ans!

Herve-Lionel

Le 10/06/2017

La Feuille Volante n° 1145 Le petit homme d'Arkhangelsk – Georges Simenon. Presse de la cité. Ce roman a été publié en 1956 et c'est l'histoire d'une mésentente conjugale comme il en existe beaucoup. C'est quelque chose de très actuel puisque de nos jours à peu près deux mariages sur trois se terminent par un divorce et qu'il vaut mieux tenir les serments de fidélité échangés lors de la cérémonie à la mairie et à l'église pour du folklore, tant les époux s'empressent de les trahir sans vergogne. L'espèce humaine est ainsi faite, nous en faisons tous partie et nous n'y pouvons rien. Ce roman met en scène Jonas Milk, 40 ans, un petit commerçant d'origine russe, naturalisé français, timide et effacé. Il tient une boutique de philatéliste et de bouquiniste sur la place du Vieux Marché d'une petite ville du Berry. Il a épousé Gina Palestri, 24 ans, sa jeune et belle femme de ménage parce que la solitude lui pesait et aussi pour lui procurer une certaine tranquillité. Bien entendu ils n'ont pas d'enfants et peu d'occasions de coucher ensemble. Ce genre d'union est vieille comme le monde, porte en germe sa propre destruction, et en deux ans de mariage, Jonas qui tient à sa femme, lui pardonne tout, même ses infidélités. Bien sûr la différence d'âge prête aux plus faciles plaisanteries assorties de sourires sous cape et quand Gina disparaît une nouvelle fois et qu'on lui demande où elle est, il répond qu'elle est à Bourges où elle va parfois. Sauf que cette fois elle est partie en dérobant des timbres de prix et qu'elle ne reviendra pas. Alors qu'il aurait pu être l'objet de soutien dans cette épreuve, une sorte d'ambiance délétère se noue autour de lui, lui faisant sentir que, contrairement à ce qu'il avait cru en venant ici, il reste un étranger et les nombreuses contradictions auxquelles il doit faire face donnent à penser qu'il s'est débarrassé de son épouse. Il est tellement désespéré face à cette rumeur et malgré un témoignage spontané qui l’innocente, qu'il ne supporte plus sa vie. Ce roman psychologique nous présente un Simenon bien différent de l'auteur des Maigret. J'ai retrouvé certes son style fluide et agréable à lire mais cette œuvre nous rappelle qu'il a aussi été un observateur très fin de condition humaine, hors des ouvrages à caractère policier qui ont fait sa notoriété. Nombre de ceux-ci ont fait l'objet, et avec bonheur, d'adaptations cinématographiques et théâtrales ; cette chronique s'en est déjà largement fait l'écho. Un film a même adapté ce roman en 2006 ( « Monsieur Joseph », réalisé par Olivier Langlois). Ici Joseph est un petit commerçant solitaire, musulman non pratiquant et qui a francisé son prénom de Youssef pour mieux se faire accepter dans cette petit ville dont il croit, après tout ce temps, faire partie. Même si les personnages et la localisation géographique sont différents, ce long métrage est fidèle à l'esprit du texte de Simenon et rend bien, autour du personnage de Joseph, cette ambiance, d'abord légère et assortie de sous-entendus un peu salaces à propos de la fidélité de sa jeune épouse, puis franchement hostile quand la rumeur enfle et fait de lui un potentiel assassin de la jeune femme. Il n'est plus le cocu dont tout le monde se moquait mais devient un meurtrier dont tout le mode se méfie. Il est dès lors rejeté comme un étranger et se sent impuissant face à cette réaction. Daniel Prévost qui a eu une carrière de comique, est dans ce rôle, particulièrement émouvant et a sans doute trouvé là sa véritable voie. J'avais fait la même remarque à propos de Bernard Campan incarnant aussi un homme victime de la malveillance, dans un roman du même Simenon (« La Boule noire »- La Feuille Volante n° 869). Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Daniel Prévost incarne dans ce film un homme issu du mariage entre une française et un algérien puisqu'il est lui-même le fruit d'un tel métissage. C'est aussi un roman et un film très actuels qui illustrent, outre l'infidélité conjugale, le rejet de l'autre qui ne nous ressemble pas et met en échec le « vivre ensemble » dont je ne suis pas sûr qu'il perdure longtemps dans la climat d'insécurité dû aux attentats à caractère religieux et ethniques que nous vivons actuellement. © Hervé GAUTIER – Juin 2017. [http://hervegautier.e-monsite.com]

cmpf

Le 02/01/2015

Bien que je sois cinglée de lecture, il arrive périodiquement qu’aucun titre ne me tente. C’est généralement au mois de janvier, mois que je déteste. Cette année avec un peu d’avance, je me suis retrouvée sans envie en décembre. Que faire dans ces cas là ? Un mars et ça repart ? Non, un Simenon et ça repart. Simenon me réconcilie sinon avec la vie, du moins avec les mots et les phrases. J’ai dans la série éditée par le Monde qui regroupe par trois des titres autour d’un thème, que ce soit un lieu Amérique, Vendée, Liège… un désir Vengeance, Suicides, Adultère… Cette fois ce fut Solitudes J’ai particulièrement été touchée par cette solitude, au milieu des autres. Un homme, arrivé enfant avec ses parents russes dans une petite ville, y revient vivre après ses études et alors que ses parents sont repartis. Conscient de faire partie de cet univers sans en être vraiment, il vit avec retenue, sans faire de bruit. Il est accepté, ne l’appelle-t-on pas par son prénom ? Pourtant la suspicion apparaît vite lorsque sa femme disparaît. Ce n’est d’ailleurs à mes yeux pas tant un rejet des autres, que son incapacité à se sentir de quelque part, à faire vraiment partie de l’humanité. Cet homme qui ne se plaint jamais est profondément seul tout en effectuant tous les rites de communion avec les autres. Je crois que je garderai un moment dans mon esprit le petit homme d’Arkhangelsk et sa dignité, sa à vivre son destin sans rébellion, sans amertume, avec modestie jusque dans son geste final.

moravia

Le 21/02/2013

Toujours du très bon Simenon