Prêt à feuilleter

Le mystère Henri Pick

de David Foenkinos , date de sortie le 01 avril 2016
En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir
tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit
toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune
éditrice d... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir
tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit
toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune
éditrice découvre ce qu'elle estime être un chef-d'oeuvre,
écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche
de l'écrivain et apprend qu'il est mort deux ans auparavant.
Selon sa veuve, il n'a jamais lu un livre ni écrit
autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une
vie secrète ? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va
devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes
sur le monde littéraire. Il va également changer
le destin de nombreuses personnes, notamment celui de
Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute
de la version officielle. Et si toute cette publication n'était
qu'une machination ? Récit d'une enquête littéraire
pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi
la preuve qu'un roman peut bouleverser l'existence de
ses lecteurs.

Caractéristiques

Titre Le mystère Henri Pick
Collection Blanche
Editeur Gallimard
Date de parution 01 avril 2016
Nombre de pages 285 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 294 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-07-017949-7 - 9782070179497

3/5

Kittiwake

Le 14/05/2016

Où est passé l'auteur du Potentiel Erotique de ma Femme ? A un moindre degré celui de la Délicatesse et de Je vais mieux? Est-il en train de postuler pour la bibliothèque des manuscrits refusés? Parce que là on a une super bonne idée de base, un lieu où les auteurs recalés pourraient déposer le cadavre de leur production sur une étagère en compagnie de leurs compagnons d'infortune. En plus on y ajoute un zeste de mystère : un manuscrit semble sortir du lot, et intrigue Delphine, qui travaille chez un grand éditeur parisien. D'autant que l'auteur présumé était un pizzaïolo peu communicatif (même pour écrire le menu de son restaurant). On a quand même de la matière pour entraîner le lecteur sur toutes ces pistes. Mais voilà le soufflé retombe vite, dès les premières pages, en raison d'un style d ‘écriture d'une grand indigence. J'ai eu l'impression de feuilleter un de ces romans régionaux, pseudo-polars censés se passer dans ces stations balnéaires où l'on passe des vacances : Meurtres à La Rochelle, Les mystères des grottes bleues de Douarnenez… Et encore, souvent dans ce style de production, on a l'avantage de profiter de la description des lieux. Ici, même pas. Crozon, sans la mer, sans les sentiers, sans les couchers de soleil, juste une petite incursion au cimetière, qui pourrait être n'importe quel cimetière . Ce n'est pas moi qui le dis, mais l'auteur lui-même : « A Crozon, ce jour-là, il pleuvait démesurément, on ne voyait rien, si bien qu'on aurait pu être partout ailleurs » ! Même chose pour les passages à Rennes, aucune identification possible des lieux. Les propos sont lourdement commentés, avec des notes en bas de pages inutiles, pour lecteur débile. Elles n'auraient pas alourdi un texte aussi léger. Certes quelques phrases se veulent humoristiques. Certaines même y parviennent, mais quand on lit : «  Il commanda à son tour un verre de rouge et ils se mirent à parler sans le moindre blanc » Faut-il en rire? ou en pleurer… Et des dialogues quand même étonnants : « Non je n'ai rien caché. Après toi, il n'y a eu personne. J'aurais pu mais je n'ai pas pu » La psychologie des personnages se fait à la truelle. Et puis des drôles de personnifications : « Le liquide se retrouve donc confronté à deux routes dans le corps et doit choisir; chez Rouche, il avait emprunté le chemin négatif agrémenté d'une pointe de dénigrement ». Pas compris. Et puis zut, on est dans la collection Blanche de Gallimard, quand même! Quant au mystère, il n'est pas bien difficile à élucider. L'auteur semble hésiter à choisir un genre : humour, analyse sociologique du milieu de l'édition, bluette sur fonds de littérature, polar… Bref une grosse déception, alors que j'ai été très fan des écrits de Foenkinos. A un tel point que je vais relire ceux que j'ai aimés pour voir si c'est lui ou moi qui ai changé.

Gwen21

Le 20/04/2016

"Le mystère Henri Pick" m'a été offert par une amie venue dîner à la maison la semaine dernière. N'ayant encore rien lu de l'auteur, je me suis tout de suite dit qu'elle m'offrait là bien plus qu'un roman : une belle opportunité de me faire ma propre idée sur un auteur à succès. Verdict : j'ai beaucoup apprécié cette lecture. Tout d'abord, l'écriture m'a interpellée. Pleine de délicatesse, d'une fausse simplicité régulièrement éclairée par de très jolies tournures, proches de mots d'esprit, la fatuité en moins. Ensuite le récit. Les parcours croisés des nombreux personnages m'ont intéressée, j'y ai même déniché quelques souvenirs personnels, l'écho lointain de séparations et ou encore le mirage de plusieurs cas de bonheur. Des personnages qui ont tous la tête de l'emploi et une trame au fort potentiel érotique. J'ai particulièrement été enchantée de voir les personnages secondaires devenir au fil des pages les personnages principaux, dans un tour de passe-passe aussi audacieux qu'original. Finalement, la seule chose que je reproche à David Foenkinos, c'est la complaisance du narrateur. Elle s'exprime aussi bien vis-à-vis du lecteur que des personnages, un petit quelque chose de l'ordre de la retenue, comme l'envie d'égratigner sans l'oser, sortant les griffes pour rapidement les rétracter, de peur de blesser, de déplaire… d'être moins populaire, peut-être. Du coup, même son petit clin d’œil à son dernier livre - Charlotte – manque de subtilité, comme une blague à deux sous. C'est un détail, passons. Un roman bien amené, un style maîtrisé, une narration rondement menée et une lecture qui vous fait dire, après une journée trop remplie : "Je vais mieux " et c'est déjà beaucoup. Challenge MULTI-DÉFIS 2016