Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La nouvelle pornographie

de Marie Nimier , date de sortie le 17 avril 2002
«- Nous allons initier un courant original, Marie, quelque chose qui sera à la pornographie ce que la nouvelle cuisine est à l'ancienne. Moins chargée, moins sauçue, plus inventive...

L'édit... Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

«- Nous allons initier un courant original, Marie, quelque chose qui sera à la pornographie ce que la nouvelle cuisine est à l'ancienne. Moins chargée, moins sauçue, plus inventive...

L'éditeur riait en se frottant les mains, il était emballé, conquis par son propre titre. Il déchira une page de son carnet et me la tendit.

- Vous imaginez la couverture, un aplat de couleur mate, du rose peut-être, un rose chair, et l'impact de ces mots ?

L'éditeur avait écrit : "La nouvelle pornographie".

La couverture, je la voyais, mais ce que j'avais du mal à imaginer, c'étaient mon nom de famille et mon prénom accolés à ces vingt-deux lettres.

Et la tête de ma mère.»

Caractéristiques

Titre La nouvelle pornographie
Auteur Marie Nimier
Collection Folio
Editeur Gallimard
Date de parution 17 avril 2002
Nombre de pages 188 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 118 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-07-042290-9 - 9782070422906

3/5

Norlane

Le 22/03/2018

Un éditeur qui veut réinventer la pornographie littéraire, une jeune écrivaine qui accepte la commande pour raisons financières, une colocataire. Une base qui pourrait faire penser que ce roman est une comédie légère mais pas du tout. Il aurait pu être sous-titré "ou comment écrire (et vivre) les fantasmes". C'est un roman-réflexion, sombre, à la lisière de la folie tellement les pensées de la narratrice se (nous) bousculent. Toutes les pages, toutes les phrases, étaient-elles utiles dans ce livre pourtant pas très gros, je n'en suis pas si sûre... mais pour certains paragraphes, le questionnement, la voix singulière de Marie Nimier, c'est une lecture qui mérite un œil (et trois étoiles).