Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La fontainière du roy

de Jean Diwo , date de sortie le 04 juin 1999
Le 17 août 1661, au château de Vaux-le-Vicomte, le surintendant Fouquet offre une fête éblouissante. Louis XIV est furieux. Il décide la perte de l'insolent mais cette soirée lui donne l'idée de bâtir... Lire la suite

Livraison estimée le mardi 03 novembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le 17 août 1661, au château de Vaux-le-Vicomte, le surintendant Fouquet offre une fête éblouissante. Louis XIV est furieux. Il décide la perte de l'insolent mais cette soirée lui donne l'idée de bâtir Versailles.

Clémence, la «fontainière du Roy», est la fille du génie des eaux de cette future merveille. Son père, François de Francine, y crée des fontaines, fait jaillir des cascades, grâce à des travaux titanesques. Il embellit ainsi les jardins dessinés par Le Nôtre.

Les amis de Francine, Le Brun, Molière, Racine ou Boileau, baptisent Clémence. Elle devient «Ondine», depuis qu'on l'a surprise se baignant quasi nue dans le bassin de Saturne. Le parc est son royaume. Elle y grandit en même temps que le fabuleux palais qui éblouira l'Europe.

«Ondine» est aussi l'étoile du ballet royal où se mêlent la politique, la guerre, le talent et le génie des artistes. Avec elle, on entre dans les coulisses de la cour, près de Louise de La Vallière, de la Montespan, de Mme de Maintenon, Séductrice, Clémence plaira à Louis XIV. Il sera son protecteur.

Dans ce nouveau rendez-vous avec l'Histoire, Jean Diwo, sur les airs du Grand Siècle, nous fait partager la naissance de l'un des monuments les plus visités au monde.

Caractéristiques

Titre La fontainière du roy
Auteur Jean Diwo
Editeur Flammarion
Date de parution 04 juin 1999
Nombre de pages 344 pages
Dimensions 24,00 cm x 16,00 cm
Poids 422 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-08-067314-9 - 9782080673145

4,7/5

rulhe

Le 14/10/2019

17 aout 1661 le surintendant Fouquet donne une fête éblouissante au château de vaux le vicomte. erreur fatale. louis XIV est jaloux et Fouquet se retrouve en prison. cette malencontreuse soirée aura une conséquence inattendu. le roi décide de bâtir le château de Versailles. et pour cela il devra s, entourer des meilleurs artistes dont le nôtre et François de Francine. cet dans cet univers de luxe et de complots que va s, épanouir clémence, la fille du fontainier. espiègle et séductrice, elle plaira au roi qui en fera sa protégée. au va assister à la construction du château de Versailles, mais aussi a l, affaire des poisons. une page de l, histoire de France, passionnante.

Pchabannes

Le 28/01/2015

1661, Le Roi est invité par Fouquet à Vaux. Le ministre déchu mourra à Pignerol, les artisans du fabuleux Vaux se dépasseront à Versailles transformant le pavillon de chasse de Louis XIII en symbole de puissance absolue. Jean Diwo nous prend par la main, par la plume, par les histoires qui firent l’histoire. Nous nous éreintons avec les ouvriers, vivons à la cour parmi les intrigues, décidons de la grande politique, nous étonnons des miracles des fontaines et du génie des jardins, nous scandalisons des mœurs du Grand Siècle avec ses guerres et ses misères, ses talents et ses génies. Que le Royaume fut grand ! Et puis il y a Clémence, l’Ondine. Fille du roi des fontaines, François Francine. Ses amours, ses défis. Un clin d’œil à l’énergie et à l’intelligence dans un écrin de beauté espiègle Oubliez les fâcheux et passez quelques heures d’intelligence en compagnie de Le Notre, La Fontaine, Francine, Boileau, Racine, Lebrun, La Quintinie, et bien sur Jean de la Fontaine Sous quel astre, bon dieu, faut-il que je sois né, Pour estre de fâcheux, toujours assassiné ! Il semble que partout le sort me le adresse, Et j’en vois chaque jour nouvelle espèce. Les fâcheux, Acte I, scène 1 Jean Diwo est connu de beaucoup et pas assez de tous. Confiez-le à vos amis ou à votre âme tranquille. J’ai lu, Flammarion,1997, 400 pages, un petit 8€ neuf pour ballade dans les jardins royaux. Lectori salutem, Pikkendorff

Tempuslegendae

Le 10/11/2012

Pourquoi ne pas penser que Clémence laisse aujourd’hui en nous le souvenir d’amours de cour tumultueuses, légères comme sa dentelle, le tout à ranger dans les chroniques galantes de l’«œil-de-bœuf». Mais croyez-moi, la réalité est tout autre… Tout commence par une belle journée d’août 1661, sous le règne du Roi soleil. Fouquet donne ce jour-là, une somptueuse réception au château de Vaux-le-Vicomte. Mais il arrive que les bonnes intentions se paient quelquefois d’une valeur escomptée. En effet, la splendeur et la prodigalité de celles-ci sont loin de plaire à Louis XIV, qui mieux que de s’en tenir au retrait de Fouquet pour l’intégration de Colbert, décide de faire édifier un château à Versailles dont aucune fortune de France ne saurait rivaliser avec le projet fou du monarque. C’est là qu’entre en scène une certaine Clémence, fille de François de FRANCINE, fontainier italien du Roi et homme de confiance dans les travaux des Eaux. Les jardins seront mis en valeur à condition de faire jaillir des cascades et des fontaines, d’être un brin créatif, bref de pouvoir donner un bel enchantement dans un parc digne de Le Nôtre. On inaugurera bientôt le fameux «Opéra hydraulique», car bien entendu rien n’est plus beau que le chant des eaux. Autour de la famille du paysagiste fontainier gravitent des grands de la peinture et de la littérature, nous rencontrons Le Vau, Mansart, le Brun, Jean de La Fontaine, Molière, sans oublier Racine. Un jour où les nobles artistes découvrent Clémence se baignant nue dans le bassin de Saturne, ces derniers la baptiseront «Ondine». L’art engendrant la séduction, la jeune femme fera son entrée à la cour, elle participera aux fêtes galantes tout en conservant la simplicité propre à ses origines. Néanmoins, son ascension sociale sera largement favorisée par le roi, qui, quoiqu’il en dise, aura un pincement amoureux pour celle que d’autres aurait bien failli baptiser naïade. La jeune femme sera ainsi sa protégée. Chose banale pour les adhérents de club littéraire un peu «tête en l’air», à l’époque, ce livre m’avait été adressé sans que je le commande. Tout livre dûment acheté doit être lu, s’avérait être une bonne devise de consolation. Je vous assure, cette histoire est fameuse, l’auteur très recommandable; toutefois, ne jouez pas trop avec les dates limites, on ne gagne pas en satisfaction à tous les coups.