Prêt à feuilleter

Kennedy et moi

de Jean-Paul Dubois , date de sortie le 02 septembre 1997
Samuel Polaris va mal. Très mal. Il achète un revolver, menace l'amant de sa femme et mord sauvagement son dentiste. Mais comment être certain que ce ne sont pas les autres, les gens «normaux», qui ont... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Samuel Polaris va mal. Très mal. Il achète un revolver, menace l'amant de sa femme et mord sauvagement son dentiste. Mais comment être certain que ce ne sont pas les autres, les gens «normaux», qui ont basculé dans une sorte de folie collective?

Samuel doit reconquérir sa dignité. Même si, pour cela, il doit voler à son psychiatre la montre que portait Kennedy le jour où il a été assassiné.


«Hier, j'ai acheté un revolver. Cela me ressemble bien peu.»


«Trois mots et quelques suffisent désormais pour reconnaître la patte de notre Carver français.

Drôle et noir, pessimiste et tendre, follement désespéré, c'est Dubois tout craché.»

Le Point

Caractéristiques

Titre Kennedy et moi
Collection Points
Editeur Points
Date de parution 02 septembre 1997
Nombre de pages 202 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 127 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-02-032365-6 - 9782020323659

4,5/5

Anneke212

Le 18/12/2018

Samuel Polaris va mal. Il s’achète un revolver, consulte l’amant ORL de sa femme, mord son dentiste et se désole des voies que ses enfants devenus adultes ont choisis. A première vue, Ce quart de couverture ne m’avait pas du tout conquis mais j’ai fait confiance à l’auteur. J’ai adoré ce livre.Il y a une forme de furie dans ce roman, on ne s’ennuit pas une seule seconde. Tout s’enchaine très vite et sans même s’en rendre compte on est plongé dans un profond questionnement sur notre existence et les attentes de la société. Ce livre se lit d’une traite.

caroline2021

Le 17/11/2014

J'ai beaucoup aimé ce bouquin. J 'ai ressenti plein d'empathie pour ce type bourru, méchant et depressif. Une histoire pas politiquement correcte et sans morale. L'adaptation cinematographique est géniale.

patatarte2001

Le 19/06/2014

Je mettrai ce roman en parallèle avec celui de Michel Houellebecq "extension du domaine de la lutte". En effet les personnages principaux de ces deux romans sont tous les deux dépressifs, au bout du rouleau à tel point qu'ils peuvent même devenir violents. C'est ainsi que Polaris dans Kenney et moi en viendra à mordre un dentiste alors que l'informaticien dans extension du domaine de la lutte giflera sa collègue de travail. Les deux apprécient les armes. Pour Polaris l'arme à feu est une alternative acceptable et pour l'informaticien d'extension du domaine de la lutte le couteau est "un allié considérable". Bien sûr une différence de taille (mais qui en fait n'en est pas une) demeure. L'un, Polaris, a une famille l'autre, l'informaticien, n'en a pas. Seulement Polaris a beau avoir une famille il n'en reste pas moins qu'il porte sur celle-ci un regard des plus pessimiste: Je vis pour ainsi dire seul, replié sur moi même. J'ai fort peu de rapports avec ma femme et mes trois enfants. Il me semble que nous ne partageons plus la même existence, que nous n'avons aucun avenir en commun." Et voilà comment une différence devient un point commun, ces deux personnages sont des solitaires. Mais le point commun à mon sens qui les rapproche le plus c'est d'abord et avant tout la lucidité. Tous les deux, perçoivent tout de suite la vanité et la dérision des gens, l'inconsistance et la fragilité des sentiments, l'artifice qui régit les unions, le ridicule des convictions. Bref j'ai adoré ce roman, je le recommande même aux dépressifs car il y a de l'humour noir chez Jean-Claude Dubois.

blandine5674

Le 18/03/2014

Pour Samuel, écrivain, rien ne va plus. Il prend rendez-vous chez un O.R.L. : l’amant de sa femme. Sa fille, ne pense qu’à sa future carrière et à l’argent. Ses jumeaux sont deux extra-terrestres. Son dentiste l’arnaque, quant à son psy… Rarement livre ne m’a fait autant rire. Humour grinçant et caustique, au diable les conventions, les hypocrites, les faux-semblants. Du bonheur ! L’écrivain français, pour moi, qui se rapproche le plus de John Fanté.