camion
Livraison garantie avant Noël sur tous les produits en stock
nouveau
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Je peux me passer de l'aube

de Isabelle Alonso , date de sortie le 07 septembre 2017
Juillet 1939, la guerre d'Espagne est finie. Angel Alcalá Llach, 16 ans, rentre enfin chez lui, après un an au front et quatre mois au camp de Saint-Cyprien. Mais sous Franco, le pays asphyxié n'est plus... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 16 décembre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Juillet 1939, la guerre d'Espagne est finie. Angel Alcalá Llach, 16 ans, rentre enfin chez lui, après un an au front et quatre mois au camp de Saint-Cyprien. Mais sous Franco, le pays asphyxié n'est plus qu'une prison à ciel ouvert.

Angel parviendra-t-il à survivre dans ce monde sans droits, où toute résistance est passible de mort ? C'est pourtant dans les temps les plus sombres que l'on fait les rencontres les plus surprenantes et que, contre toute attente, la vie peut revêtir les couleurs de l'espoir.

Avec une écriture lumineuse et passionnée, Isabelle Alonso dépeint la tragédie sans jamais se départir de son humour. Je peux me passer de l'aube donne la parole aux vaincus qui croient malgré tout en l'avenir.

Caractéristiques

Titre Je peux me passer de l'aube
Date de parution 07 septembre 2017
Nombre de pages 301 pages
Dimensions 21,00 cm x 15,00 cm
Poids 338 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-35087-423-4 - 9782350874234

4/5

Dominique_Lin

Le 03/02/2018

Ce roman est la suite de Je mourrai une autre fois. La guerre civile est finie, Franco est au pouvoir, a tous les pouvoirs. Nous retrouvons Gelìn, devenu Angel, au camp de Saint-Cyprien, en Catalogne. Tous ses rêves sont brisés, il n’aspire plus qu’à une chose : rentrer au pays, avec une promesse d’amnistie. Il retrouve « le soleil qui le chauffe de ses rayons ibériques ». L’air qu’il respire est enfin celui de son Espagne. Mais là s’arrête la poésie de l’instant, car tout est plus difficile que prévu. On ne relâche pas les Rojos comme ça dans la nature ! Il devient chair à travaux forcés, pour reconstruire ce que les Républicains avaient détruit. Malgré les brimades, la fatigue et l’enfermement, il aspire toujours à retrouver sa famille, expliquer son départ à la guerre à son père, tout recommencer, comme avant. Mais son père est mort, et il n’y aura pas de pardon. Enfin, il peut retrouver sa mère, sa sœur et tenter de recommencer une vie sous la dictature des fachas, avec la peur de la dénonciation, d’émettre la moindre idée, mais avec toujours l’envie de résister, de ne pas accepter que tout est terminé, car sinon, à quoi auraient servi ces années de lutte, tous ces morts, ces sacrifices ? Mais rejoindre la résistance n’est pas facile. Personne ne parle, personne n’ose. Il faut faire semblant, être invisible, tout en essayant de retisser les réseaux, dans la plus grande clandestinité, en courant le danger immédiat d’être abattu. C’est le retour dans les rues de son enfance, les repères, les odeurs, tout lui parle, mais c’est aussi les petits boulots, la misère, la faim, la débrouille. C'est aussi aussi l'amitié, la notion de compagnons, de camarades… Ce n’est pas un roman rose, encore une fois, mais c’est le sujet qui veut ça. Vivre en dictature n’est pas de tout repos quand on a une conscience. Heureusement, l’espoir est là, toujours présent qui lui permet de continuer d’avancer, de croire en un lendemain meilleur, même si l’Histoire nous dit que cela va durer très longtemps… On retrouve l’écriture d’Isabelle Alonso, poignante, forte. On sait que le sujet la taraude… peut-être un peu trop, car on sent parfois trop l’intention de dénoncer. Le lecteur peut se faire sa propre idée sans être guidé dans son jugement. Merci encore à l’auteur de nous rappeler de l’intérieur ce qu’était cette dictature si proche de nous, dans le temps et dans l’espace. 36 années de fascisme à notre porte, de l’autre côté des Pyrénées, ce n’est pas anodin. Et on peut se poser des questions quand on voit la montée de cette peste brune autant en Espagne que dans de nombreux pays d’Europe, malgré l’Histoire récente ! Après ces deux romans, j’espère qu’Isabelle nous offrira son écriture dans des sujets plus légers, plus heureux…

DOMS

Le 16/11/2017

Dans Je peux me passer de l’aube nous retrouvons Gélin, que nous avions découvert dans « Je mourrai une autre fois » à 16 ans. C’est la fin de la guerre civile espagnole et il est toujours interné au camp de Saint Cyprien, côté français. Dans les camps de ce côté des Pyrénées, les espagnols ont le choix entre rester ou repartir au pays. Angel choisi de revenir en Espagne, mais le voyage ne sera ni paisible, ni rapide. A son arrivée en Espagne, il est condamné à faire des travaux, reconstruire ces ponts qu’il avait aidé à détruire dans la résistance. Après plus d’une année, il va enfin rejoindre sa famille. Entre temps, son père est mort, il ne pourra s’expliquer avec lui. Il découvre le quotidien dans l’Espagne franquiste. La peur de la délation, la misère, le manque de travail, la crainte d’être pris pour ces « Rojos » qui ont tout à craindre du pouvoir en place. Malgré cette situation, Gélin espère des jours meilleurs, découvre la fraternité faite de petite résistance, pour se prouver qu’une démocratie reste un rêve accessible. Il va rejoindre un groupe de clandestins communistes, les seuls un tant soit peu organisés, ces jeunes hommes qui par des actions souvent dérisoires prouvent que la guerre contre Franco n’est pas terminée. Bel espoir porté par ces jeunes hommes qui espèrent en la fin de la seconde guerre mondiale pour voir tomber tous les dictateurs, de Hitler à Mussolini, en passant par Franco. Le sentiment qui s’impose à la fin de la lecture est celui d’un immense espoir et d’une grande foi en l’homme, en une fraternité dans la lutte pour préparer un avenir meilleur. Si vous aimez l’histoire, l’Espagne et le contexte de la seconde guerre un roman ni trop dur ni trop noir, écrit avec humour et dérision, celui-ci est pour vous. Isabelle Alonso évoque le quotidien des espagnols, trouver à manger, s’habiller, travailler en échange d’un salaire, laissant de côté la partie la plus sombre, celle des arrestations, tortures, exécutions (même si ces thèmes sont également abordés).