Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Histoire d'Adrian Silencio

de Eléonore Pourriat , date de sortie le 21 août 2019
Qui était Adrián Silencio, le grand-père de Cléo ? Un musicien. Un réfugié du régime franquiste. Oui mais encore ? Cléo ne sait rien de lui, tout le monde autour d elle s'étant employé à se... Lire la suite

Livraison estimée le mardi 03 novembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Qui était Adrián Silencio, le grand-père de Cléo ? Un musicien. Un réfugié du régime franquiste. Oui mais encore ? Cléo ne sait rien de lui, tout le monde autour d elle s'étant employé à se taire.

Alors qu'elle s'apprête à quitter Paris pour l'Amérique, elle se plonge dans le cartable où son grand-père a regroupé les papiers d'une vie et remonte le temps, jusqu'au coeur de la tourmente européenne des années trente. Quelle vie Adrián a-t-il quittée ? Qui a-t-il laissé derrière lui ? Puisque personne ne peut lui raconter cette histoire qui est la sienne, il faudra que Cléo l'écrive.

À la fois enquête, fresque familiale et hommage à tous les exilés, Eléonore Pourriat signe avec Histoire d'Adrián Silencio un premier roman vibrant sur le pouvoir consolant des mots et de la littérature.

Caractéristiques

Titre Histoire d'Adrian Silencio
Editeur Lattès
Date de parution 21 août 2019
Nombre de pages 426 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 440 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-7096-6345-8 - 9782709663458

3,8/5

sylvaine

Le 24/09/2019

Histoire d'Adrian Silencio Eléonore Pourriat J.C Lattès août 2019 #HistoireDadriánSilencio #NetGalleyFrance "Qui était Adrián Silencio, le grand-père de Cléo ? Un musicien. Un réfugié du régime franquiste. Oui mais encore ? Cléo ne sait rien de ses ancêtres, tout le monde autour d’elle s’étant employé à se taire." Ce sont ces quelques mots en 4ème de couverture qui m'ont incitée à tourner la première page. J'ai donc fait la connaissance de Cléo, de Tina sa mère et d'un cartable usé . C'est là qu'Adrian "l'abuelo" a conservé précieusement papiers, documents administratifs, quelques souvenirs, quelques photographies et deux ou trois lettres. c'est cet homme que Cléo veut découvrir rompant ainsi le silence de 3 générations. C'est de New-York que Cléo va partir en quête, remontant à tâtons les chemins escarpés de la mémoire. Si je peux comprendre la démarche individuelle de quête d'identité, de recherche d'origine, d'appétence à retrouver les membres d'une famille dispersée, si je peux également comprendre le besoin irrépressible de mettre noir sur blanc cette remontée dans le temps , je m'interroge sur la nécessité de les publier. Un ressenti mitigé donc, une histoire unique pour ceux qu'elle concerne, du déjà vu pour l' étrangère que je suis. Une publication dans l'air du temps sans plus. Un grand merci aux éditions J.C Lattès pour ce partage.

Kittiwake

Le 21/08/2019

Le titre attire l'oeil : l'exotisme du prénom avec son accentué et le mystère qu'évoque le patronyme, voilé d'un possible mutisme sont prometteurs. Reconstituer une biographie à partir de quelques documents énigmatiques et des témoignages nébuleux et invérifiables, passés à travers le sas d'une mémoire infidèle est pourtant une tendance en vogue en littérature contemporaine. On découvre donc avec les premières chapitres que la narratrice Cléo ressent la nécessité d'élucider les circonstances de l'émigration de son grand-père, Adrián Silencio, qui a fui l'Espagne fasciste en 1936. Quelques photos, des lettres, des documents officiels classés dans un cartable de cuir sont le point de départ de récit. Est-ce en raison du peu de matière à traiter, car l'histoire est au final assez banale, et le fait que le grand-père fut un musicien doué n'est pas suffisant pour créer la fascination? le récit se perd en conjectures et en introspection spéculative, et devient vite lassant. C'est dommage car la démarche est louable et la quête obstinée des origines aboutit à une issue plutôt réjouissante. Pas question non plus de pointer la responsabilité de écriture , car celle ci est empreinte d'une belle sensibilité et une maitrise de l'art de trouver la formule. Ce récit trouvera sûrement son lectorat, dont je ne fais pas partie, à mon grand regret. #HistoireDadriánSilencio #NetGalleyFrancer

cecille

Le 27/07/2019

Cléo, une jeune femme qui se raconte à travers l'histoire de son grand père Adrian, voilà le tout premier roman d’Éléonore Pourriat. Elle nous confie avoir 7 ans quand il quittait ce monde, ne l'a donc que très peu connu, sa maman lui en a presque jamais parlé. Silence. Non-dit. Cléo, elle, il lui manque quelque chose, elle veut connaître cette origine du côté de sa mère et décide de se lancer corps et âme dans cette quête à la recherche de cet homme, musicien professionnel, espagnol né en juin 1903. C'est une cousine de de sa grand mère qu'elle va tout d'abord rencontrer, Solange. Celle-ci va l'éclairer sur le passé de sa grand-mère, son enfance, sa jeunesse et ce grand amour avec Adrian, qui lui est à Paris après avoir fui son pays sous Franco. Et puis elle révèle une autre vie d'Adrian, celle d'avant, celle vécue en Espagne, puisqu'un jour, un jeune homme vient à la rencontre de la nouvelle petite famille, c'est le fils d'Adrian. L'enquête de Cléo va ensuite lui faire rencontrer son oncle, jumeau de sa mère, Vivo, qui lui, va lui conter ce qu'il croit savoir. Et puis elle sait qu'un cartable existe, appartenant à son grand-père. Elle va demander à sa mère de le voir et de l'ouvrir. Que va t-elle découvrir de plus ? Un extrait du registre des actes de mariage ... Un choc ! Il est trop tard pour revenir en arrière, il faut avancer désormais et Cléo poursuit inlassablement ses recherches. Tout en se posant une question essentielle qui est : Ais-je le droit ? En effet, est-il bon de déterrer ainsi les souvenirs d'un homme qui fut mari, père, amant, grand-père. Un homme qui a caché ce passé, enseveli sous un silences pesant ? Va t-elle parvenir à bâtir un pont entre les deux pays l'Espagne et la France, les descendances, va t'elle parvenir à retrouver des liens, des membres de cette famille espagnole tombée dans l'oubli ? Et puis est-ce si nécessaire quand ce désir appartient à une seule personne, comment sa propre famille peut réagir ? Vous découvrirez tout cela en lisant l'Histoire d'Adrian Silencio Diaz. C'est une histoire familiale intense, une enquête sur cet homme exilé, ayant fui la guerre, ce qui n'est pas sans faire écho à tous ces gens aujourd'hui qui fuient leurs pays. Malgré le fait que l'auteure soit parvenu à trouver les mots justes, ses personnages manquent d'émotion, pourtant elle est bien là l'émotion, mais personnellement je n'ai pas vibré pour les personnages très attachants pourtant. J'ai eu un sentiment de lenteur, des pages et des pages pendant lesquelles rien se déroule, un peu à regret dans la construction du roman. #HistoireDadriánSilencio #NetGalleyFrance

mariech

Le 26/07/2019

Adriano Silencio c’est le grand père espagnol de l’auteur , exilé comme de nombreux espagnols après la défaite du camp républicain. Toute sa vie est contenue dans un vieux cartable en cuir qu’il a lui même trouvé un jour dans le métro , sa femme et ses enfants n’ont jamais osé l’ouvrir pressentant un secret de famille qui les dépasserait , leur ferait du mal Et puis un jour c’est la petite fille qui ouvrira ce cartable , le temps est venu de l’ouvrir . Très beau livre sur les secrets de famille , sur ce qui est caché , dont on ne parle jamais pour éloigner la souffrance pense - t - on et pourtant les dégâts sont bien présents , mal être inexplicable qui se transmet de génération en génération. Il faudra l’exil à New York pour enfin lire les documents , photos que reposent depuis si longtemps dans le cartable de l’aïeul car dans cette famille on ne parle pas , ce qu’on ne dit pas n’existe pas . Livre touchant , émouvant par son sujet , sur la famille et ses secrets mais simplement aussi sur ses failles . Livre intime et universel à la fois car les histoires de familles nous concernent tous . Belle démarche de l’auteur qui a pu aller jusqu’au bout malgré les réticences . L’écriture très belle également, je voulais le souligner . Belle lecture .