Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Ferdinand et les iconoclastes

de Valérie Tong Cuong , date de sortie le 05 mars 2003
Ferdinand a les traits cassés, la peau mate, une beauté inhabituelle. Il porte des vêtements démodés, il parle peu et d'une voix métallique. Parfois, il rêve, on ne sait à quoi, en surfant des nuits... Lire la suite

Livraison estimée le vendredi 02 octobre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Ferdinand a les traits cassés, la peau mate, une beauté inhabituelle. Il porte des vêtements démodés, il parle peu et d'une voix métallique. Parfois, il rêve, on ne sait à quoi, en surfant des nuits entières sur son ordinateur.

Quand un géant des cosmétiques ("Health, Beauty, Mind and Body") engage ce premier de la classe, rien ne laisse soupçonner qu'il en sera bientôt l'un des dirigeants, inaccessible et solitaire, à la tête d'une armée de travailleurs. Ferdinand organise, "dégraisse" les effectifs, rationalise. Tout lui réussit, de Paris à New York: les femmes, l'argent, la docilité des actionnaires. A-t-il seulement un point faible? Il sait que la prospérité a une fin: derrière l'explosion des profits, il y a le vide, et toutes ces poupées de chair qu'on envoie à la casse, la vie soudain dont on ne fait plus rien. Alors, Ferdinand l'iconoclaste a une idée pour que tout change. Une idée révolutionnaire...

Satire réaliste de l'entreprise, plongée dans l'inconscient de ce héros actuel qu'est le "businessman", utopie sociale qui préfigure un monde sans l'aliénation du travail, loin et si proche de nous, Ferdinand et les iconoclastes est une fable implacablement menée.

Caractéristiques

Titre Ferdinand et les iconoclastes
Editeur Grasset
Date de parution 05 mars 2003
Nombre de pages 369 pages
Dimensions 23,00 cm x 14,00 cm
Poids 395 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 2-246-62651-X - 9782246626510

4,7/5

migdal

Le 25/11/2018

Séduit par le superbe « par amour » que Valérie Tong Cuong a consacré au HAVRE durant la dernière guerre, je me plonge progressivement dans ses autres ouvrages et ai lu ce weekend « Ferdinand et les iconoclastes », publié en 2003, qui romance l'ascension de Ferdinand vers la Présidence d'une multinationale qui pourrait évoquer L'Oréal. L'auteur aborde plusieurs thèmes et d'excellentes critiques ont déjà souligné la richesse de ces pages. J'avoue que c'est le thème de l'IA (intelligence artificielle ou intelligence améliorée) qui m'a le plus passionné et je trouve merveilleux que la romancière ait su, il a quinze ans, anticiper ce que les technologies apporteraient à la prise de décisions et donc à l'optimisation des résultats économiques jusqu'au jour où un petit caillou … Un livre incontournable pour celles et ceux qui souhaitent percevoir les risques et opportunités de ces nouveaux outils qui envahissent progressivement nos existences. PS : ma critique de "par amour"

ninosairosse

Le 20/11/2017

Iconoclaste : Relatif à l'iconoclasme ; partisan de l'iconoclasme. Qui est ennemi de toute tradition, qui cherche à faire disparaître tout ce qui est le passé. Dans ses pires cauchemars, Ferdinand déraille visage couvert d'une cagoule en féraille La plupart des êtres sont des inconscients Tous ces gens ne résonnent-ils qu'au présent ? Il pointe le ciel du doigt, Oraison étrange et poétique Raconte les pluies d'étoiles et les rayons cosmiques Vision manichéenne de l'élévation au sommet hierarchique Production du collagène, alicament et management cosmétique Les ombres marchent sur lui en armée, doléances et perfidies, ne pas avancer, c'est déjà reculer... Nous naissons pour travailler, masse qui avance en cadence, parler autre chose que de particules, mettre à profit ses connaissances Naissance d'une utopie, défi , mise à l'épreuve de l'après virgule, corrélation entre caprice et vanité pour quelles conséquences !? Pas de couleurs dans le monde extérieur Revenir au plein emploi, illusion d'intérieure Perdu dans ses méandres numériques, Ferdinand ne parle que de robots et oublie, Qu'une femme au coeur chaud attend tout près de lui.... le Clonage, Darwin à Wall Street option d'un futur proche pas trés warrant essayez d'imaginer la suite , Ou rejoignez les iconoclastes et son président Ferdinand Merci Valérie pour la dédicace et ce très bon roman :-)

Adelliteration

Le 01/07/2014

Je viens de terminer ce roman avec une seule déception : qu'il n'y ait pas de suite ! Je me suis attachée au trio formé par Ferdinand, Mélissa et Dizzy ; aussi, chaque personnage représente-t-il un trait de caractère humain. J'ai beaucoup pensé à mes cours de littérature, notamment aux écrivains qui dénoncent les vices de la société. En l'occurrence, c'est la démarche qu'entreprend Valérie Tong Cuong : elle stigmatise la catégorie des parvenus, mais aussi les pratiques peu scrupuleuses des politiques, des médias et des hommes de pouvoir. Ce roman résume l'actualité et nous rappelle que la Vie elle-même ne réside pas au sein de l'Argent, souvent virtuel et éphémère, agissant tel un aimant envers les intéressés mais non les âmes sincères.