Prêt à feuilleter

En amoureux

de Arnaud Guillon , date de sortie le 02 janvier 2019
En amoureux

Paul et Ninon se rencontrent un soir chez des amis. Alors que le premier se remet d'une rupture et que la seconde s'ennuie dans son mariage, ils succombent à l'attirance qu'ils ép... Lire la suite

En stock en ligne

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

En amoureux

Paul et Ninon se rencontrent un soir chez des amis. Alors que le premier se remet d'une rupture et que la seconde s'ennuie dans son mariage, ils succombent à l'attirance qu'ils éprouvent l'un pour l'autre. Faite de promenades et de rendez-vous leur histoire commence à Paris que l'été a vidé de ses habitants.

« Et si nous partions en amoureux ? » propose un jour Ninon.

Cette idée enchante Paul. Ninon ne connaît pas les Cyclades. Paros, avec sa nature sauvage et sa mer turquoise, est l'endroit rêvé pour l'amour. Mais l'amour réserve parfois des surprises et le paradis peut devenir l'enfer.

De sa plume délicate, Arnaud Guillon explore les vertiges du désir et met au jour la complexité des êtres.

Caractéristiques

Titre En amoureux
Collection Le Livre de poche
Date de parution 02 janvier 2019
Nombre de pages 181 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 118 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-253-90662-9 - 9782253906629

L'offre du moment

1,7/5

ninachevalier

Le 17/07/2017

Arnaud Guillon En amoureux Éditions Héloïse d'Ormesson ( 172 pages – 17€) Mars 2017 Le roman s'ouvre sur une fête organisée par un couple qui pend la crémaillère. Vont s'y croiser Ninon, une jeune femme archéologue, céramologue et Paul, documentariste. Très vite, cette « liane brune » tombe sous le charme de Paul. Paul cherche à en savoir plus auprès de Félix : il apprend que «  son couple bat de l'aile », qu'elle a un enfant. Serait-elle victime de la crise de la quarantaine ? On suit les rencontres clandestines, torrides de Ninon avec Paul. Un vrai cataclysme. On peut être perdu , le récit naviguant entre le présent et la liaison improbable et le passé qui par flashback remonte à la naissance de l'amour avec son mari Thaddée. On fait escales dans divers lieux : Porquerolles, la Provence, Paris , les Cyclades. Ninon ,mue par le désir grandissant d'être avec Paul, lui suggère une escapade. C'est après des vacances en famille que Ninon prend la liberté de s'envoler avec Paul, «  en amoureux », bien que ce dernier soit encore habité par Chiara. C'est sur l'île de Paros, aux paysages paradisiaques ( «  transparence turquoise »), que Paul a choisi de vivre leur amour neuf sans avoir à se cacher. Paul compte rendre visite à un couple d' amis installé avec sa famille. Arnaud Guillon s 'avère un excellent peintre paysagiste, quand il décrit Paros, sa végétation ( glycine, bougainvillées, hortensias, cyprès), la côte rocheuse, les collines fauves. «  Tout, dans ce paradis, suscitait l'amour. » L'auteur distille un cocktail d'effluves (jasmin, Heure bleue, Nahema) , de couleurs, de saveurs ( pistaches, rapsani), de bruits( cigales, clapotis) et titille nos sens. Si Sylvain Tesson considère le livre comme indispensable sur une plage, pour Ninon qui se plonge dans Le bel été de Pavese et Paul dans Paris est une fête de Hemingway, cela traduit plutôt l'ennui, ou le besoin de s'éloigner de l'autre. Leurs baignades restent leur seul moment de communion. Voilà Paul qui s'interroge sur les causes de la distance que prend Ninon, de son détachement, de son indifférence, de son refus de tendresse, d'étreintes, de baisers. Le lecteur aussi. Compte tenu de leurs ébats parisiens, des textos échangés, de leur emballement, comment expliquer un tel soudain revirement ? Le sentiment de tromper son mari la tarauderait-elle ? Aurait-elle un once de culpabilité ? Cette liaison extra-conjugale mettrait-elle du piment dans son quotidien ? La vérité, Ninon la lui crache un matin. Si inattendu cet aveu que Paul a de quoi être déboussolé, secoué et nourrir des désillusions. L'inconstance de Ninon nous questionne. Son instinct maternel refait surface en jouant avec Flore. Pas facile de rien laisser paraître lors de leur visite chez les amis de Paul qui eux voient en Ninon sa petite amie. Alice et Bruno font couler du champagne « Drappier » pour ces retrouvailles, comme Amélie Nothomb, tout en revisitant leurs années estudiantines. On dîne à La Rotonde ! N'en pouvant plus de cette situation, Ninon signifie à Paul son désir de rentrer à Paris au plus vite. Va-t-elle réussir à changer les billets ? À abréger leur séjour qui a tourné au fiasco ? Une vraie mascarade ! Laissons le lecteur spéculer. Toujours est-il que Paul connaît la réponse à la citation d'Aragon, mise en exergue, : « C'est fait comment, un coeur de fille » ? Sa déréliction attriste. Arnaud Guillon poursuit son exploration du thème de l'amour comme dans Tableau de chasse . Ici, il décortique les intermittences du coeur de son héroïne Ninon Faber et radiographie cet attachement aveugle, l'expression du désir qui change de cible. Pour Philippe Labro «  Ce ne sont pas les lieux qui comptent, c'est l'amour qu'on y transporte. » Il est certain que Paros sera un souvenir assombri, amer pour les deux protagonistes, mais lumineux pour le lecteur, les lieux étant mémoire. L'enfer pour les uns , le paradis pour d'autres. Arnaud Guillon signe un roman montrant que l'amour continue à défier les lois de la raison, mettant en garde contre l'emballement passionnel qui n'a qu'un temps.

zabeth55

Le 17/03/2017

Paul, cinéaste, rencontre Ninon, archéologue. Ils tombent amoureux et partent en vacances à Paros, dans les Cyclades. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Une histoire sans originalité et de peu d'intérêt. Des personnages bobos parisiens peu attachants. Une écriture plate, sans recherche, avec un vocabulaire basique. Des dialogues convenus et des redites lourdes : il faudrait compter le nombre de fois où le parfum « Heure bleue » est cité. Rien ne semble approfondi dans ce roman. Ni l'intrigue, ni la psychologie des personnages, ni la description des lieux. On ne saisit pas bien l'objectif de l'auteur.

motspourmots

Le 16/03/2017

Donc j'étais à la Librairie Le Divan en attendant la rencontre avec Agnès Desarthe, je flânais entre les tables, je sortais d'une série de lectures au contenu assez dur, je cherchais quelque chose de plus lumineux... Le titre m'a fait de l'oeil, je me suis souvenue d'avoir lu beaucoup de bien du précédent roman de l'auteur qui n'en est pas à son coup d'essai. La quatrième de couverture était plutôt prometteuse, une escapade à Paros en amoureux voilà qui était tentant. "De sa plume délicate et sensuelle, Arnaud Guillon explore les vertiges du désir et met au jour la complexité des êtres" était-il écrit. Waouh tout un programme ! Autant le dire tout de suite, j'ai eu, en refermant ce livre (heureusement très court) une impression d'avoir été trompée sur la marchandise, un vrai début de colère et l'envie de crier "remboursez !"... La plume délicate et sensuelle ? Aucune trace. Par contre, les clichés se ramassent à la pelle. Les personnages n'ont aucune épaisseur, on a l'impression d'être dans un catalogue qui nous vanterait les charmes de différents endroits du monde en y faisant déambuler des mannequins aussi beaux qu'impersonnels. J'ai rarement eu une telle impression de vide. Une écriture banale, des dialogues creux... Comment voulez-vous qu'on s'intéresse un tant soit peu à la relation entre Ninon et Paul alors qu'eux-mêmes semblent inintéressants au possible ? Même la beauté de Paros n'est pas exploitée à sa juste valeur. On a l'impression que l'auteur s'est fait plaisir en se remémorant un certain nombre de ses voyages ou envies de voyages, on croit comprendre qu'il a une passion pour les parfums Guerlain à force de semer des sillages d'Heure bleue ou de Nahema dans tous les coins. Pendant ce temps, Ninon qui pensait aimer Paul et quitter son mari pour lui change d'avis et tire la gueule pendant leur séjour à Paros. Et après ? Ben rien. Même pas un livre. Bref, vous l'aurez compris, si vous avez 17€ en poche et l'envie de vous offrir un livre, choisissez-en un autre.