Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Charge d'âme

de Romain Gary , date de sortie le 04 novembre 1997
Le «carburant avancé». Tel est le nom donné pudiquement à la nouvelle énergie qui fait marcher les lampes, les moteurs, les voitures, et sert aussi pour des superbombes nucléaires. Ce «carburant... Lire la suite

Livraison estimée le mardi 10 novembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le «carburant avancé». Tel est le nom donné pudiquement à la nouvelle énergie qui fait marcher les lampes, les moteurs, les voitures, et sert aussi pour des superbombes nucléaires. Ce «carburant avancé» n'est rien d'autre que les âmes, saisies par des «capteurs» et mises dans des piles. Comment réagissez-vous, quand vous apprenez que la femme que vous aimez va survivre sous la forme d'une ampoule de 100 watts, et que votre vieux voisin, un ancien résistant, est maintenant dans le moteur de votre Citroën ?

Cette fable endiablée ne laisse aucun répit au lecteur. Ce n'est qu'après le mot de la fin qu'il pourra prendre le temps de réfléchir aux problèmes que, sans en avoir l'air, pose l'auteur, et notamment celui de notre «captation» à l'intérieur d'un «techno et socio système» où se rejoignent la technique et l'idéologie, dans une course effrénée au rendement, à la croissance illimitée et à l'asservissement de l'esprit.

Caractéristiques

Titre Charge d'âme
Auteur Romain Gary
Collection Folio
Editeur Gallimard
Date de parution 04 novembre 1997
Nombre de pages 328 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 178 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-07-040366-1 - 9782070403660

3,3/5

Fleuryne

Le 10/06/2016

Une fiction angoissante où l'on utilise l'âme humaine comme carburant. Ce roman de Romain Gary mélange politique science et éthique. Quelle limite fixer ou pas à la science ? Qui peut prétendre détenir la raison nécessaire à un usage raisonnable de la science? La science possède en elle le pouvoir de la destruction meme de l'homme. La science à un pouvoir de déshumanisation de l'homme. Qui gagnera cet étrange combat ou l'homme pense avoir le pouvoir sur la science alors quelle le domine ... Ce roman prête à la réflexion. Il analyse l'histoire et nous invite à une prise de hauteur certaine ...

meeva

Le 13/02/2016

« Charge d'âme » a été publié en 1977 par Romain Gary. Si son souffle continue à émettre aujourd'hui, c'est à travers ses livres. C'est pourquoi je ne cesse de le relire depuis que je l'ai découvert à 15 ans. Pour partager, un peu, le cheminement de cet homme, qui a eu une vie si riche d'événements, de lieux et de rencontres et qui est toujours resté si profondément humain et fraternel. Marc Mathieu est un scientifique. C'est un génie, un créateur. Comme il se doit dans le domaine de la création scientifique, il a le pouvoir de détruire le monde. Il met au point un carburant avancé. Il s'agit de « capter les âmes » au moment de la mort et d'utiliser l'énergie du « souffle » comme carburant. Idée géniale déjà évoquée dans « La tête coupable » dont le héros n'était autre que Marc Mathieu qui se cachait en Polynésie sous le pseudonyme de Gengis Cohn - avec Gary, même ses personnages de roman ont des pseudo… Gengis Cohn était le nom déjà donné à un autre personnage dans son roman « La danse de Gengis Cohn ». S'il y a un lien qui existe entre ces trois livres, c'est sûrement l'humanité, et la réflexion sur la déshumanisation de l'homme. Autant l'idée du livre est géniale, autant il me semble resté à l'état de brouillon (avancé lui aussi, tout de même…) du point de vue de l'écriture. Fort de nombreuses répétitions, dont Gary est coutumier, il est aussi moins percutant dans les formules et moins poétique dans les descriptions. C'est du moins mon impression générale. Écrit à une période où Gary a été très prolifique, très préoccupé aussi certainement par Ajar, il reprend beaucoup de grands thèmes évoqués à maintes reprises par l'auteur. On y retrouve son cynisme et sa lucidité. « Heureusement, la mise au point de la bombe à neutrons permettait désormais de limiter les dégâts en ne tuant que les populations et en laissant intactes, debout, et pouvant continuer à servir, les assises matérielles de la civilisation. » Mais un cynisme et une lucidité contrecarrés par de l'espoir, parce que « le désespoir tout seul, ce serait seulement un manque de talent ». « - C'est ça, parle-moi du massacre des bébés phoques en Norvège et au Canada, ou de celui des éléphants en Afrique. Rappelle-moi le nombre de chiens que les Français laissent crever chaque fois qu'ils partent en vacances. Il y avait longtemps… Ah oui, et les baleines ! J'ai oublié l'extermination des baleines ! Ou les cinq millions de Juifs partis en fumée… Vas-y, parle-moi de la pollution irréversible du milieu marin ! Qu'est-ce que tu attends ! La déshumanisation, tu parles ! La déshumanisation, c'est humain ! Il s'interrompit. Ce qu'il y avait d'extraordinaire, dans tout ça, c'est que toutes les preuves accumulées ne prouvaient rien. L'illusion lyrique demeurait, comme si l'homme ne pouvait mettre fin à sa foi qu'en mettant fin à lui-même. » On retrouve ici quelques « tableaux » de « La danse de Gengis Cohn » ou de « La tête coupable », comme le christ portant sa croix, revenu voir comment ça se passe deux mille ans après, harcelé par quelques artistes sans scrupules. « Durant presque toute la durée de leur marche, alors qu'ils titubaient sous le poids de la bombe en avançant dans la direction du « cochon », le « paysan » leur tint compagnie, avec sa lourde croix. Ce fut seulement lorsque leur psychisme commença à s'habituer à cette compagnie, selon un processus d'accoutumance qui n'a jamais manqué de s'accomplir dans l'histoire, avec l'atrophie correspondante de la sensibilité, c'est alors seulement que cette présence perdit de sa visibilité, et les six professionnels se retrouvèrent seuls, peinant sous le poids écrasant dont ils étaient chargés, entre deux haies de soldats qui étreignaient leurs armes en leur jetant des regards meurtriers. » Comme j'approche de la fin – de ma relecture de Gary – une dernière citation, de mauvais augure. « Lorsqu'un homme est prêt à donner sa vie pour un cliché, c'est la fin des clichés et le début de l'authenticité. » N'oublions pas que nous avons nous aussi charge d'âme, à commencer par nous-mêmes… Et pour le petit air, j'en veux bien un : « Personal Jesus Your own personal Jesus Someone to hear your prayers Someone who cares Your own personal Jesus Someone to hear your prayers Someone who's there […]” Extrait de “Personal Jesus”, Depeche Mode : https://www.youtube.com/watch?v=i2GEOcEcRtY

loolunik

Le 27/01/2011

Imaginant un monde où l'âme humaine peut être captée et utilisée en énergie pouvant faire fonctionner de la montre à la voiture en passant par le simple briquet, Romain Gary nous entraîne au coeur de l'affolement mondiale que provoque cette révolution énergétique. Pourtant solution aux nombreux problèmes écologiques, ce "carburant avancé", tel qu'il est nommé par les scientifiques, va modifier les rapports de force entre grandes puissances dans un monde où règne la Guerre Froide. Un livre écrit en 1977 mais qui continue à être d'actualité. Dans une écriture légère, où la critique cinglante de la maîtrise de la science et de la recherche du rendement à tout prix se mêle à une finesse d'esprit et à un humour décapant, l'auteur nous amène à nous poser les bonnes questions sur la religion, l'idéologie, la solidarité socialiste, les sacrifices acceptés pour atteindre un objectif et leurs limites, sans nous perdre une seule fois en chemin. Grâce à des personnages hauts en couleur et de constantes péripéties, R. Gary nous mène comme dans une douce chute libre vers une vérité caché et son avis sur notre histoire. En outre, ce court roman, sans être à mon sens un "Incontournable", reste intéressant quant au recul qu'il nous oblige à prendre face au fonctionnement de nos sociétés où la science et le progrès sont perçus comme LA solution à tous nos problèmes, sans que soit mentionné le revers de la médaille.