Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Millésime 54

de Antoine Laurain , date de sortie le 04 avril 2018
Millésime 54

Paris, un soir de septembre. Peu de choses relient Hubert, propriétaire de son appartement de famille, Magalie, restauratrice en porcelaine, Julien, barman débutant, et B... Lire la suite

Livraison estimée le vendredi 17 avril 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Millésime 54

Paris, un soir de septembre. Peu de choses relient Hubert, propriétaire de son appartement de famille, Magalie, restauratrice en porcelaine, Julien, barman débutant, et Bob, touriste américain de passage dans la capitale. Pourtant tous les quatre vont ouvrir et partager une bouteille de Château Saint-Antoine 1954 retrouvée dans la cave du vieil immeuble où ils habitent.

Le lendemain matin, les rues ne sont plus tout à fait les mêmes, ni les autobus, ni les commerces, ni les gens. Un délicieux parfum d'autrefois flotte sur la ville. Et pour cause : ils sont retournés dans l'année du vin !

Sortilège ? Rupture temporelle ? De la traversée d'un Paris éternel où l'on croise Jean Gabin comme Audrey Hepburn, jusqu'aux mystérieuses vignes du Beaujolais qui vont livrer leur secret, les voilà pris dans un tourbillon le temps d'un week-end ailleurs.

Millésime 54 est une fête, une invitation au voyage qui fait la part belle à l'amour, à l'amitié et au désir de merveilleux qui sommeille en chacun de nous.

Caractéristiques

Titre Millésime 54
Editeur Flammarion
Date de parution 04 avril 2018
Nombre de pages 265 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 290 g
Support Broché sous jaquette
ISBN / EAN 978-2-08-140865-4 - 9782081408654

4,3/5

missmolko1

Le 17/01/2020

Millésime 54, un grand cru, c’est certain et surtout mon premier coup de cœur de cette année 2020. Autant vous dire que l’année commence fort ! Je découvre aussi Antoine Laurain pour la première fois avec ce livre et il me tarde de lire son dernier roman Le service des manuscrits grâce à la dernière masse critique. Verdict dans quelques semaines en tout cas la barre est très haute. Difficile de vous parler de ce livre tant je l’ai aimé. Il m’est difficile de trouver les mots justes pour lui rendre justice. Coté intrigue, disons que quatre personnages que tout oppose vont se retrouver, par un hasard de circonstance, à déguster une bouteille de vin du milieu des années 1950. A leur réveil, le lendemain, ils se retrouvent plongés dans un Paris bien différent, puisqu’ils sont arrivés en 1954. J’ai adoré l’intrigue et le scénario que j’ai trouvé originale. Les descriptions sont magnifiques et ce ne sont pas seulement nos quatre personnages qui voyagent, mais nous aussi lecteurs, nous en prenons pleins les yeux. Paris est sublimé sous la plume de l’auteur et l’on croise vraiment du beau monde (Piaf, Gabin, Dali pour ne citer qu’eux). Je ne suis pas fan de la capitale mais avec ce livre on a envie de faire comme Bob et d’arpenter les rues à la découverte du patrimoine et de son histoire. Au niveau des personnages, ils sont tous les quatre terriblement attachants et j’ai aimé suivre leurs histoires personnelles. Magalie et sa grand-mère que j’ai trouvé tellement adorables, Julien et son grand-père bien particulier, Bob et sa femme sont vraiment touchants et alors Hubert qui m’a fait tellement rire. J’ai été tellement triste de refermer ce livre et si vous ne l’avez pas encore lu, je vous le recommande vivement.

voyagelivresque

Le 26/02/2019

Imaginez que vous ouvriez une bouteille d’un bon cru et que vous voici projetés soixante ans en arrière. Un voyage dans le temps pour un roman lumineux plein de fraicheur, original, distrayant saupoudré de nostalgie , au rythme enjoué, joyeux , enlevé . Un récit plein de tendresse. Joli coup de cœur pour Millésime 54 de Antoine Lorain, une invitation à l’imaginaire , un joli conte, qui donne une part belle à l’amitié, au désir de merveilleux , à la jeunesse, à l’avenir et à l’amour. On ressent, combien l’auteur , prend un réel plaisir à nous plonger et à nous faire revivre et à nous balader dans ce Paris de 1954, à qui il donne par son jeu d’écriture le charme d’antan à nous faire rencontrer Gabin, Piaf, Cocteau, Audrey Hepburn et bien d’autres… Une pointe d’humour , un regard un brin critique et un rien amusé sur notre époque , un doigt de magie pour pimenter le tout. Un soir de septembre 2017, quatre voisins que le hasard a réunis ouvrent et partagent une bouteille de beaujolais 1954. Le lendemain, ils se réveillent dans le Paris de 1954. Parmi les personnages principaux, on retrouve Magalie dite Abby à cause de sa ressemblance avec l'actrice de la série NCIS, restauratrice en porcelaine aux allures punk , Julien, jeune barman au Harry's Bar, Hubert fils de famille, bobo vieille France propriétaire depuis des générations d'un appartement haussmanien, et Bob, la cinquantaine , touriste américain de passage dans la capitale. Ils découvrent le Paris des autobus à plateformes, des poinçonneurs du métro, des marchandes de quatre saisons Des personnages attachants, un secret de famille, une envolée dans des vignobles, un temps révolu qui avait du charme où les contacts humains étaient plus forts , où on appréciait encore les joies simples, un temps où l’idéal était encore de mise font de ce roman un moment de lecture fort appréciable. Alors si vous avez envie de passer un moment agréable , de savourer une bouffée d’air frais , ce roman est fait pour vous à savourer en dégustant un verre de vin rouge ( dixit la femme qui ne boit pas de vin ) et pourquoi pas fermer les yeux et voyager

sevm57

Le 08/08/2018

C’est toujours un plaisir de retrouver Antoine Laurain, un auteur qui sait raconter de belles histoires. Celle-ci est pleine de bons sentiments (trop peut-être), de jolies rencontres (trop peut-être), de clins d’oeil et de références sympathiques. L’idée de départ est excellente ( des amis se retrouvent en 1954 après avoir bu une bouteille de ce millésime) et j’ai bien aimé le petit côté nostalgique, même si le traitement est finalement sans surprises. La façon dont les habitants de l’immeuble se rencontrent et s’entraident m’a également fait penser à Ensemble, c’est tout d’Anna Gavalda. Un bon moment d’autant plus que le livre se lit vite , mais pas un coup de cœur comme le Chapeau de Mitterrand.

Josephine2

Le 17/06/2018

Quel plaisir de retrouver l’écriture d’Antoine LAURAIN, dans ce roman à la hauteur des précédents. Cette fois, Antoine LAURAIN nous entraîne dans une faille temporelle avec Bob, l’américain, amateur d'Harley-Davidson et de Paris, Hubert, gestionnaire de l’immeuble qui, il fut un temps, appartenait à sa famille, Julien, barman talentueux et Magalie dite Abby à cause de sa ressemblance avec l'actrice de la série NCIS, restauratrice en porcelaine. Lors d’une soirée, après avoir bu une bouteille de vin Château Saint-Antoine de 1954, le lendemain, ils se sont tous réveillés en l’an 1954. Ils vont vivre des moments inoubliables dans ce Paris des années 50, rencontrer des artistes tels qu’Edith PIAF, Jean GABIN, Audrey HEPBURN et bien d’autres, mais aussi, leurs ancêtres pour certains. Comment cette aventure va-t-elle se terminer ? Si vous voulez le savoir, alors lancez-vous, vous ne le regretterez pas. Je vous renvoie d’ailleurs à la critique de Fantasio qui parle du livre mieux que moi. Un moment magique. Et faites attention avant d’ouvrir une bonne bouteille. Qui sait ce qui peut arriver !

Fantasio

Le 06/06/2018

J'ai eu un véritable coup de cœur pour ce livre sympathique, gentiment loufoque mais lumineux et bourré de tendresse. Le vieil imbécile que je suis devait avoir l'air fin avec un large sourire fixé en permanence sur sa tronche pendant la lecture de ce bouquin. L'écriture belle et tendre est d'une simplicité qui s'accorde parfaitement avec le thème d'un fantastique optimiste. D'ailleurs dès le début, on entre en empathie avec les protagonistes du roman, Bob, américain amateur d'Harley-Davidson et de Paris, Hubert le bourgeois typiquement « vieille France », Julien, le jeune barman talentueux et Magalie dite Abby à cause de sa ressemblance avec l’actrice de la série NCIS, restauratrice en porcelaine aux allures punk. Ce petit voyage dans le temps est une occasion d'une visite nostalgique dans le paris du début des années 50. On y croise, Jacques Prévert, Doisneau, Godard et trufffaut, on boit un cocktail au Harry's bar en compagnie de Harry MacElhone, son créateur et même l'illustre et extravagant Salvador Dali ! Et que dire de cette scène où nos héros malgré eux vont dîner d'un bon bœuf bourguignon, aux Halles en compagnie d'Édith Piaf et de Jean Gabin ? (où l'on apprend à cette occasion l'origine du mot « Coltiner ») Mais au-delà de cette balade, il y a aussi un trésor caché dans une crypte sous un immeuble haussmannien, un secret de famille, une belle histoire d'amour... et des soucoupes volantes ! Et après une épopée champêtre en compagnie de l'aïeul de Julien, véritable Robinson des bois, avant une fin tout à fait satisfaisante. Millésime 54 est un livre bourré de bons sentiments mais jamais mièvre , un roman d'une grande tendresse qu'il fait bon lire. Je le répète, c'est un véritable coup de cœur. Un petit régal à ne pas louper. PS : La couverture, hideuse, ne reflète absolument pas le contenu du bouquin.