Prêt à feuilleter

La mort d'Ivan Ilitch | Précédé de Trois morts | Suivi de Maître et serviteur

de Lev Nikolaïevitch Tolstoï , date de sortie le 23 octobre 1997
Chacun de ces récits apporte une solution différente au même problème artistique : comment rendre compte de la vie à propos de ce qui l'interrompt ? Question, illumination, tout le secret de la poésie... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le mercredi 23 octobre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Chacun de ces récits apporte une solution différente au même problème artistique : comment rendre compte de la vie à propos de ce qui l'interrompt ? Question, illumination, tout le secret de la poésie tolstoïenne se trouve dans ces récits de mort, et de vie.

Caractéristiques

Titre La mort d'Ivan Ilitch | Précédé de Trois morts | Suivi de Maître et serviteur
Collection Folio. Classique
Editeur Gallimard
Date de parution 23 octobre 1997
Nombre de pages 279 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 179 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-07-039433-6 - 9782070394333

5/5

Nastasia-B

Le 26/03/2016

Ce livre regroupe trois nouvelles ayant une même racine pivot : la mort. Mais chacune avec des architectures et des circonvolutions qui lui sont propres et quelque peu différentes. Au passage, l'auteur nous donne une leçon d'écriture de nouvelle qui prouve, si besoin était, qu'en plus d'être un immense romancier, c'était également un nouvelliste hors pair. Par exemple, ne vous êtes-vous jamais retrouvés totalement transis par le froid, le vent, la neige, l'épuisement et le manque d'équipement, dans une situation scabreuse, dont on ne peut prévoir la durée ? Eh bien Lev Tolstoï possède cet art unique de nous faire ressentir cette expérience comme si l'on y était dans Maître Et Serviteur. Voici une nouvelle d'une écriture et d'une composition parfaite : on a un frisson à chaque paragraphe et l'on termine les pages avec l'onglée. On a des engelures rien qu'à imaginer ce pauvre cheval lancé dans le blizzard ; on hurle de froid en imaginant les membres douloureux de l'infortuné Nikita, le serviteur dévoué du cupide, avide, impavide, fétide, rigide et stupide Vassili, son maître. Pour une histoire de gros sous — lesquelles histoires ne peuvent pas attendre, comme vous le savez —, pour conclure une affaire juteuse autant que douteuse, donc, avant que le vendeur ne se rétracte, Vassili tient absolument à partir de suite, malgré la météo catastrophique. À chaque alternative, le bon sens paysan de Nikita se heurte au bon sens financier de Vassili… et la neige continue de tomber, et le vent continue de souffler… Dans la nouvelle intitulée Trois morts, c'est la magie de la tuberculose que l'auteur nous dévoile ; et ses effets qu'il portraiture dans une petite nouvelle au format " Maupassant ". Tolstoï appuie particulièrement sur le point sensible et douloureux qu'est le comportement des proches, en attente du trépas du poitrinaire, qui est particulièrement sordide et hypocrite, tout en étant parfaitement transparent pour le malade, qui ne s'y laisse pas prendre et qui imagine déjà le faible manque que représentera sa disparition dans le cœur de ceux qu'il nommait " ses proches ". L'auteur termine avec un étonnant parallèle, la grande unicité du monde vivant et sa communauté de destin, comme une manière de méditation écrite sur le papier… Mais bien évidemment, le morceau de choix de ce livre est La Mort d'Ivan Illitch. Avec cette nouvelle, en quelques dizaines de pages, Lev Tolstoï a le talent d'évoquer une vie entière et tout un monde de convenances, d'aspirations, de doutes et de certitudes. L'issue de la lutte ne laissant guère de suspense, l'auteur s'attache à nous faire vivre et ressentir la lente et inéluctable descente, l'affaissement, le basculement d'un homme, en apparence enviable, du monde des vivants à celui des trépassés. Chemin faisant, l'individu incline à l'examen distancié de sa propre existence passée, à l'introspection, au voyage au creux de soi-même, de tout ce que l'on a pensé et cru, et qui bien sûr n'était que du flan, de la poudre aux yeux, des chimères… En cette lumineuse nouvelle, Lev Tolstoï aborde une foule de notions, comme l'atroce solitude d'un malade durant les heures de veille nocturne, le schéma du dialogue intérieur du mourant, la personnification de la douleur et la mise à l'épreuve qu'elle engendre, le lancinant va-et-vient entre espoirs de guérison et certitudes du contraire en passant par les phases médianes du doute, l'alternance mécanique entre l'hypocondrie et le déni du mal véritable, la manipulation et l'abus de pouvoir des médecins, l'hypocrisie et le mensonge des proches, la crise de la foi face à l'imminence de la mort ou bien encore la vacuité des apparences et le sens vrai de l'existence. L'auteur utilise le symbole d'Ivan Illitch, magistrat de premier ordre, rendant des sentences, mis face à la sienne de sentence. Les médecins jouent le rôle des avocats véreux et la Mort, l'authentique présidente de l'audience. Nul besoin de pousser plus loin l'évocation, vous avez dans les mains un petit délice à déguster sans modération en vous pourléchant les doigts. Une fois encore, chapeau bas Monsieur Tolstoï, vous êtes un maître et vos livres sont nos bien fidèles serviteurs. Mais ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.

palamede

Le 15/11/2015

Au seuil de la mort, Ivan Illitch, dans sa solitude tourmentée d’agonisant, procède à un dialogue intérieur. La pensée du magistrat alterne entre espoir de guérir et conviction de sa fin proche. Il ressent la fausseté et l’hypocrisie de ses proches qui lui mentent sur son état, rejette le simulacre de la médecine, analyse la vacuité de l’orgueil humain, pense à Dieu et finalement accepte après cette longue introspection, l’inéluctable fin de sa vie. Dans le froid intense d’une tempête de neige, un maître et son serviteur se rendent dans une ville voisine pour conclure une affaire. Face aux éléments déchaînés, le bon sens voudrait qu’ils fassent demi-tour, c’est ce que pense Nikita face à l'obstination de son maître. Mais la cupidité de celui-ci est supérieure à son instinct de survie. Ils vont se perdre et le serviteur ne pourra sauver son maître. La mort d’une vieille dame, d’un cocher et d’un arbre. La première meurt comme elle a vécu, acariâtre et tyrannique. L’arbre mort laissera sa place à d'autres arbres et deviendra une croix sur la tombe du vieux cocher disparu simplement, à l’image de sa vie. Trois récits magnifiques par leur puissance d’évocation (le passage dans la tempête de neige est absolument glaçant) dans lesquels Léon Tolstoï se livre à une critique sociale, des récits hautement symboliques qui traduisent ses interrogations et angoisses existentielles.

bouquine

Le 22/06/2013

Ce recueil de trois nouvelles est un pur régal, même si j’ai trouvé la dernière « Trois morts » un peu en-dessous, les deux premières sont excellentes. C’est court, percutant, très fort et tellement juste. L’écriture est limpide. J’ai vraiment adoré cette lecture. La mort d’Ivan Illitch De la lente agonie vers l’inéluctable dénouement, rien n’échappe à Tolstoï. La solitude d’Ivan Illitch face à ses angoisses, le cheminement des pensées du mourant, du déni jusqu’à l’acceptation de l’inexorable châtiment sont décrits avec une grande lucidité. Il nous transmet une fine analyse des rapports humains démontrant l’hypocrisie de l’entourage tenu par les conventions, la compassion laissant vite la place à l’opportunisme. L’épouse et la fille d’ Ivan Illitch sont des modèles d’égoïsme, Tolstoï avait-il des comptes à régler avec les femmes ? Maîtres et serviteurs Dans cette deuxième nouvelle (ma préférée), il est question de hiérarchie sociale, de hiérarchie des valeurs humaines et matérielles. Face à la mort valent-elles encore ? Deux personnages, un riche marchand accompagné de son serviteur, traversent une tempête de neige. Dans la nuit hivernale, leur traîneau s’égare. On fait partie du voyage, on grelotte avec eux. Pressentant l’issue, on maudit l’entêtement de Vassili, le maître, à poursuivre leur course et on regrette la soumission de Nikita, paysan pourtant plein de bon sens. Avec ce texte magnifique, Tolstoï nous livre une réflexion profonde sur la vie et la mort. Les convictions de l’auteur, son combat pour l’abolition du servage et son altruisme transparaissent dans ce récit - Il légua ses biens à ses serfs pour finir sa vie dans le dépouillement. Trois morts Dans le dernier récit, l‘auteur nous conte la mort d’une femme riche, d’un vieux paysan et d’un arbre. Là aussi, il est question de mensonge, et là aussi, le comportement de la femme n’est pas très honorable. Comme un miroir à La mort d’Ivan Illitch, la disparition de l’arbre réjouit ses congénères, voisins du trépassé, en leur libérant un espace bienvenu. La nature n’aime pas le vide. Trois nouvelles à l’écriture limpide pour un thème intemporel et universel.