Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Crimes exemplaires

de Max Aub , date de sortie le 07 novembre 1997
De l'assassinat considéré comme un artisanat plutôt que comme un art et des divers moyens de le pratiquer. Un recueil d'historiettes à l'humour noir, par un écrivain mexicain, ami de Lorca, Bunuel et... Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

De l'assassinat considéré comme un artisanat plutôt que comme un art et des divers moyens de le pratiquer. Un recueil d'historiettes à l'humour noir, par un écrivain mexicain, ami de Lorca, Bunuel et Dali.

Caractéristiques

Titre Crimes exemplaires
Auteur Max Aub
Traducteur Danièle Guibbert
Editeur Phébus
Date de parution 07 novembre 1997
Nombre de pages 128 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 160 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-85940-500-3 - 9782859405007

4/5

nadejda

Le 02/05/2015

Sur un ton naturel, innocent même, chacun y va de sa petite histoire, ne cherchant aucune justification puisque tous les crimes qu'ils ont commis n'ont, pour eux, rien que de normal. Ils sont dans la logique des choses, les différentes victimes les gênaient, c'est tout mais c'était insupportable, il fallait que cela cesse. Ou alors ils avaient dans les mains un couteau, un revolver et le geste fatal est advenu comme par inadvertance, par surprise, parce que l'autre les agaçait. « Elle sentait l'ail. Elle reconnaissait elle-même qu'il n'y avait rien à faire… » Ce pourrait être vous ou moi, cela ressemble à certains témoignages que l'on peut lire dans les faits divers. Ce recueil de courts textes à l'humour très noir, parfois juste une phrase lancée comme une remarque, en passant, se laisse déguster sans effroi car ils se succèdent comme une joute, des phrases ou des histoires que peuvent se lancer différents protagonistes, tous gens ordinaires que l'on pourrait croiser chez le coiffeur, dans le métro, au cours d'une balade : « Il m'avait mis un morceau de glace dans le dos. le moins que je puisse faire était de le refroidir ». Et la dernière remarque du recueil : « Si pour vivre il est nécessaire de penser, c'est que nous sommes lucides. Mais enfin si vous êtes convaincu qu'il en est ainsi, je suis innocent, totalement innocent, puisque je ne pense pas ni ne veux penser. Donc si je ne pense pas je ne suis pas, et si je ne suis pas : comment pourrais-je être responsable de cette mort ? » Nous sommes tous « innocents » même des pensées les plus noires qui nous traversent mais que, bien sûr, nous nous gardons de concrétiser !!!

maltese

Le 28/02/2011

Voilà un livre que l'on aura bien du mal à ranger dans un quelconque genre. Il s'agit d'une série de "confessions", toujours très courtes, parfois se résumant à une simple phrase, et dans lesquelles chacun nous parle du crime qu'il a commis, et pour quelle raison. Max Aub manie un humour assurément noir, décrivant grâce à de rapides esquisses les travers de l'âme humaine. L'auteur s'en explique d'ailleurs dans la préface: "Des confessions sans importance: claires, embrouillées ou directes, elles n'ont d'autre excuse que de montrer l'emportement." Et tous les sentiments d'y passer: de la jalousie à l'intolérance, de la colère à la facétie... Et bien souvent, la confession en question reste nimbée de mystère, laissant le lecteur interpréter le propos comme bon lui semble. C'est ainsi toute une machine qui se met en route derrière un texte qui reste dans le flou, s'attache avant tout au sous-entendu. Pour cela, ce livre aussi est exemplaire.