Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La guerre commence au-delà de la mer

de Ryû Murakami , date de sortie le 03 février 1999
Comme un prolongement de «Bleu presque transparent», dont il reprend les mêmes thèmes, Murakami Ryu poursuit cette génération perdue et désillusionnée dont il avait commencé le portrait, pour décrire... Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Comme un prolongement de «Bleu presque transparent», dont il reprend les mêmes thèmes, Murakami Ryu poursuit cette génération perdue et désillusionnée dont il avait commencé le portrait, pour décrire une société crépusculaire et corrompue, promise à une fin prochaine.

Caractéristiques

Titre La guerre commence au-delà de la mer
Auteur Ryû Murakami
Traducteur Claude Okamoto
Collection Picquier poche
Editeur P. Picquier
Date de parution 03 février 1999
Nombre de pages 192 pages
Dimensions 17,00 cm x 11,00 cm
Poids 142 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-87730-359-4 - 9782877303590

4,7/5

le_Bison

Le 14/08/2015

Une plage. Fuini allongée, belle, nue. Le soleil fait fondre la glace de mon mojito. Face à moi la mer, immensité bleue, du même bleu que le maillot de Fuini avant qu’elle ne l’enlève. On regarde la mer, de temps en temps on se regarde dans les yeux. Au loin, une tâche marron, avec une grande cheminée rouge sur le rivage d’en face. Un temple ? Une usine ? Un incinérateur avec sa décharge d’immondices. Elle boit dans mon verre, dans mes yeux. Elle voit cette illumination qui me guette. Au loin, un bateau. Une baleine sur le pont ? Non, ça ressemble à un gros poisson, du genre jamais vu ou tellement rare que les marins en oublieraient de boire un coup avant d’entrer au port. Des ballons dans l’air. Ils s’envolent, points multicolores au milieu des blancs nuages. La fête au village d’en face. Le bateau, le gros poisson, et cette foule de badauds qui s’amoncellent dans le centre-ville. Ça va être un carnage. Fuini me passe la seringue blanche. Cocaïne. Tu en as déjà pris ? Une goutte de sang rouge à mon bras. Le liquide transparent qui rentre dans la veine, la goutte qui devient brun, les yeux qui jaillissent de leur orbite. Et cette fête à côté. Et cette décharge en face. Délirant, extrême, la puanteur qui remonte, le pus qui sort des pustules, ce sang qui coule, cette graisse de poisson qui glisse du pont et emporte les badauds amassés sur la place du village. Le carnage, je te l’ai dit. Comme un bombardement. Comme un massacre. Les urgences sont dépassées, les infirmières en blouse blanche débordées. Et la cocaïne qui se distille lentement dans le sang, les yeux qui brillent. Fuini me regarde encore, toujours aussi belle, toujours aussi nue. Que voit-elle dedans ? Cette brillance, ces feux d’artifice qui jaillissent de mes pupilles, la guerre commence au-delà de la mer. Et je ne suis pas encore mort, je vais me réveiller, avec cette seringue toujours plantée dans le bras. Putain, quel shoot ! Cela faisait trop longtemps que je n’avais pas pris un tel shoot. Une cocaïne extra-pure qui t’embarque dans son monde de violence, la puissance des images qui te vomit à la face, les couleurs éclatantes qui t’obscurcissent le regard, les cris de la foule qui explosent tes tympans, ce vomi, cette puanteur, ces cadavres, ce chien à qui l’on enfonce dans le crane un pieu pendant qu’il sodomise une chienne ou une poule. Le monde est fou, la guerre est au-delà de la mer, et moi je reste sur la plage. Qu’est-ce que je suis bien, qu’est-ce que c’est bon, qu’est-ce qu’elle est belle. Et ce soleil… Cette foule qui courre s’amoncelle crie tremble, de peur de colère de dégoût. Putain, quel bouquin ! Fin du roman. Lessivé mais heureux. Comme un orgasme. Jouissif. Une nouvelle dose ? De fous, de cadavres, d’insectes grouillants et visqueux, d’amputés et d’estropiés, de vieilles pustulées et de putes. De sang, de pourriture et de graisse. Une violence inouïe dans les images, cette décharge magnifique dans sa composition… Fin, la nuit s’abat sur la plage, je m’endors sur Fuini.

klagg36

Le 24/04/2012

Deuxième roman de Murakami Ryu, écrit en 1977. On y trouve déjà toute la force de cet auteur. Celui-là est dur, déjà ! et déroutant. Où l’histoire se déroule-t-elle ? Souvenirs réinventés, cauchemars fantasmés, délires paranoïaques d’un junky ? En tous les cas, l’affrontement d’une vie insouciante et de vies que l’on sait sacrifiées, s’expose. Ce livre était-il l’expression prémonitoire d’une fin sans fin ? Regardons les guerres depuis quarante ans… 1977, la fin de la guerre du Vietnam n’est pas si éloignée et, peut-être par une association d’idées qui m’est propre, la photo de Nick Ut qui montre cette petite fille nue, entourée d’autres enfants et fuyant les bombardements au Napalm de leur village au Nord Vietnam, me revient à l’esprit. Et si moi, écrivant ces lignes, à l’abri, revoyant cette photo, j’étais cet homme qui regarde, ou imagine, ou se rappelle, ou fantasme (..qui sait ?) cette guerre au-delà de la mer ?

Lulu_Off_The_Bridge

Le 27/04/2011

Au bord d’une plage, un couple se forme et regarde vers le large, vers une improbable ville portuaire. Une ville où la banalité est telle que nul n’a de nom, presque pas de visage. Ce serait un jour de fête, où l’on promènerait en ville le plus énorme poisson jamais pêché. Il y aurait un cirque, triste et glauque comme seuls savent l’être les cirques oubliés, un spectacle que personne n’applaudit. Il y aurait un hôpital et des vieilles femmes qui attendent de mourir, et il y aurait des gardes, des tailleurs, des grands-pères et des prostituées. Et il y aurait la guerre qui tomberait du ciel, et des corps éparpillés, et plus rien à attendre, et plus rien à sauver. critique entre autres ici: