Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Les conjurés de Florence

de Paul J. McAuley , date de sortie le 14 janvier 1998
Florence au tout début du XVIe siècle : la perle de la Toscane reste la ville des grands peintres, des grands architectes, des fêtes, des intrigues sophistiquées et des morts mystérieuses. Roman... Lire la suite

Momentanément indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Florence au tout début du XVIe siècle : la perle de la Toscane reste la ville des grands peintres, des grands architectes, des fêtes, des intrigues sophistiquées et des morts mystérieuses. Roman historique et policier décalé traversé de personnages mythiques, comme Michel-Ange, Mona Lisa, Copernic auxquels est redonnée une vie imprévue.

Caractéristiques

Titre Les conjurés de Florence
Traducteur Olivier Deparis
Collection Présences
Editeur Denoël
Date de parution 14 janvier 1998
Nombre de pages 367 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 367 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-207-24562-4 - 9782207245620

3/5

beauscoop

Le 01/01/2017

Roman steampunk dans une ambiance florantine du XVIe où l'on cotoie les grands artistes de l'époque. Science-fiction bien difficile à suivre, heureusement l'écriture est inventive dans cette énigme bien tortueuse. La nouvelle qui suit n'a pas d'intérêt.

Mondaye

Le 09/04/2016

Un livre pas mal du tout, mais j'ai souffert d'une lecture "fractionnée" qui m'a empêchée de m'immerger vraiment dans l'histoire... Le concept est vraiment intéressant. Comme le dit Feanor, quand on pense "steampunk" on pense "époque victorienne" "Jules Verne" et tout le reste... Mais là ce sont les machines de Leonard de Vinci qui prennent corps, dans ce livre qui tout en fournissant une Uchronie sympathique, traite religion, politique et art... Et on reconnait l'atmosphère qu'on est en droit d'attendre à l'époque avec cette conjuration, ou l'ennemi prend le visage de l'ami, ou les familles s'entredéchiraient. Après, comme je l'ai dit, je n'ai pas réussi à m'immerger dans l'histoire. Ou plutôt, j'ai réussi sur disons, un bon tiers, et puis, faute d'identification, et d'autre chose, j'ai perdu pied. Après ce n'est pas un "mauvais" livre, mais bon les promesses étaient peut-être trop élevées. Et certaines choses auraient méritées d'être plus approfondies.