Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Chroniques de San Francisco

Volume 6, Bye-bye Barbary Lane
de Armistead Maupin , date de sortie le 21 avril 1998
Le dernier tome de la série répondra-t-il aux questions suivantes ? Mary Ann deviendra-t-elle star de télé ? Mouse trouvera-t-il son prince charmant ? Madame Madrigal et Mona iront-elles à Lesbos ?
Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le dernier tome de la série répondra-t-il aux questions suivantes ? Mary Ann deviendra-t-elle star de télé ? Mouse trouvera-t-il son prince charmant ? Madame Madrigal et Mona iront-elles à Lesbos ?

Caractéristiques

Titre Chroniques de San Francisco - Volume 6, Bye-bye Barbary Lane
Traducteur François Rosso
Date de parution 21 avril 1998
Nombre de pages 292 pages
Dimensions 22,00 cm x 14,00 cm
Poids 366 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-84075-020-1 - 9782840750208

4,3/5

viou1108

Le 23/04/2018

« Bye bye love, bye bye happiness... » Décidément ce « Bye bye Barbary Lane » sonne définitivement la fin d'une époque. Nous sommes en 1988, Bush père va bientôt succéder à Reagan, et il y a un moment que l'apparition du sida provoque une hécatombe dans la communauté gay. L'amour insouciant et débridé et la folle liberté des seventies ne sont plus que de lointains souvenirs. Même si Michael (Mouse) Tolliver semble enfin avoir trouvé son prince charmant, il est conscient que son bonheur ne tient qu'à un fil : séropositif, il vit en sursis, persuadé qu'un jour la maladie se déclenchera. Autres amour et bonheur fragiles, ceux de Brian et Mary Ann, bien qu'ils ne s'en rendent pas (encore) compte ou ne veuillent pas (encore) l'admettre. L'étincelle fatale arrive de New York avec Burke, ancien amant de Mary Ann, qui propose à celle-ci un poste de présentatrice de talk-show sur une chaîne nationale. Mary Ann, ambitieuse et à l'étroit dans son tailleur chic et cher de speakerine locale, y voit un feu d'artifices d'opportunités. Elle n'hésite pas longtemps avant d'accepter le grand départ pour Big Apple. Seule. Quant à la maison de Barbary Lane, il n'y subsiste plus du passé que Mme Madrigal. Et encore, son long séjour à Lesbos risque bien de l'en détacher complètement. Initialement conçu comme le dernier épisode de la saga, ce tome 6 respire la nostalgie et la mélancolie. Mary Ann n'y joue pas son meilleur rôle, carriériste et superficielle, s'éloignant de son entourage, Brian apparaît comme un toutou aux yeux de cocker, la vie de Michael est rythmée par la sonnerie de son biper qui lui rappelle de prendre ses médicaments. Tout cela est un peu triste et empreint de ressentiment. Heureusement, même s'il y a ici moins de rebondissements, il reste toujours l'humour noir, les dialogues mordants, la tendresse, les chassés-croisés de personnages et de situations improbables qui font tout le charme de cette série, pour un plaisir de lecture renouvelé. Et heureusement, le lecteur sait aujourd'hui que cette fin n'en était pas une. A bientôt pour le prochain épisode !

Torellion

Le 22/01/2017

Attention critique pleine de spoiler : Dernier tome de la saga initiée par Amistead Maupin quelques vingt et un ans plus tôt, "Bye Bye Barbary Lane" conclut en demi-teinte une oeuvre magistrale. Demi teinte, car même si les émotions sont présentes dans ce tome, à l'exemple des précédents, une prédomine les autres : la tristesse. Volume mélancolique, nous assisterons à l'éclatement de la "famille" d'Anna Madrigal. Cette dernière semble même abandonner la partie. C'est donc un livre plein de déception, de douleur et de peine que nous offre l'ancien chroniqueur de San Francisco. Naturellement, l'humour noir et cinglant est omniprésent. Peut-être plus que dans les précédents tomes. Mais le style reste agréable, les dialogues incisifs et l'intrigue n'ennuie jamais. Bien sûr, nous lecteurs sommes à la fois, témoins émerveillés, juges sévères et bourreaux impitoyables. Alors qu'un auteur s'arroge le droit de mettre fin à notre plaisir et à une histoire formidable, cela nous soulève le cœur. Mais après tout, les Chroniques ayant débutées avec l'arrivée de Mary Ann, n'est-il pas normal qu'elles se concluent avec son départ ? Une oeuvre se jugeant à l'aune des réactions et des sentiments qu'elles suscitent, nous pouvons affirmer sans peine qu'Amistead Maupin nous aura offert une des plus belle page de la littérature américaine.

missmolko1

Le 28/04/2012

Contrairement aux cinq tomes précédents, j'ai trouvé la première moitié de celui ci un peu "molle", il ne se passait rien ou pas grand chose. De la part d'Armistead Maupin, j'étais un peu déçue et puis Mary Ann décide de prendre un nouveau tournant dans sa vie et là c'est la vie de chaque personnage qui change... Comme toujours il y a toujours beaucoup d'humour, même si la séropositivité de Michael et le sida sont très présent dans ce tome et dans le précédent. Les personnages vieillissent et c'est étrange de les voir changer, Mary Ann surtout prend un peu la grosse tête et n'est plus la fille simple qu'elle était, Michael cache son angoisse face a sa maladie mais on l'a sent présente a chaque page, Brian s'est calmé et est devenu un gentil petit mari lui qui était un coureur de jupons.... Enfin c'est le cours normal de la vie et des années qui passent que l'auteur décrit a merveille. Encore deux tomes avant la fin, et ça me fait peur, peur d'aller trop vite et de devoir quitter les personnages que j'aime tant.