Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Ce que l'on sème

de Regina Porter , date de sortie le 22 août 2019
Regina porter ce que l'on sème

Alors que l'Amérique panse encore la plaie ouverte de la Seconde Guerre mondiale, la destinée de deux familles se met en marche. James Vincent, d'ascendance irla... Lire la suite

Livraison estimée le mercredi 22 juillet 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Regina porter ce que l'on sème

Alors que l'Amérique panse encore la plaie ouverte de la Seconde Guerre mondiale, la destinée de deux familles se met en marche. James Vincent, d'ascendance irlandaise, fuit un foyer familial chaotique pour faire des études de droit à New York où il deviendra un brillant avocat. De son côté, Agnes Miller, une jeune femme noire à l'avenir prometteur, voit son rendez-vous amoureux tourner au cauchemar lorsque la police arrête sa voiture sur une route déserte en lisière d'un bois de l'État de Géorgie. Les conséquences de cette nuit funeste influeront inexorablement sur sa vie et celle de ses descendantes.

Pendant plus de six décennies de changements radicaux - de la lutte pour les droits civiques aux premières années de la présidence d'Obama, en passant par le chaos de la guerre du Vietnam -, les familles de James et Agnes demeureront inextricablement liées.

Au fil de cette spectaculaire fresque familiale et amoureuse, ce roman donne à voir les coulisses méconnues de l'histoire d'une nation. Avec une justesse, un humour et une maîtrise rares, Regina Porter creuse les traumatismes des États-Unis sur plusieurs générations et expose avec grande intelligence les mouvements profonds d'une société sur plus d'un demi-siècle.

« Regina Porter est une visionnaire. »
Paul Harding, lauréat du prix Pulitzer

« Ce premier roman marque l'avènement d'un talent rare et accompli. Vous avez toujours voulu lire ce livre : Regina Porter ne l'avait simplement pas encore écrit. »
Ayana Mathis

L'AVIS Du libraire

"Daiva, Espace Culturel de Rezé :
Établissant la carte d'une constellation familiale, l'auteure raconte leur quotidien avec force détails et en apportant une attention particulière à leurs sentiments. Elle réussit à les rendre proches de chacun et faire comprendre l'omniprésence de la ségrégation."

Caractéristiques

Titre Ce que l'on sème
Auteur Regina Porter
Traducteur Laura Derajinski
Collection Du monde entier
Editeur Gallimard
Date de parution 22 août 2019
Nombre de pages 361 pages
Dimensions 22,00 cm x 15,00 cm
Poids 414 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-07-279678-4 - 9782072796784

3,7/5

Allantvers

Le 30/12/2019

Soixante ans d'histoire américaine à travers les destins croisés de deux familles, l'une noire, l'autre blanche. Pitcher ainsi ce premier roman déroutant, c'est certes poser à plat une ligne directrice loin d'être évidente à la lecture, mais c'est aussi affadir un travail d'écriture particulièrement original, pour le meilleur et pour le pire. Pour le meilleur, on se réjouit de découvrir au fil de ces chroniques de vie quelques pages ou paragraphes de toute beauté, une peinture d'un arrière plan sociétal rarement mis en lumière en littérature américaine, voire même m'a t il semblé une langue toute nouvelle pour aborder l'identité afro-américaine au point qu' il apparaît très difficile de distinguer si tel ou tel personnage est noir ou blanc: les hommes et femmes de ce livre sont avant tout des hommes et des femmes, et même si la question raciale est bien au centre de l'intrigue c'est un aspect que j'ai trouvé particulièrement réjouissant. J'ai aimé également ces photographies d'époque qui viennent éclairer chaque chapitre d'une couleur intime et singulière. Côté pire, ou en tout cas moins bon, une construction peut-être trop ambitieuse en allers-retours multiples entre les époques, de nombreux personnages entre lesquels on se perd et auxquels on a du mal à s'attacher, beaucoup d'éléments d'intrigues, de ressentis et de sentiments suggérés qui peinent parfois à atteindre le lecteur et le laisse par moments à la surface des eaux lourdes dans lesquelles se joue le drame. Mais comme c'est un premier roman qui indubitablement sort du lot et qu'on y sent battre le coeur de l'auteure, je pense que j'aurais plaisir à la redécouvrir dans une oeuvre future.

Bazart

Le 03/12/2019

Regina Porter, pour son premier roman, qui a triomphé aux USA, nous invite à un voyage à travers l'histoire des Etats unis, qui part du milieu des années 50 au début du mandat de Barack Obama. Elle nous offre une fresque familiale autant ambitieuse qu'inventive qui mélange petite et grande histoire comme les grands chefs d'oeuvre du genre. On suit deux familles américaines, une blanche et une noire, les Christie et les Vincent, dont les destins vont se croiser et se décroiser pendant des décennies entières à travers les continents et les générations, entre New York et le Vietnam en passant par la Géorgie, et l'Europe. "Ce que l'on sème" parle de ces petites miettes d'une vie dont les fragments vont se reconstituer peu à peu par le lecteur attentif qui pourra se perdre dans les personnages et les narrateurs différents (on n'est parfois pas loin de chez Dostoïesky), même si la maîtrise narrative de la primo romancière force l'admiration. Régina Porter nous livre, en plus de destinées incroyables de personnages animées par une soif de vivre et d'amour insatiables, un portrait d'une Amérique de la seconde moitié du 20e siècle en proie à de profondes mutations et des problématiques aussi essentielles que la lutte des femmes, le combat contre la ségrégration ou le difficile retour de vétérans brisés par des guerres dramatiques. On aime aussi que les chapitres soient introduits par des illustrations ou des photographies, qui ajoutent des pauses salutaires à cette saga au souffle échevelé et font réfléchir sur la trace que des destinées individuelles peuvent laisser dans l'Histoire . Un sens du romanesque indéniable rend ce "Ceux que l'on sème" aussi indispensable que beau !

jg69

Le 20/10/2019

Régina Porter nous raconte l'histoire de deux familles américaines, l'une noire, l'autre blanche depuis les années 1950 jusqu'à la première année du mandat d'Obama. L’auteure a choisi une construction très particulière, l'histoire de ces deux familles est retracée à partir de moments intenses de leur vie racontés sous forme de flashs dans un complet désordre chronologique. Le contexte historique est donné sur certaines pages par des photos en noir et blanc représentant des scènes de l'époque évoquée. Passé et présent se mêlent sans cesse, les membres des familles de James Vincent et Agnès Miller vont sans cesse se croiser. Cette fresque familiale s'étend sur six décennies qui déroulent l'histoire des Etats-Unis, des années de la ségrégation à l'espoir qui a résulté de l'élection d'Obama en passant par la guerre du Vietnam, l'arrivée du sida, la crise économique... La couleur de la peau, la classe sociale, la sexualité sont des questions centrales dans ce roman, elles vont être déterminantes dans les relations entre les membres des familles de James et Agnès. La multitude de personnages et la construction très particulière ne n'ont pas permis de vraiment rentrer dans cette histoire dont le sujet était pourtant très attirant. Une déception car ce roman semble recevoir partout un beau succès.

Marcuyttendaele

Le 17/10/2019

Un roman étrange. Un patchwork sans réel fil conducteur, avec des moments de vie de personnages saisis sur le vif pour raconter l’Amérique de la deuxième moitié du vingtième siècle. Le lecteur se perd un peu et use souvent de la liste des personnages figurant à l’’entrée du roman pour savoir qui est qui, qui il a déjà croisé, qui il découvre pour la première fois. Cette logique de l’instantané fait qu’il est difficile de s’attacher aux histoires multiples qui sont racontées et encore moins à la plupart des personnages. Il en ressort une image impressionniste, un peu floue. Les thèmes de société se succèdent : le racisme, l’homosexualité, les guerres, l’ascension sociale, les violences conjugales, la parentalité, l’infidélité. Ce roman apparait comme une forme d’essai au sens étymologique du terme : un ovni littéraire, non sans qualité, à la construction élaborée et subtile, mais qui laisse le lecteur perplexe, quelque peu sur sa faim, indécis.

mimipinson

Le 28/09/2019

De la fin de la seconde guerre mondiale aux premières années de la présidence Obama, Regina Porter déroule sur plusieurs générations les affres et les réussites de deux familles dont les membres n’auront de cesse de se croiser et de tisser au gré de l’histoire de ce pays une histoire singulière. Si je salue d’une certaine façon la construction particulière et audacieuse de ce roman, si je souligne la grande qualité de la traduction (David Vann et Gabriel Tallent sont également traduits par Laura Derajinski ; des références donc !), il n’en reste pas moins que j’ai été moyennement touchée par ce roman, parce que la construction aussi brillante soit-elle ne me permet pas d’entrer en profondeur et durablement dans ce type de roman. Il m’a fallu le laisser un peu décanter avant de le reprendre sans pour autant parvenir à me concentrer pleinement, et donc à l’apprécier comme il le mériterait.