Prêt à feuilleter

Roi par effraction

de François Garde , date de sortie le 29 août 2019
En 1815, Joachim Murat tente de reconquérir le trône de Naples, qu'il vient de perdre après six ans de règne. L'ascension de ce fils d'un aubergiste du Quercy, devenu général puis maréchal de Napoléon,... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 09 décembre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

En 1815, Joachim Murat tente de reconquérir le trône de Naples, qu'il vient de perdre après six ans de règne. L'ascension de ce fils d'un aubergiste du Quercy, devenu général puis maréchal de Napoléon, choisi comme époux par Caroline Bonaparte, s'arrête brusquement. Capturé et jeté en prison, il est exécuté le 13 octobre 1815.

Caractéristiques

Titre Roi par effraction
Collection Blanche
Editeur Gallimard
Date de parution 29 août 2019
Nombre de pages 300 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 306 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-07-285015-8 - 9782072850158

4,2/5

michdesol

Le 23/11/2019

Voilà une bio romancée (à peine) de Joachim Murat, cavalier prestigieux, maréchal d'Empire et roi de Naples. Parti de rien, les armées de la République lui permettent de montrer ses talents militaires et de vite progresser dans la hiérarchie impériale jusqu'à devenir un intime de Napoléon puis son beau-frère. Il sera donc mis sur le trône de Naples et n'aura de cesse de tenter de s'affranchir de la tutelle de l'Empereur. On suit donc la trajectoire de Murat depuis sa jeunesse en Quercy jusqu'à sa fin. Il s'agit là d'un livre vivant, mené d'une belle allure (de cavalier?), à conseiller aux amateurs d'histoire à l'ancienne, et aux fans de Napoléon, dont je ne suis pas. Ce qui ne m'a pas empêché de prendre du plaisir à cette lecture.

Litteraflure

Le 07/11/2019

Régulièrement, je me replonge dans l'épopée napoléonienne. Tout ça à cause de mon grand-père qui m'offrit un livre illustré sur Napoléon quand j'étais gamine. le vieil homme était un conteur hors pair. Il sut me transmettre sa nostalgie de l'Empire. La biographie romancée de François Grade est moins érudite que les ouvrages d'un Jean Tulard et moins épique que les romans d'un Patrick Rambaud, mais elle est sincère. Comme nombre de protagonistes de l'épopée napoléonienne, Murat n'est pas un aristocrate ou un « fils de ». C'est un autodidacte issu d'une famille du Quercy. L'auteur est fasciné par la capacité de l'Empire à faire grimper des hommes du peuple en haut de l'échelle sociale. Il y a quelque chose de romantique dans cette gloire obtenue par l'ambition et la bravoure. le livre est construit autour de trois personnages, l'Empereur, sa soeur Caroline et celui sur lequel elle jeta son dévolu dès l'âge de 15 ans, le beau et vaillant Murat. Ce dernier passera sa vie à quémander la reconnaissance de son beau-frère, toujours un peu dédaigneux à son égard (p156). L'assentiment ne viendra qu'une fois, sous la forme d'une boutade (p260). Murat était pourtant prévenu, « jamais Bonaparte de s'est considéré comme redevable de quoi que ce soit envers quiconque ». On peut reprocher à François Garde de s'étonner de l'ingratitude de Napoléon sans jamais vraiment l'expliquer. Ce mystère constitue le ressort dramatique de ce livre aux accents shakespeariens – l'émancipation du fils. Avec plaisir, on traverse le siècle et l'Italie. La famille Murat n'a pas seulement mené une « vie d'expat. » dans le Golfe de Naples. Elle s'est imprégnée de cette terre accueillante, jusqu'à la marquer durablement de son empreinte (p280) – à noter le savoureux passage sur la robe de corail de Caroline et ses effets collatéraux sur la mode et le commerce (p201). Un bon moment de lecture donc, malgré les hésitations de l'auteur (comme beaucoup d'autres, « fascinés » avant lui) : retranscrire les faits historiques ou magnifier la force de ce destin hors norme. Bilan : #127801;

rodbur77

Le 03/11/2019

Très intéressant roman, très documenté, presque une biographie en fait. J’ai beaucoup aimé le style et la construction du roman. Tous ceux qui s’intéressent à cette époque y prendront du plaisir. Les autres découvriront un autre monde.

GabrielNadalet

Le 11/10/2019

On devine que pour le féru d’histoire qu’est François Garde, le récit biographique d’un personnage comme Murat a été passionnant (et l’on sent cette passion dans son écriture), parce qu’il illustre parfaitement ce qu’a été l’aventure révolutionnaire et qu’il résume aussi les bouleversements et les contradictions de la Révolution, et que lui-même, par le jeu d’alliance politique nécessaires, se retrouve en contradiction avec ses propres aspirations. Bref, c’est un roman historique qui est riche de réflexions, et qui marque l’esprit.

lehibook

Le 03/10/2019

« Que je voudrais bien tenir un de ces puissants de quatre jours, si légers sur le mal qu’ils ordonnent, quand une bonne disgrâce a cuvé son orgueil ! » disait Figaro . C’est précisément à cet instant que François Garde saisit Joachim Murat , le fils d’aubergiste devenu roi . Déchu, attendant son exécution dans sa prison calabraise , il revoit les étapes de son ascension et de sa chute , ses rapports avec sa femme Caroline et son terrible beau frère , Napoléon. Un destin épique , une réflexion sur le pouvoir , sur les rêves de gloire et les affres de la trahison. Mais par delà le martèlement des sabots du hussard , l’auteur sait aussi faire entendre les battements de cœur d’un homme infiniment plus complexe que l’image retenue par l’histoire . Du très bon roman historique .