Prêt à feuilleter

Le vent des steppes

de Penny Watson-Webb , date de sortie le 27 août 2018
Le Vent des steppes

450 - Gaule romaine

Alors qu'Attila et ses hordes envahissent la Gaule, un seul homme se dresse devant l'envahisseur afin de protéger un empire en déclin : Aét... Lire la suite

Expédié sous 10 jours

 RETRAIT GRATUIT
en magasin E.Leclerc

Livraison gratuite à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le Vent des steppes

450 - Gaule romaine

Alors qu'Attila et ses hordes envahissent la Gaule, un seul homme se dresse devant l'envahisseur afin de protéger un empire en déclin : Aétius. Le général romain détient une carte maîtresse dans sa main, une femme venue d'Éthiopie, Makéna, héritière de la reine de Saba, qui, par son courage et sa volonté, saura faire fléchir Laudaric, prince des Vandales à qui elle a été promise. Ennemis devenus époux, ils devront déjouer les complots et les trahisons avant de chercher ensemble une réponse : où se trouve l'avenir du monde ? Dans ce qui reste de l'Empire romain et les espoirs de l'Église ou dans les yeux du Fléau de Dieu ?

Dans ce contexte politique et guerrier, les hommes et les femmes des deux clans se battent bien plus que pour un territoire : ils se battent pour la civilisation.

Caractéristiques

Titre Le vent des steppes
Editeur VFB éditions
Date de parution 27 août 2018
Nombre de pages 248 pages
Dimensions 21,00 cm x 15,00 cm
Poids 333 g
Support Broché
ISBN / EAN 979-10-92786-69-9 - 9791092786699

4,8/5

larubriquedolivia

Le 07/11/2018

Le roman débute en 455 à Cologne en Germanie. Attila envahit cette ville massacrant, pillant et faisant des esclaves. Pendant l'invasion, une adolescente nommée Makéna et son précepteur le prêtre Marcus observent et cherchent à se cacher. Le Père Marcus la déguise en jeune moine pour la protéger. Dame Ursule, une femme douce, sensible et très croyante ainsi que d'autres femmes se sont réfugiées dans l'église et cherchent également d'échapper aux yeux de ces barbares. La raison de cette attaque est le vif et imposant désir d'Attila de prendre Dame Ursule, qu'il avait déjà rencontrée dans le passé, comme épouse. Mais cette femme pieuse, voulant vouer sa vie et son âme à Dieu, refuse. Je vous laisse imaginer la suite sachant que le chef des Huns ne tolère aucun refus. Honoria est la sœur de l'empereur, le fille de Galla, elle a une très mauvaise réputation et comme punition, elle doit vivre en recluse pour se racheter de ses péchés chez son oncle chrétien Théodose. Puis, le récit reprend en 448 à Rome. Makéna a été adoptée par Dionotius, gouverneur romain et est ainsi devenue la sœur de cœur d'Ursule. De plus, Makéna signifie fille de Saba en Orient d'où elle est originaire. En effet, Makéna est la descendante directe de la reine du Midi. D'ailleurs, elle a été très marquée par cette invasion à Cologne. Alors par vengeance de ce qu'elle a subi et de la mort de ses proches au combat face aux Huns, elle ne pense qu'à se venger. C'est une femme de courage qui a l'ambition de devenir une espionne dans les rangs d'Attila au service du Pape. Dans cette mission, elle sera aidée par le général Aétius qui a comme avantage d'avoir appris comment s'organisent les Huns puisqu'il a vécu comme otage d'honneur auprès du roi Ruga, l'onche d'Attila, pendant sa jeunesse. Ensuite, nous sommes en 450 à Ravenne, dans la villa d'Aétius. Makéna a suivi l'entrainement des gladiateurs afin d'atteindre un haut niveau de combattante. Une fois sa formation achevée, elle se met en route pour la Germanie, aux Limes. Arrivée à Lopodunum, elle apprend qu'Attila et ses troupes se trouvent à l'est du limes et sont en marche vers la Gaule. Tout se déroulera-t-il comme prévu ? D'autre part Attila, le chef des Huns, a plusieurs enfants comme Ellac et Dengitzic très jaloux de son bras droit Laudaric. Ainsi, il y a un personnage très important autour d'Attila c'est son homme de confiance Laudaric qui a été recueilli par la chamane Aiko qui l'a élevé comme son fils. Makéna est très courageuse, c'est une femme forte qui peut nous étonner et nous émouvoir. Dans cette aventure il se passera beaucoup d'événements, d'actions et on s'inquiétera pour elle. Entre trahisons, complots et sang versé que trouvera cette héroïne en infiltrant les Huns ? Est-ce seulement des épreuves qui l'attendent ? Qui complote en secret ? Que réserve le destin à cette descendante de la reine de Saba ? Dans cette romance historique, j'ai très apprécié les personnages, l'intrigue et le suspense amoureux. Mais aussi la recherche de noms originaux qui collent bien avec l'époque et la diversité du lexique apprêté aux Huns comme : Le Fléau de Dieu : Attila le Hun. Mort, souffrance, désert de chagrin et vallée de larmes : les Huns animaux surgis de l'enfer, barbares buveurs de sang, l'armée du diable. Son cheval Balamer est surnommé la monture infernale du diable par les romains, il serait même en possession de l'épée du dieu de la guerre... Dans sa note l'auteure, Penny Watson Webb, souhaite à ses lecteurs "un beau voyage au milieu des chevauchées sauvages des hommes d'Attila" et bien c'est chose faite. Et c'est écrit d'une plume addictive et passionnante. Un très bon moment de lecture.

Revesetimagines

Le 11/09/2018

j’adore la plume de Penny Watson Webb qui sait me transporter dans ses récits historiques. Cette fois-ci, l’auteur s’est attaqué à une époque tourmentée par l’invasion des Huns et d’Attila le Grand, réputé par sa barbarie sauvage et son armée immense. Le lecteur sera témoin de cette période au travers des yeux de Makéna, héritière de la reine de Saba. Elevée parmi les Romains, elle s’attachera à sa famille d’adoption et lorsque sa sœur de cœur et toute sa cité se font massacrer, elle décide de se venger d’Attila. Rescapée de la croix étant enfant, elle perdra son époux, toujours à cause d’Attila, et deviendra une arme secrète ayant pour but d’infiltrer le camp du barbare et de le faire succomber à ses charmes afin de l’assassiner. La vengeance la guidera… Seulement, rien ne se passe comme prévu. Alors qu’elle est faite prisonnière après avoir vaillamment combattu, elle sera promise à Laudaric, prince des Vandales, bras droit d’Attila. Même si elle pénètre dans le cercle privé du Hun, elle découvrira une autre facette du personnage. De plus, les sentiments forts de l’amour se mêleront et la jeune femme devra faire un choix difficile : accomplir sa mission ou suivre son cœur. Une nouvelle fois, j’ai été absorbée par le texte de cette auteure qui sait mêler une intrigue forte à une romance et des faits historiques réels (même si elle nous explique au début qu’elle a pris des libertés sur les dates afin de faire coïncider son texte). L’action est soutenue et surprenante. On cesse même de respirer par moments, notamment quand on s’attache à certaines personnages parfois secondaires et lorsqu’on connaît les faits historiques… L’auteure réussit à nous faire ressentir de l’empathie pour des personnes qui, à la base, sont réputés pour être méprisés. Elle donne à la face du monstre, un masque humain. La plume de Penny est fluide et très agréable à lire. Personnellement, lorsque je me plonge dans l’un de ses textes, je suis partagée entre l’envie de poursuivre et la crainte d’arriver trop vite à la fin ! Le vent des steppes fut un coup de cœur et j’espère qu’il aura un vif succès !

monparadisdeslivres

Le 05/09/2018

Après des romances Historique à l’époque du Moyen-Âge, de la Conquête de l’Ouest et de la piraterie, Penny Watson-Webb s’attaque cette fois-ci à celle de la l’Antiquité. Plus précisément cette fascinante époque qu’était celle des grandes invasions barbares et celle de l’Empire romain. Et je peux d’ores et déjà vous dire qu’elle assure grave ! Avant toute chose, l’auteur tient à préciser qu’elle a fait de petites modifications concernant certains évènement historiques de l’époque. Pour ma part, cela n’est nullement dérangeant. Car Dame Waston-Webb prouve son don inouï pour ourdir des intrigues des plus palpitantes qui vous happent dès les premières pages et qui vous tiennent en haleine jusqu’à la fin. Une fois votre lecture commencée, vous serez tellement subjugués par les évènements qu’il vous sera impossible de vous arrêter. C’est tout simplement divin ! Que dire des personnages ? Là encore, on retrouve la marque de fabrique de l’auteur avec de forts tempéraments qui vont vous surprendre à bien des égards. Une héroïne comme je les aime. Une redoutable guerrière qui a soif de vengeance et qui est prête à tout pour parvenir à ses fins. Makéna. Mais ce qu’elle n’avait pas prévu d’être liée à jamais à l’ennemi et être à ce point troublée par ce dernier. Un héros qui va vous paraître arrogant et sans-cœur. Laudaric. Mais petit à petit, on va vite se rendre compte que cela cache une toute autre vérité. Quand à l’impitoyable Attila roi des Huns ? Je dois bien avouer que l’auteur a su brosser un portrait très réaliste de ce dernier avec une petite touche plus humaine. En bref… Avec une plume fine et addictive, Dame Penny Watson-Webb nous offre un récit à la fois dévastateur et à couper le souffle où action, vengeance, complots, barbarie, trahison, tension, émotions fortes et passion sont au rendez-vous. Tout ce qu’il faut pour passer un excellentissime moment. Je me suis littéralement régalée ! Un roman brut de coffrage qui est à dévorer sans modération…

AlouquaLecture

Le 27/08/2018

Comment aurais-je pu refuser de découvrir la nouvelle parution de Penny Watson-Webb alors que j’aime énormément sa plume ? J’ai deux autres de ses parutions dans ma PAL d’ailleurs qu’il faudrait que je me décide à sortir de là (mais chuuut c’est chez un autre éditeur). Avant même le prologue, l’auteure nous prévient qu’elle a un peu modifier l’histoire, principalement dans les dates, ne cherchez donc pas à faire un parallèle historique si l’envie vous prend. C’est grâce à une série télé que j’ai commencé à m’intéresser à cette période de l’histoire, ce qui n’était pas le cas avant. Du coup, dès que j’ai la possibilité de me plonger dans un livre de cette période, je n’hésites pas et je fonce. Nous sommes ici dans un roman, et non un livre historique, mais je trouve que l’auteure c’est franchement bien débrouillée pour ne pas donner l’impression au lecteur que ce soit le cas. En tout cas, je me suis retrouvée en immersion totale et j’ai franchement fait abstraction du fait de changement de date. Sous la plume de l’auteure, nous prenons part à des enjeux de taille, nous assistons aux complots, aux horreurs qui nt eu lieu dans ces temps, disons-le, barbares. Cependant, tout n’est pas que mort et sang, il y a aussi de l’amour dans l’air. Nous suivons principalement Makéna, une femme pour qui la vengeance est devenue le credo, elle a vu les siens se faire massacrer par les Huns, et sous la tutelle de Aetius, elle va apprendre à manier les armes afin d’assouvir cette vengeance. Makéna est une femme forte, qui a ses faiblesses comme tout le monde, mais elle est touchante, c’est le genre de femme que j’adore retrouver dans mes lectures. Quant à Attila, je pense que je n’ai pas besoin de vous le dépeindre, il est ici, tel que nous le connaissons dans les livres d’histoires. Malgré tout, je lui ai trouvé un petit côté attachant à lui aussi. En ce qui concerne Laudaric, eh bien je vous laisse vous faire votre propre opinion, mais moi je l’ai aimé Le vent des steppes est le genre de livre que l’on dévore dès le premier mot, le lecteur se laisse entraîner dans un rythme assez soutenu, mais jamais ennuyeux, il y a toujours un événement qui fait que nous vivons l’aventure de Makéna au triple galop, sans pouvoir nous empêcher d’avoir quelques frayeurs pour elle. Penny Watson-Webb fait incontestablement partie des auteurs que j’aime beaucoup et dont les parutions me régalent.

viou03

Le 22/08/2018

Un roman sur les conquêtes d'Attila et les Huns. Makéna se prépare pour le compte d'Aétius à venger les siens en incorporant la suite d'Attila. L'auteur nous avertit qu'elle a pris quelques libertés avec l'histoire. Ne cherchez donc pas ici à suivre des événements historiques réelles. Ce roman mêle romance et enjeux politiques, religieux. On suit Makéna, héritière de la reine de Saba, une jeune femme qui a soif de vengeance et qui est aussi très intelligente et sait reconnaître l'honnêteté. Beaucoup de déconvenues, d'épreuves l'attendent auprès d'Attila mais aussi des moments de bonheur. On est dans un contexte politique complexe fait de complots, d'affrontements de personnalités. La plume de Penny Watson-Webb est fluide, entraînante. Le roman se lit très vite. Un roman intense aussi bien en événements que du côté des personnalités des différents personnages.