Prêt à feuilleter

Le général a disparu

de Georges-Marc Benamou , date de sortie le 14 août 2019
Le Général a disparu

Que se passe-t-il quand le Peuple se met en rage et veut faire tomber le Prince qui le gouverne ?

29 mai 1968 : la rue gronde, le pouvoir vacille... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le vendredi 13 décembre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le Général a disparu

Que se passe-t-il quand le Peuple se met en rage et veut faire tomber le Prince qui le gouverne ?

29 mai 1968 : la rue gronde, le pouvoir vacille, le pays est au bord du précipice.

Et voilà que sans prévenir quiconque, le général de Gaulle disparaît.

Que sait-on vraiment de son énigmatique « fuite à Baden-Baden » ?

Nous sommes ici, heure par heure, dans la tête du roi Lear désespéré par « sa » France, et dans celle des ambitieux, assassins ou clochards épiques, qui peuplent la coulisse : Pompidou, Foccart, Massu, Jobert, Mitterrand, Mendès France et tant d'autres...

Chaos, intrigues, hasards, mystères et coups de théâtre : tous les ingrédients d'une tragédie trop belle pour être vraisemblable, et où, pourtant, tout est vrai.

Un saisissant éclairage sur ce trou noir de notre histoire qui n'est pas sans résonner aujourd'hui d'un écho particulier.

Caractéristiques

Titre Le général a disparu
Editeur Grasset
Date de parution 14 août 2019
Nombre de pages 233 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 238 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-246-81789-5 - 9782246817895

Les membres de la Communauté Espace Culturel ont reçu ces livres / CD / DVD gracieusement.

Plus de détail sur www.communauteculture.leclerc

3,6/5

md

Le 11/08/2019

Banal

J'apprécie habituellement les récits historiques, romancés ou non, mais ce ne fut pas le cas ici. Mis à part quelques anecdotes, plus ou moins connues, mais peu développées, et la présence de personnages que le lecteur, surtout jeune, ne connaît pas forcément, le récit n'apporte nullement le «saisissant éclairage» promis par le résumé en quatrième de couverture... L'intrigue met du temps à se mettre en place et quand l'action commence ou que le général apporte quelques utiles réflexions cela ne dure pas et, les sources n'étant pas citées, on ne sait quel poids leur donner. Reste un certain intérêt pour un lecteur qui ne sait rien ou peu de cette histoire, bien que la présentation me semble un peu simple et, peut-être, partielle (si pour l'auteur la Russie ne joue aucun rôle dans cette journée -sait-on? Je ne dis rien dans un sens ou l'autre.-, il devrait simplement dire que cela ne fut pas, par exemple). Quand à la ponctuation, il y aurait bien à redire de son usage, notamment celui du point-virgule! A lire donc, si vous voulez un simple résumé de ce séjour allemand, ou le découvrir, mais n'en attendez guère plus. Aurait mérité d'être plus fouillé, détaillé, précisé...

les mauvray

Le 10/08/2019

Intéressant . Réaliste . Émouvant

Livre intéressant sur le plan historique qui m'a apporté des faits que je ne connaissais pas très bien. Une belle description du contexte et des pensées de cette année 1968. On découvre la face cachée de tous les politiciens de cette époque, avec leurs intrigues, leurs complots, leurs illusions ou désillusions. On s'arrête sur les quelques moments de tendresse, de désarroi, de tristesse que ressent un homme face à son pays, à sa FRANCE comme il aime le dire. Un beau moment de lecture.

allcra

Le 07/08/2019

Excellent . Surprenant . Intéressant

Très surpris par cette période du général De Gaule sur les prémices de mai 68

soazick

Le 07/08/2019

Intéressant . Amusant . Réaliste

Je me suis revue.. en mai juin 1968..ces jours de révolution.. quand le général a disparu. Ce livre retrace bien l'ambiance de l'époque mais beaucoup plus..dispensées du général, son avis dur ses ministres.. son grand âge pour être encore aux manettes et son immense désarroi. C'est un roman bien sur donc il y a sans doute de l'inventé mais pas tant que ça.. Un bon moment..des réflexions percutantes bien senties..

christi45

Le 02/08/2019

Réaliste . Intéressant . Étonnant

Paris - Mai 68 : le Peuple en colère veut faire tomber le Président qui le gouverne. Désespéré par la France, épuisé, le Général de Gaulle disparaît soudainement le 29 mai 1968. Direction Baden Baden où il exposera ses états d'âme au Général Massu. Dans ce roman porté par la voix du Général de Gaulle, l'auteur nous fait vivre les trois jours qui ont fait basculer le destin de la France. Au travers de courts chapitres à l'écriture fluide et bien rythmée, on assiste aux émeutes secouant le pays, à l'épuisement du Général, sa fuite, son séjour en Allemagne. On découvre les intrigues politiques pour le remplacer, le chaos au sommet du pouvoir. Les faits relatés avec précision, heure par heure nous plonge dans la réalité de cette tragédie. Une reconstitution rondement menée par Georges-Marc Benamou, un bel éclairage sur cet événement.

3,8/5

jg69

Le 31/08/2019

28 mai 1968. La France est paralysée par dix millions de grévistes, la France est en plein chaos. Nous sommes la veille d'une grosse manifestation qui se dirigerait sur l’Élysée avec des manifestants armés. Retranché dans son palais, en état de stupeur après sept nuits d’émeutes, les questions du recours à l'armée et de l'usage du feu se posent, le Général De Gaulle y est favorable. Lâché par ses fidèles, considéré comme fini par la majorité des ses ministres qui lui préfèrent Pompidou, le Général disparaît sans que personne ne sache où il est. Officiellement il est parti se reposer à Colombey, en fait il est allé rejoindre secrètement Massu à Baden-Baden. "Tout est foutu, Massu" seront les premiers mots du Général au général Massu, commandant des forces françaises en Allemagne. Commence alors un corps à corps dans lequel De Gaulle entraîne Massu. De Gaulle hésite entre installer un gouvernement provisoire à Strasbourg ou prendre les pleins pouvoirs, mais il sait qu'il court le risque que le conseil constitutionnel prononce sa déchéance. Massu va-t-il oser lui dire ce que personne dans son entourage n'a osé lui dire jusqu'à présent? Va-t-il réussir à le convaincre de ne pas déserter? J'ai beaucoup aimé ce roman qui retrace un moment important de notre histoire. L'auteur nous plonge dans une atmosphère de fin de règne où intrigues et jeux de pouvoir vont bon train. Il présente De Gaulle et Massu comme de simples hommes avec leurs doutes et leurs faiblesses et ne manque pas d'humour dans sa description des réactions du couple Massu devant l'arrivée intempestive du couple présidentiel. Benamou nous plonge dans la tête du Général et n'hésite pas à dépeindre un chef d’État épuisé, longtemps sourd aux avertissements de sa femme et de son fils, impressionnant dans son aveuglement, un homme qui dit son mépris pour le peuple qui refuse la grandeur qu'il veut lui apporter. Un homme raide mais aussi complètement découragé qui apparaît assez misérable, déconnecté des réalités par sa vision de militaire et par son âge, un vieil homme en pleine déchéance, obsédé par les menaces qui pèsent sur sa famille dans ces "heures de déroute intime". Un homme déchu mais qui saura se redresser... J'ai aimé découvrir le rôle important qu'ont joué dans l'ombre les femmes de ces hommes de pouvoir qu'étaient De Gaulle et Massu. J'ai aimé que De Gaulle soit présenté de façon terriblement humaine avec ses faiblesses. Un texte objectif et très bien documenté qui nous fait revivre ces trois jours qui ont fait basculer le destin de la France. L'auteur a construit son récit comme un thriller, son écriture est fluide, précise et bien rythmée. Un très agréable moment de lecture

isabelleisapure

Le 28/08/2019

Georges-Marc Benamou revient sur les évènements de Mai 68 et plus particulièrement sur les trois jours où « Le général a disparu ». Alors que la révolte gronde sur la France, que les étudiants sont dans la rue, les usines à l’arrêt, les services publics paralysés, les manifestants hostiles au pouvoir en place scandent des slogans anti de Gaulle : « Dix ans, ça suffit », le général annule le conseil des ministres et disparaît. Tous les ministres, Pompidou en tête, le croient parti à Colombey pour tenter de trouver comment sortir de cette « chienlit», mais c’est une toute autre destination que prend l’hélicoptère présidentiel. Dans le plus grand secret, le général « débarque » à Baden-Baden, chez le général Massu. Passé la stupéfaction Massu et son épouse s’organisent pour accueillir au mieux ces hôtes pour le moins inattendus. Georges-Marc Benamou décrit avec minutie la relation qui uni les deux hommes, basée sur la confiance, malgré leurs désaccords sur la question algérienne. Si vous pensez lire un livre politique ennuyeux sur un évènement datant de plus de cinquante ans, détrompez-vous. Cette lecture est passionnante, sans un instant d’ennui. J’ai aimé la façon dont l’auteur décrit ce vieil homme qui a perdu ses illusions sur ces Français, à qui il a tant donné et qui l’abandonne. Il y a des passages très émouvants où l’on ressent la peur et l’impuissance du général. Le soutien discret de son épouse est exposé avec beaucoup de pudeur et de délicatesse. J’ai choisi ce livre sans conviction, à la demande de mon compagnon non-voyant qui souhaitait que je le lui lise. J’en ressors totalement conquise, ce récit est parfaitement documenté, mais également plein de tendresse que l’auteur réussit parfaitement à faire passer pour cet homme seul face au poids des décisions à prendre. Merci à NetGalley et aux Editions Grasset.

PtitVincent

Le 15/08/2019

Fin mai 1968, la grève étudiante a fait tache d'huile dans l'ensemble des facultés françaises, les usines sont à l'arrêt, Paris a connu plusieurs soirées d'émeutes très violentes, certaines villes de province également, l'essence vient à manquer, d'autres matières premières disparaissent des rayons. le pays est dans une situation quasi insurrectionnelle, d'autant plus que le 29 est organisée une manifestation par le PCF qui doit réunir près d'un million de personnes et les rumeurs les plus folles circulent autour de l'événement : des armes seraient distribuées et les communistes investiraient l'hôtel de ville. En résumé c'est véritablement la chienlit. le grand Charles est désemparé face une telle confrontation : que faire face à des étudiants qui rêvent d'un grand soir, d'ouvriers qui refusent une augmentation de 35 % ( !), et qui n'écoutent plus les discours du Sauveur, de l'Incarnation du pays. En plus l'entourage du Général s'est particulièrement ramollie et refuse la manière forte. Sans parler de Pompidou qui joue sa propre partition. le vieil homme est décontenancé et décide sur un coup de tête de partir à Colombey, son refuge, son havre de paix, et ce sans prévenir qui que ce soit. Et sans préciser qu'il fait d'abord un petit détour par Baden-Baden, rejoindre discuter avec un fidèle de toujours, le général Massu qui n'en demandait pas tant (il ne demandait rien d'ailleurs, sinon du calme en attendant la retraite). de cette rencontre, il n'existe pas de traces, sinon quelques témoignages indirects. Que s'est-il passé, que s'est-il dit exactement ? Toujours est-il que Charles de Gaulle reviendra juste après dans la capitale, remobilisé comme jamais et renversera la situation avec un discours de 4 minutes ! Georges-Marc Benamou, journaliste et historien, nous restitue non sans humour ces heures déterminantes de l'histoire récente de notre pays, que ce soit les doutes du grand Charles, les manoeuvres de Pompidou et consorts ou les arguments du légionnaire Massu, n'hésitant pas à bousculer l'homme qu'il admire tant. Écrit avec beaucoup de rythme, il nous décrit une situation invraisemblable et pourtant entièrement réelle.

MaminouG

Le 15/08/2019

Il y a de cela exactement cinquante-et-un ans et deux mois au moment où j’écris cette chronique, autant dire le siècle dernier… La foule grondait, les étudiants désertaient les universités, les ouvriers leurs usines. La rue bruissait et les pavés volaient. En un mot, la France vacillait. C’est ce moment crucial de notre histoire que Georges-Marc Benhamou a choisi de nous raconter dans son dernier roman "Le Général a disparu". Il nous relate l’instant où le Général de Gaulle décide, le 29 mai 1968 de partir à Baden-Baden sans en informer quiconque si ce n’est quelques très proches. A la manière d’un roman policier, grâce à un récit parfaitement documenté, l’auteur nous fait entrer dans la tête de cet homme face à son destin. Nous assistons ainsi aux intrigues de palais, où chacun tente d’avancer ses pions, et surtout à la descente aux enfers d’un "Grand homme" persuadé d’avoir agi pour le bien de son pays et qui ne comprend pas ce déferlement de rage. J’ai aimé, beaucoup, ce roman que l’on pourrait presque qualifier de documentaire, et à plus d’un titre : A cette époque, j’avais vingt ans, issue d’une famille gaulliste et éduquée par des parents qui brandissaient la valeur travail en étendard. Faire grève à leurs yeux étaient une infamie et ils avaient pour le Général une adoration sans borne. C’est dire si la période fut difficile. J’avais vingt ans, donc, et je dois l’avouer, guère d’intérêt pour la chose publique. De cette période, il m’en restait des bribes, des noms, des photos de presse mais du détail, je n’en savais trop rien. L’écrivain m’a permis de recoller les morceaux de cette révolution vécue de l’intérieur, certes, mais avec un regard dépourvue d’attention suffisante pour en comprendre l’essentiel. Il m’a donné à revivre ces moments difficiles aux côtés des acteurs, ce fut à la fois passionnant et particulièrement émouvant. Je l’ai aimé aussi pour le portrait de ce grand Général, sûr de ses idées, sûr du bien-fondé des mesures prises, sûr de tout ce qu’il avait entrepris, sûr de ce qu’il devait refuser, qui tout à coup chancelle sous les coups de boutoir de ces "veaux" de Français prêts à le décapiter. "La dernière fois qu’il avait vu de Gaulle (c’est de Massu dont il s’agit), deux ans plus tôt, au moment de sa nomination à Baden, sa sortie du purgatoire, c’était le grand de Gaulle qui continuait à vouloir bouter les Anglais hors du marché commun, un Napoléon inspiré qui lui dévoilait les secrets de la sortie de l’OTAN, et les grandes manœuvres de la planète." Et là, il avait devant lui, un vieillard, un vieux roi déchu. C’est un portrait tout en objectivité, poignant et touchant, où l’on voit l’homme de guerre se transformer petit à petit en un homme fatigué, usé, qui s’imagine "… Dans la baie de Kenmare…Et là j’aurai une haute ambition… Je tenterai d’être bibliothécaire, c’est le plus beau des métiers…" et ne sait plus à quel saint se vouer. Je l’ai aimé encore pour son écriture simple mais brillante, élégante et précise qui facilite la lecture et donne un rythme saisissant à ces quelques jours pendant lesquels la vie de notre pays fut suspendue aux décisions d’un homme et a failli basculer dans l’horreur. Un roman passionnant qui outre toutes ses qualités littéraires, historiques, politiques, m’a permis de rajeunir de cinquante ans.

christi45

Le 02/08/2019

Le Général a disparu de Georges-Marc Benamou Editions Grasset 234 pages Parution août 2019 Paris - Mai 68 : le Peuple en colère veut faire tomber le Président qui le gouverne. Désespéré par la France, épuisé, le Général de Gaulle disparaît soudainement le 29 mai 1968. Direction Baden Baden où il exposera ses états d'âme au Général Massu. Dans ce roman porté par la voix du Général de Gaulle, l'auteur nous fait vivre les trois jours qui ont fait basculer le destin de la France. Au travers de courts chapitres à l'écriture fluide et bien rythmée, on assiste aux émeutes secouant le pays, à l'épuisement du Général, sa fuite, son séjour en Allemagne. On découvre les intrigues politiques pour le remplacer, le chaos au sommet du pouvoir. Les faits relatés avec précision, heure par heure nous plonge dans la réalité de cette tragédie. Une reconstitution rondement menée par Georges-Marc Benamou, un bel éclairage sur cet événement.