Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

L'héritage Boleyn

de Philippa Gregory , date de sortie le 06 avril 2011
1539. Henri VIII d'Angleterre épouse Anne de Clèves -
faire alliance avec les Protestants est d'une importance
stratégique.

D'abord éblouie par les fastes de la cour, la nouv... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 13 août 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

1539. Henri VIII d'Angleterre épouse Anne de Clèves -
faire alliance avec les Protestants est d'une importance
stratégique.

D'abord éblouie par les fastes de la cour, la nouvelle reine
se sent vite prise au piège. Et surtout menacée par la très
jeune Katherine Howard, nièce de l'ambitieux Thomas, duc
de Norfolk...

Faisant suite à Deux Soeurs pour un roi, où Philippa Gregory
racontait avec brio la rivalité de Marie et Anne Boleyn,
L'Héritage Boleyn plonge à nouveau le lecteur dans les
coulisses de la cour du monarque le plus craint de son temps.

Caractéristiques

Titre L'héritage Boleyn
Collection Archipoche
Editeur Archipoche
Date de parution 06 avril 2011
Nombre de pages 537 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 310 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-35287-207-8 - 9782352872078

4,5/5

helvetius

Le 20/05/2015

Que de frissons durant cette lecture ! Mais pas des frissons d'excitations ou de tout autre sentiment enjoué, non là, il s'agit de frissons d'angoisse et de peur! Philippa Gregory arrive très bien à retranscrire la malignité, le côté malsain, néfaste et malfaisant d'Henri VIII. A travers le récit de 3 femmes ayant partagé une partie de la vie du souverain, dont 2 reines, l'auteure nous dresse un portrait peu reluisant de ce roi, bouffi d'orgueil et rongé par le mal et la paranoïa. Nous retrouvons Jane Boleyn, belle-sœur d'Anne Boleyn, que nous avons rencontré dans Deux sœurs pour un roi. Déjà maltraitée par Philippa Gregory, elle en rajoute une couche et nous permet de comprendre à quel point l'avarice et la soif de pouvoir sont néfaste pour l'Homme. Je me suis beaucoup demandée si cette Jane n'était pas à moitié dérangée dans sa tête...La fin du roman peut nous laisser le croire mais je pense qu'elle n'a pas su, ou voulu, s'échapper des filets de Thomas Howard, l'homme le plus détestable qui soit après Henri VIII. Femme d'atour des différentes reines, elle relie tous les évènements et nous permet d'avoir une vision claire du caractère du roi et de son évolution au fil des années. Son personnage est nécessaire, à la fois car elle joue le rôle d'une intrigante mais elle est aussi là pour rappeler le passé et la menace toujours présente qui pèse sur les épaules d'une reine. Nous suivons également Anne de Cléves, 4ème épouse d'Henri VIII. Issue d'une région allemande en plein essor, elle représente au départ un atout car protestante. Malheureusement, la récente ascension de sa famille ne lui a pas réellement permit d'être au courant des mœurs de son futur époux. Une regrettable erreur lors de leur première rencontre va lui attirer les foudres d'Henri VIII mais qui, pour une fois, seront plutôt douce et lui permettront de lui survivre. Non destinée à être reine, elle a pourtant su s'adapter aux règles d'une cour corrompue et malsaine. Très intelligente, elle a su tirer son épingle du jeu même si son destin n'a pas forcement été celui qu'elle aurait préféré. C'est vraiment un personnage très touchant qui m'a marqué par sa gentillesse et sa discrétion. Enfin Catherine Howard...Pauvre Catherine...Bien que très instruite sur les choses de l'amour malgré son jeune âge et sa condition d'Howard, elle fait preuve d'une candeur touchante. Bon parfois, j'avoue qu'elle était à la limite, ayant des réactions enfantines mais vu son âge, ceci explique sans doute cela...Son récit apporte une certaine fraîcheur au roman même si son destin apporte effroi et dégoût. Bien que ces actes soient condamnables, la sanction semble disproportionnée...Qui aurait pu résister à l'appel de la passion avec le jeune et beau Thomas Culpepper alors qu'on est marié à un vieux roi bougon, psychopathe et pourri, aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur? Ces 3 femmes apportent chacune une vision de cette cour et des évènements. Jane a le côté manipulateur et malsain, Anne le côté réfléchi et respectueux et Catherine la frivolité et malheureusement l'immoralité...Ces 3 récits s'entrecoupent et permettent une lecture fluide, sans aucune longueurs. Philippa Gregory a encore su me captiver et j'avoue ne plus voir Henri VIII du même œil...Encore une fois, je n'ai pas été déçu par cette lecture et pense devenir une fan inconditionnelle de Philippa Gregory. Je vais dès à présent m'attaquer à La reine clandestine !

idevrieze

Le 22/08/2014

Le récit de trois femmes sous le règne de Henry VIII Oui, cette année, j'ai décidé de réviser mes Tudors. Et comme je n'aime pas spécialement les grandes biographies ampoulées pour l'été, je me suis pris l'intégrale de la série (qui est bien faite d'ailleurs) et pour le mois d'Août, je me suis dit que lire un petit Philippa Gregory, cela allait me faire réviser un peu. Bah oui. Sauf que j'avais oublié que Catherine Howard, je ne pouvais pas la blairer. Par contre, il y avait Anne de Clèves et ça c'est de la Nana ! Quant à Jane Boleyn, mise à part que c'est une langue de vipère bien connue, elle a permis sur ce livre de quincanner. Aussi on voit bien trois visions de la femme sous Henry VIII ici, et je dois dire que cela apporter un bon petit rythme au roman. Mais reprenons. Trois styles de femmes différentes de l'époque. Nous avons tout d'abord ma préférée : Anne de Clèves qui vit sous la coupe d'un frère tyrannique dont on se demande souvent s'il n'a pas des envies incestueuses d'ailleurs. Elle a une demande en mariage de la part de Henry VIII et prend cette opportunités pour pouvoir se libérer. Et là on se dit que la nénette, elle se sent mieux avec ce monstre qu'avec son frère. Et bien cela donne la couleur de son enfance dis donc ! Mais qu'à cela ne tienne, Anne de Clèves, dans ce roman se révèle entièrement en tant que femme dévouée mais célibataire. C'est, selon moi, la plus accomplie des trois femmes car en définitive, elle est heureuse. Catherine Howard r, quant à elle, c'est la bimbo du coin. C'est la fille qui ne peut être comblée que si elle est désirée par la terre entière. Aussi, même avec le roi, et surtout avec ce roi, elle se retrouve totalement affamée de sexe. Et du coup, elle se fait mangée toute crue par les intrigues. C'est clairement la Lolita, la femme enfant qui veut jouer dans la cour des grands mais qui n'est pas du tout calculatrice. Aussi, toutes ses erreurs se retournent contre elle, jusqu'à la tuer. Enfin, il y a Jane Boleyn, c'est la langue de p***. C'est la femme qui se sert de sa langue de vipère pour avoir du pouvoir. Elle a réellement hérité de la fièvre des Boleyn, celle là. Mais voyez vous, dans la famille Boleyn, elle n'est pas du tout la seule à convoiter des possessions. De plus, tout le monde connaît ses traitrises et elle a beau rejeter la faute sur les autres, elle n'en est pas moins coupable ! A cause d'elle Anne Boleyn et son frère ont été exécutés et tout le monde le sait. C'est le personnage qu'on ne peut aimer. Mais personnellement, elle ne me rend que triste. Et donc l'héritage Boleyn ? Cela raconte bien entendu les conséquences politique de la réforme anglicane qui a été causée, comme vous le savez sûrement *hum* à cause du mariage de Henri VIII avec Anne Boleyn. Mais cela va aussi parler de la cour, de ce qu'elle est devenue après la disparition de cette reine qui a marqué définitivement l'Angleterre. Enfin, nous parlerons dans ce livre des enfants de Henri VIII de leur avenir mais aussi et surtout et enfin du comportement de Henri VIII. En effet, le prince charmant dans ses jeunes années est devenu un personnage vieux, gras, malade et un peu dément. C'est devenu un vrai tyran et cela aussi est une conséquence des Boleyn. En bref, un roman qui peut convenir aux amateurs d'Histoire car il vous fait quelques piqûres de rappel mais aussi aux amateurs de romance car nous voyons bien entendu le point de vue des femmes dans ce roman.