Prêt à feuilleter

La galerie des jalousies

Volume 3
de Marie-Bernadette Dupuy , date de sortie le 08 novembre 2017
Dans le village minier de Feymorau, en Vendée, dans les années vingt, Isaure, fille de paysans de la région, et Thomas, un mineur dont la femme, d'origine polonaise, est repartie vivre dans sa patrie,... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 24 octobre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Dans le village minier de Feymorau, en Vendée, dans les années vingt, Isaure, fille de paysans de la région, et Thomas, un mineur dont la femme, d'origine polonaise, est repartie vivre dans sa patrie, décident de faire fi de la morale et de leur culpabilité : ils s'aiment et se retrouvent en cachette sous le vieux chêne qui abritait leurs rendez-vous adolescents. Un dimanche, alors quelle vient de passer la nuit avec Thomas, Isaure est appelée d'urgence au chevet de sa mère, Lucienne. Celle-ci est au plus mal. Avant de mourir, elle tient à avouer à sa fille le secret de sa naissance : le véritable père d'Isaure n'est autre que le châtelain local, le comte de Régnier, l'amour de jeunesse de Lucienne.

Cette terrible révélation bouleverse Isaure, qui voit ses tourments familiaux s'éclairer d'un jour nouveau. Mais elle ignore encore à quel point cet aveu va faire basculer son destin...

Caractéristiques

Titre La galerie des jalousies - Volume 3
Editeur Calmann-Lévy
Date de parution 08 novembre 2017
Nombre de pages 595 pages
Dimensions 24,00 cm x 16,00 cm
Poids 742 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-7021-6078-7 - 9782702160787

4,2/5

Jangelis

Le 24/03/2018

Encore un tome qui ne se laisse pas lâcher. J'ai apprécié qu'en préface, l'autrice nous précise qu'il n'y aura que 3 tomes à la saga d'Isaure, parce que je n'aurais pas aimé la laisser en route sans savoir ce qui doit lui arriver en fin. J'espère qu'elle ne change pas d'avis !! A peine un siècle plus tard, il est parfois difficile d'imaginer certaines situations, je pense notamment au mépris de son frère quand il découvre la situation d'Isaure, elle qui aurait tellement besoin d'un peu de soutien, au moins de sa famille, si tout un village la critique et la met au pilori. Quel manque d'ouverture, mais qui était hélas certainement quotidien. Heureusement, nous avons quelques personnages empathiques et chaleureux Au final, vraiment très addictif pour moi, je n'ai pas pu les lâcher. Mais ça ne m'a pas empêchée de constater qu'il y a énormément de répétitions. Aussi bien sur les caractéristiques physiques des personnages comme je le disais dans le tome 2, que sur ce qui s'est passé avant. J'avais constamment l'impression que l'auteur résumait comme si on risquait de n'avoir pas lu ce qui précédait. Sauf que c'était souvent dans le même tome. Et même si dans un précédent, ils sont fait pour lire à la suite, c'est à peine une trilogie, il n'y a qu'un seul titre pour l'ensemble. On a l'impression que ça a été écrit pour un feuilleton, où on nous rappelle sans cesse ce qui s'est passé aux épisodes précédents ! Aucun risque pour les vieilles dames comme moi qui oublient vite !!! Mais je reconnais que, après avoir terminé en quatre jours les 1600 pages, j'ai du mal à quitter cette famille, je reste imprégnée de cette histoire, difficile de passer à autre chose.

LadyRomance

Le 22/02/2018

J'ai beaucoup aimé à nouveau ce dernier tome de la trilogie La galerie des jalousies. On ne s'ennuie pas. L'écriture est fluide et Marie-Bernadette Dupuy maîtrise toujours aussi bien la psychologie de ses personnages. Cette saga est du pur divertissement et l'histoire se termine en beauté. J'étais très émue à la fin. C'est une très belle série même si j'ai gardé une préférence pour le premier tome car il se déroule sur fond d'enquête policière, ce qui met du piment à l'histoire. Ensuite, cela concerne plus les histoires familiales relatives aux convenances de l'époque par rapport au mariage et à l'évolution des mentalités vers plus de liberté du fait des profonds bouleversements suite à la première guerre mondiale. La société entame alors ses premières grandes transformations. Isaure, l'héroïne, est inoubliable. Attachante, elle incarne cette modernité naissante dans les années 1920 où la vie commence à être considérée comme suffisamment précieuse pour ne pas laisser les usages et coutumes étouffer et anéantir les sentiments, mais aussi les nombreux potentiels de la femme. Ainsi, s'achève La galerie des jalousies, l'histoire d'une passion qui se termine dans un cadre merveilleux comme je les aime, dans un manoir sous la neige durant les fêtes de Noël.

akassha

Le 30/11/2017

C'est toujours un plaisir de retrouver l'univers d'saure ainsi que la belle plume de Marie-Bernadette Dupuy. Je me suis donc lancée sans aucune hésitation dans la lecture de ce troisième tome qui va clore cette trilogie. Je vais enfin savoir si la belle Isaure va trouver sa voie et surtout le bonheur qu'elle aspire tant. Pour tous ceux qui n'ont pas encore découvert cette saga, je vous invite à lire ma chronique sur le premier tome. Cela évitera de vous faire spoiler l'histoire pleine de rebondissements. Nous retrouvons donc Isaure et la communauté minière de Faymoreau. Jolenta, la femme de Thomas rentre en Pologne pour ne plus revenir en France, au grand bonheur d'saure qui va pouvoir enfin aimer Thomas comme elle le souhaite.. enfin pas tout à fait. Il faut que la situation se régularise pour qu'ils puissent vivre leur histoire au grand jour mais en attendant, il se cachent pour partager leur passion. La mère d'Isaure est au plus mal. Elle décide alors de révéler à sa fille le secret de sa naissance. Cela va bouleverser la vie de la jeune femme qui va enfin pourvoir réaliser ses projets notamment un, très cher à son coeur : s'occuper des enfants malades et des orphelins. Mais ce ne sera pas de tout repos. Certains ne voient pas d'un très bon oeil cette situation et mettront des bâtons dans les roues d'saure qui saura se montrer forte face à cela. Ce tome est une réussite aussi bien pour son contenu que pour sa fin, mais surtout ce qui concerne son personnage principal Isaure. Elle est moins pénible que dans le tome précédent. Elle ressasse moins son enfance malheureuse, ce qui m'agaçait profondément. La mort de la petite Anne revient régulièrement mais les évènements s'enchaînent et Isaure est moins nostalgique du passé. Elle profite de tous les petits bonheurs qui sont en train de lui arriver. C'est une très belle saga que nous livre ici l'auteur. La fin est sublime surtout après ce tragique Noël qui a vu la petite Anne s'éteindre. Cela se finit par un Noël plus joyeux où chacun voit ses espoirs se réaliser. Je quitte cette série un peu à regret après avoir passé un si bon moment de lecture mais j'ai le sentiment que tout est bien fini et que chaque personnage a enfin trouvé sa place dans ce monde dur où le travail est pénible, où les séquelles de la guerre sont bien présentes mais surtout où la morale n'est pas évidente à supporter. Une saga pleine de charmes, écrite avec une plume envoutante.

linagalatee

Le 11/11/2017

Le sort s’acharne sur notre belle Isaure. Tout ce qu’elle dit ou fait se retourne contre elle, avec à chaque fois des conséquences, qui lui minent le moral. Elle est en train de perdre sa maman, et même si les relations n’ont jamais été au beau fixe entre elles, elle se doit d’aller la voir une dernière fois. Et ce qu’elle va apprendre de sa bouche, va la laisser complètement effondrée. Si tout d’abord elle croit à des divagations de mourante, elle va bien être obligée d’accepter la vérité. Jolenta, l’épouse de Thomas, ne reviendra jamais de Pologne, c’est une évidence. Il n’y a plus guère que son père qui le croit et l’espère. Celui-ci devient de plus en plus bougon et la haine qu’il voue à Isaure grandit de jour en jour. A ses yeux, elle seule est responsable de toutes les situations qui le dépassent. Mais Thomas et Jolenta sont toujours mariés, et il y a peu de chance que la situation change, ils sont donc obligés de vivre leur grand amour dans le secret le plus complet. Mais même si cela doit durer toute la vie, ils s’en contenteront. Grâce aux donations de Justin Devers et du comte Théophile de Régnier, Isaure va enfin pouvoir donner vie à son projet de maison pour handicapés et orphelins de guerre. Thomas vient vivre avec d’autres ouvriers dans les dépendances de la grande maison, ce qui donne encore du grain à moudre aux mauvaises langues. Isaure est plus heureuse que jamais, elle va enfin pouvoir être institutrice et pour les plus démunis, un rêve enfin devenu réalité. Le personnel est au complet, l’instituteur va bientôt arriver pour la classe des garçons, et début octobre la classe commence. Une nouvelle vie à l’horizon, et même si tout n’est pas encore rose, beaucoup de choses sont un peu moins noires. Quel beaux personnages, tous ont tellement de qualités de cœur, qu’il est bien difficile de les quitter. Isaure, tenace, généreuse, éperdument amoureuse de son Thomas depuis sa plus tendre enfance. Elle a tout accepté pour ne pas lui nuire, ni nuire à sa vie, mais les sentiments étaient trop forts. Mais la roue tourne, et des jours meilleurs se profilent à l’horizon. Thomas, doux rêveur, il ne s’est pas rendu compte qu’Isaure avait grandi et lui portait un amour sans bornes. Quand il s’en rendra compte, et que surtout il acceptera que la réciproque est également vraie, il est trop tard. Thomas est marié à Jolenta, une jolie polonaise, qui attend un enfant de lui. Le couple va s’éloigner l’un de l’autre au fil du temps, jusqu’à ce que le mariage devienne irrécupérable. Mais on ne divorce pas comme ça en 1920 ! Thomas a bien tenté de résister à la vague dévastatrice qui déferlait sur lui, mais son amour pour Isaure grandit chaque jour, jusqu’à l’envahir tout entier, l’amenant aux portes de la folie. Le couple Marot, les parents de Thomas, connaissent eux aussi Isaure depuis petite, depuis que Thomas l’a prise sous son aile pour la protéger d’un père violent et d’une mère indifférente. Grâce à eux, elle a pu goûter à des bonheurs simples et un peu d’amour. Tous ces gens qui ont peu, mais qui n’hésitent pas à partager avec d’autres qui ont encore moins qu’eux. Une trilogie remplie d’amour, d’écueils, de difficultés, d’erreurs, d’amitié, de vie tout simplement. Isaure a vraiment un destin hors du commun. Issue de cette petite métairie, elle n’aura de cesse de changer sa vie et se tirant vers le haut ! Echapper à cette violence, cette cruauté, ce manque d’amour, c’est ce qui l’a animée des années durant. L’auteur a eu la délicatesse à la fin de la trilogie de nous donner des nouvelles des destins des uns et des autres, jusqu’à la seconde guerre. Les décisions d’Isaure sont égales à son image, protéger les plus démunis. J’aurais pour ma part adoré que l’aventure continue encore, surtout qu’il y avait matière avec les évènements de 1939-1945, j’aurais bien vu une Isaure cacher des enfants juifs dans son institution, Thomas et Denis prendre le maquis, je n’avais pas envie de les quitter. Pas encore. Pas du tout d’ailleurs. L’auteur en a décidé ainsi, tant pis, je me plais à imaginer des suites dans mon imaginaire, celui dans lequel Isaure, Thomas, Pierre, Denis, Geneviève et Armand, Christine et Jérôme, Viviane et Félix. Une magnifique trilogie, qui s’est arrêtée trop tôt à mon goût.

Lilypuce19

Le 05/07/2017

Quel plaisir de retrouver nos héros Thomas et Isaure pour le dernier tome de cette saga! Nous étions resté en haleine à la fin du tome précédent avec le départ de Jolenta en Pologne suite à la naissance de son enfant mort né et à la découverte de la relation existante entre son mari et la jolie Isaure dont elle avait toujours été jalouse. Nous nous questionnions: qu'allait-il désormais advenir de nos deux amis? Thomas et Isaure se cachent tant bien que mal pour vivre leur amour comme ils l'entendent. Mais bientôt, la maladie de la mère d'Isaure va prendre des proportions qu'elle n'avait pas envisagé, et cela va mettre à jour un important secret sur sa naissance. Une série de drames va s'engager mais cela ne va-t-il pas permettre à Isaure de tourner la page et d'envisager son destin désormais comme elle le désire? Pour ma part je dirai qu'il s'agit là du meilleur tome de cette saga et que tous les personnages vont me manquer: c'est un des pouvoirs surprenant de Marie-Bernadette Dupuy, une auteure que j'apprécie énormément!