Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Voyage avec un âne dans les Cévennes

de Robert Louis Stevenson , date de sortie le 22 novembre 2001
Publié en 1879, ce récit retrace les péripéties d'un voyage que Stevenson, alors jeune homme, fit dans les Cévennes l'année précédente.
Lire la suite

Livraison estimée le vendredi 06 novembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Publié en 1879, ce récit retrace les péripéties d'un voyage que Stevenson, alors jeune homme, fit dans les Cévennes l'année précédente.

Caractéristiques

Titre Voyage avec un âne dans les Cévennes
Traducteur Léon Bocquet
Editeur 10-18
Date de parution 22 novembre 2001
Nombre de pages 288 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 175 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-264-03408-4 - 9782264034083

4/5

Nastasia-B

Le 28/07/2014

Au chapitre des lectures de vacances, j'y vais moi aussi de ma petite contribution. On sait tous que le choix d'un lieu de vacance n'est jamais complètement dû aux seules boucles du hasard. Ceci est particulièrement vrai pour nous autres lecteurs acharnés qui glanons ici ou là, au gré de nos découvertes littéraires, des idées ou des envies particulières. N'échappant évidemment pas, une fois encore, à cette règle, c'est l'envie de découvrir un livre qui m'a poussée à lire une contrée (ou l'inverse). Sans grande surprise, vous aurez compris de quel livre et de quelle région je veux parler puisque le titre est suffisamment évocateur. Nous voici donc en chemin sur les sentiers cévenols au début de l'arrière-saison (fin septembre — début octobre) de l'année 1878. Robert Louis Stevenson est alors un jeune homme écossais de bientôt vingt-huit ans qui n'a encore écrit aucun des grands succès que nous lui connaissons aujourd'hui. Il n'a entrepris jusqu'à présent que des voyages ou des séjours paisibles, en Angleterre, en Allemagne ou dans le nord de la France. Voici donc sa première véritable aventure en territoire sauvage, celle qui en appellera beaucoup d'autres par la suite, en Amérique ou dans la zone pacifique notamment. On y côtoie un jeune Stevenson, inexpérimenté en matière de baroudage, ayant soif d'aventure et de découverte, assez attachant dans sa façon de voir le monde, mais aussi, avons-le parfois un peu présomptueux et imbu de lui-même, notamment dans sa manière de juger à l'emporte-pièce les naturels du pays. À la vérité, c'est encore loin d'être une expédition au Klondike, seulement un voyage très bref — pas plus de treize jours — allant en gros du Puy-en-Velay à Alès en passant par Florac, bien qu'au sens strict, le voyage mentionné dans le titre débute au Monastier-sur-Gazeille et se termine à Saint-Jean-du-Gard. Ce qui fait la renommée de ce voyage, outre la célébrité acquise ensuite par son auteur, outre qu'il ait été minutieusement relaté par écrit dans un récit de voyage, c'est bien évidemment qu'il ait été entrepris à pied et en solitaire, avec pour seul compagnon un âne — en l'espèce une ânesse baptisée par l'auteur lui-même, Modestine. Dans toute la première partie du récit, les efforts déployés et les mésaventures cocasses tournant autour de Modestine constituent le sel de la narration. On y voit dans ce premier tiers de voyage un Stevenson malhabile avec l'animal, volontiers colérique et même parfois violent, qui passe son temps à médire tant de l'âne que de la population locale, que du mauvais temps ou de la traîtresse obscurité nocturne. Il faut attendre les Cévennes véritables, et notamment le petit village du Bleymard, pour sentir un changement positif d'attitude. Une complicité s'installe peu à peu entre l'homme et l'animal. Les paysages commencent à trouver grâce à ses yeux, même jusqu'à l'émerveillement. Autour du Pont de Montvert et de Florac, l'auteur semble tombé sous le charme de la région et, vous l'imaginez, amoureux de sa compagne quadrupède. Ce récit de voyage se caractérise aussi par de fréquentes (trop fréquentes à mon goût) digressions où l'auteur recrache sa science sur les guerres de religion qui ensanglantèrent les Cévennes à l'époque des Camisards autour de l'année 1703. À force de nous parler de l'absurdité de ces conflits entre Catholiques et Protestants, à force de nous seriner que ses origines protestantes le rapprochent plus des Protestants d'ici que des Catholiques, on finit par s'ennuyer un petit peu sur ces considérations, bâties auprès d'une maigre poignée d'individus, fréquentés pendant quelques minutes ou quelques heures (au mieux) et qui seraient censés représenter un échantillonnage valable de la teneur réelle de ces populations. — Bref, des considérations religieuses de l'auteur qui m'ont un peu barbée. En revanche, ce qui est à mettre au crédit de ce diable d'Écossais, c'est son talent de conteur déjà grand à l'époque. Sa plume est alerte, parfois drôle ou caustique et, dans des moment grâce, capable d'une évanescente randonnée lyrique. J'en terminerai donc en concluant qu'il ne s'agit peut-être pas du meilleur de Robert Louis Stevenson mais assurément d'un premier pas vers la grandeur. Si par hasard, comme moi, vous vous aventurez sur les traces locales laissées par l'auteur et ce récit, vous vous apercevrez qu'il existe depuis vingt ans une association qui fait la promotion de ce voyage pédestre et que tout au long du parcours emprunté par Stevenson, on voit fleurir sur les bars, boutiques ou restaurants un petit panonceau à son effigie. On vent aussi des guides, des cartes détaillées ou des cartes postales présentant le parcours, une manière de mini chemin de Saint Jacques de Compostelle cévenol pour randonneurs amis des lettres. J'ai eu l'occasion de constater durant mon séjour que parmi tous ces commerçants qui collent sur leur vitrine le portrait de Stevenson, bien peu ont effectivement lu le livre, quoique l'ouvrage soit de taille modest(in)e. (Je dis " bien peu " car je n'ai pas poussé le vice jusqu'à sonder exhaustivement chaque tenancier d'échoppe, mais sur tous ceux que j'ai interrogés, aucun n'a encore lu le livre...) En somme, une impression de lecture bonne mais pas exceptionnelle que je suis très contente d'avoir entreprise sur le théâtre même des événements car cela a constitué pour moi un plus, tant pour le voyage que la lecture. Toutefois, gardez à l'esprit qu'il s'agit là d'un petit âne d'avis, grêle et têtu comme la sus-nommée Modestine, c'est-à-dire, pas grand-chose.