Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Unité 8200 : thriller

de Dov Alfon , date de sortie le 13 août 2020
A son arrivée à Roissy, un responsable marketing israélien est enlevé par une hôtesse blonde. Alerté, le colonel Zeev Abadi, officier des renseignements israéliens, assiste le commissaire Léger de la... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 03 décembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

A son arrivée à Roissy, un responsable marketing israélien est enlevé par une hôtesse blonde. Alerté, le colonel Zeev Abadi, officier des renseignements israéliens, assiste le commissaire Léger de la police judiciaire. Quand le corps du voyageur est retrouvé dans une usine de traitement des déchets et que ses kidnappeurs sont éliminés par drone en plein Paris, l'affaire devient une traque.

Caractéristiques

Titre Unité 8200 : thriller
Auteur Dov Alfon
Traducteur Françoise Bouillot
Collection Folio. Policier
Editeur Gallimard
Date de parution 13 août 2020
Nombre de pages 447 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 226 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-07-287308-9 - 9782072873089

4,5/5

andreas50

Le 27/11/2019

Yaniv Meidan, un jeune directeur marketing israélien, disparaît mystérieusement à son arrivée à Roissy. Pour plaisanter, il se laisse entrainer par une hôtesse blonde, mais très vite, cet incident, banal à première vue, ressemble à un enlèvement. Où est passé Yaniv ? Est-ce une escapade amoureuse ? Est-il mort ? Un citoyen israélien en danger et voilà les services de sécurité d'El Al, la police française, et même Zeev Abadi, un officier de l'Unité 8200, qui sont sur les dents. Mais que vient faire cet agent des Services secrets israéliens qui propose, et même impose son aide au commissaire Léger de la Police française ? On apprend que l'on a retrouvé le corps de Yaniv dans un bassin de décantation et qu'il ne serait pas la bonne cible pour ses éventuels ravisseurs, une méprise. Par contre, un passager inconnu du vol El Al srait probablement un agent de la fameuse Unité 8200. Comment a-t-il eu sans enquête un visa pour quitter Israël, lui,porteur de renseignements sensibles ? Zeev Abadi doit, sans tarder, localiser l'homme, l'identifier, et le mettre hors d'état de nuire. Pour cela, il peut compter sur l'aide d'Ariana Talmor, sa collaboratrice à la tête de l'Unité, restée à Tel Aviv, qui va lui fournir tout renseignement désiré, même si pour cela, elle doit agir à l'insu de sa hiérarchie et empiéter sur les chasses gardées des autres services. Car l'incident de Roissy va prendre une ampleur inimaginable. De quoi inquiéter les plus hautes instances politiques françaises et israéliennes. En effet, les enquêteurs vont bientôt se trouver plongés dans une traque intense et mis en présence d'une douzaine de cadavres. Ils seront témoins d'un vaste complot impliquant mafia, trafics de drogues, services secrets divers. Un complot qui va se révéler ingénieux et terrifiant. Complexité, compétition, jalousie sont les maîtres-mots des S.R. israéliens. L'auteur n'a pas son pareil pour mettre à nu, avec habileté, cette gigantesque mécanique. On est loin de John Le Carré, de Ian Fleming dans ce monde de jeunes qui connaissent les technologies de pointe, les nouveaux médias, qui savent comment cela fonctionne de façon intuitive. Cela fait aussi partie de la force de l'Unité 8200. Celle-ci fait partie appartient à l'Anam qui est un service de renseignement militaire, également chargé de la censure et de la sécurité de l'information. Dans l'organigramme, l'Unité 8200 est une branche de la division renseignements. Proche de la N.S.A. américaine, elle est spécialisée dans l'interception des communications adverses, de la surveillance d'Internet, des autres médias et de la guerre cybernétique offensive. J'en reviens au livre de Dov Alfon, auteur qui en connaît un brin sur les S.R., puisqu'il y a travaillé il y a quelques années. Dès la première page, il met le lecteur dans le coup, l'action se déroule sans temps mort en 28 heures chrono, nous donnant l'impression de vivre les événements en temps réel. Si la tension permanente nécessite un effort d'attention, la multiplication de chapitres denses et courts nous plonge dans un chaudron universel où s'agitent, pour notre plus grand plaisir, agents du Mossad, espions russes,maffieux chinois, trafiquants de drogue et flics français. Un mélange heureux de polar et de roman d'espionnage qui se laisse avaler en une bouchée.

iris29

Le 12/10/2019

Un roman d'espionnage haletant entre Paris et Israël... Un jeune passager Israélien qui s'évapore au sortir de son avion, à Roissy Charles de Gaule... Un ex- membre , ( mais fraîchement re-muté) des service secrets israélien qui passait par là, et qui veut diriger l'enquête à la place de la police française ... Un autre jeune homme ( qui aurait dû être enlevé à la place du premier, qui n'avait rien à voir dans l'histoire qui sera développée plus tard), et qui donc, risque d'être enlevé à son tour , mais qui est introuvable... Et des cadavres (qui font dans l'international ! ) qui tombent comme des mouches aux quatre coins de Paris... Bref : le bazar total pour un commissaire français, plus très frais , qui ne va pas beaucoup dormir pendant 24h... Et un auteur , dont c'est le premier roman, qui maîtrise son sujet sur le bout de ses doigts d'ancien officier des services de renseignements israéliens , et qui, habitant Paris, vous le fait visiter à travers un kaléidoscope trépidant et anxiogène du nord au sud en passant par la banlieue ... C'est documenté, c'est rythmé, parfois marrant, et toujours hyper réaliste. On comprend totalement pourquoi ce roman est resté en tête des ventes pendant deux ans en Israël, pourquoi il a été édité dans douze pays, et pourquoi les droits télévisuels ont déjà été acheté... Tout est dit ! Ultra professionnel et ultra agréable à lire ... Challenge Mauvais genres.

SagnesSy

Le 06/05/2019

Il est 10h40 le lundi 16 avril, Yanniv Meidan atterrit à Roissy avec ses collèges pour un expo de geeks. C’est un marrant, Yanniv, qui ne supporte pas l’attente passive. Toujours à déconner, le premier à faire le pitre. En sortant de l’aéroport, il se précipite sur une jolie hôtesse qui brandit un panneau et se fait passer pour celui qu’elle attend. Comme ça, pour rire, pour ses collègues qui attendent ce genre de choses de sa part. On ne le reverra jamais… Attention quand vous prononcez le titre, dites bien « huit-deux cents », comme il se doit, et surtout pas « huit mille deux cents »sous peine de passer pour un bleu. Bon, comme l’auteur n’a pas du tout l’intention d’humilier son lecteur, il l’indique dès les premières pages, en nous expliquant même ce que c’est que cette unité 8200. Et tout de suite, c’est parti. Nous allons vivre vingt-quatre heures trépidantes en passant de Paris à Tel-Aviv, avec des escales à Berlin, Macao, Pékin ou Washington (on évoque même Moscou). Personne ne sait où il met les pieds et chaque service secret est en alerte… Ce premier roman de Dove Alfon est du genre excitant. Il déclenche une frénésie et il n’est pas question de le lâcher une seconde tant le besoin de comprendre s’impose. Construit avec une grande intelligence il donne l’impression de révolutionner le roman d’espionnage alors qu’il en épouse parfaitement les codes et son intrigue est d’une grande clarté. Les personnages sont séduisants et il y a même des touches d’humour très réussies (la conversation en hébreu passée au traducteur automatique vaut son pesant de cacahuète !). On en veut encore !

JIEMDE

Le 05/05/2019

Faut pas tenter de jouer au plus fin quand on n’est qu’un amuseur de galerie. C’est ce que va vite comprendre Yaniv Meidan, jeune startupeur débarquant à Roissy et qui va démarrer son séjour parisien en tentant de brancher une hôtesse attirante. Petite cause, grands effets : sa blague dragouilleuse est le grain de sable qui va dérégler une vaste opération mafieuse impliquant les services secrets israéliens, américains, la police française et la mafia dorée chinoise et internationale. À Paris le colonel Abadi, ex-paria des services secrets aujourd’hui réhabilité et promu à la tête de l’Unité spéciale de renseignements 8200, mais aussi à Tel Aviv avec son adjointe, Oriana Talmor aussi vive que surdouée, une course contre la montre est engagée pour décrypter ce qu’il se passe et agir pour sauvegarder au mieux les intérêts et l’image d’Israël. En près de 400 pages et 24 heures d’actions soutenues, Dov Alfon -traduit par Françoise Bouillot- m’a attrapé dès le début pour ne me relâcher qu’une fois le livre refermé, faisant de Unité 8200 un des meilleurs thrillers d’espionnage contemporains lus ces derniers temps. Car tout y est : action soutenue, personnages creusés et rapidement attachants, réalisme des lieux et des situations, rebondissements léchés et crédibles qui ne tombent jamais dans l’abus et enfin, une construction chorale réussie, alternant les changements de sites à chaque -court- chapitre demandant un effort raisonnable de concentration au lecteur au début, qui se transforme rapidement en addiction volontaire à ce rythme d’enfer. What else ? dirait Georges. Ce petit plus est apporté par l’extrême réalisme du sujet (Dov Alfon a servi dans les services secrets israéliens), qui ne tombe jamais dans le piège du sachant mais excelle à mettre en perspective les facettes de l’espionnage contemporain à l’heures des grands équilibres internationaux instables, et la réalité quotidienne de ceux qui s’y consacrent dont les armes de combat désormais renforcées par les nouvelles technologies restent bien le pragmatisme, la psychologie, le sang froid et parfois… l’humour. Une réussite !