Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Une enquête de Mary Lester

Volume 10, Brume sous le grand pont
de Jean Failler , date de sortie le 07 avril 2003
Un corps a été découvert par deux enfants dans un square désert à la périphérie de Saint-Nazaire. S'il ne s'agissait du cadavre du juge Ménaudoux, l'affaire serait vivement classée : crime de... Lire la suite

Indisponible

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Un corps a été découvert par deux enfants dans un square désert à la périphérie de Saint-Nazaire. S'il ne s'agissait du cadavre du juge Ménaudoux, l'affaire serait vivement classée : crime de rôdeur. Mais c'est bien celui que les médias avaient surnommé « le petit juge » qui est mort.

La personnalité de la victime et les circonstances de sa mort rendent l'affaire brûlante. La Chancellerie veut en avoir le coeur net : Ménaudoux a-t-il été assassiné ?

Si oui, par qui, pourquoi ?

Mary Lester est chargée de se pencher sur cette affaire trouble, bien plus trouble qu'on ne pourrait le croire...

Caractéristiques

Titre Une enquête de Mary Lester - Volume 10, Brume sous le grand pont
Auteur Jean Failler
Editeur Ed. du Palémon
Date de parution 07 avril 2003
Nombre de pages 296 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 201 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-907572-05-9 - 9782907572057

3,5/5

zazy

Le 27/02/2020

Mary Lester est envoyée à Saint-Nazaire pour élucider une affaire concernant un ancien juge. Sur place, l’on penche plus du côté crime de rôdeur. Rôder, fureter, chercher le plus petit indice et à partir de là, récupérer le petit bout de ficelle et tirer pour voir où cela mène… Et Mary Lester aime et conduit ainsi son enquête. Un polar sans téléphone portable, sans GPS , où les protagonistes parlent encore en francs !! un vrai dépaysement et j’ai aimé

Sharon

Le 17/01/2012

Ce tome est sans doute une des affaires les plus complexes que Mary Lester ait eu à débrouiller. Il faut dire que son arrivée à Saint-Nazaire froisse les susceptibilités des policiers chargés de l'enquête. Que pourra bien trouver cette lieutenant de police , qui n'a pas leur expérience, alors qu'eux ont conclu à un crime de rôdeur ? Jean Failler en profite pour fustiger le fonctionnaire dans toute sa splendeur :arrivé à huit heures, départ à dix-huit heures, rien ne doit perturber le train-train du commissaire divisionnaire, et surtout pas une enquête. Cherchez l'erreur. De manière encore plus contestable, le commissaire divisionnaire indique qui peut être interrogé (le tout venant, petit commerçant, petit personnel) et qui ne doit surtout pas être dérangé, se faisant ainsi, presque malgré lui, l'un des rouages de cette justice à deux vitesses qui ne cessent d'être dénoncées. La mort du juge ne chagrine personne, si ce n'est sa femme. Le soucis est que cet homme s'était forgé une sacré réputation de laxisme (à ne pas confondre avec la clémence) : autant dire qu'il avait plus d'ennemis que son chien n'a eu de puces sur son dos sa vie durante et que les indices sont très minces. Ils le sont tellement qu'il faut le sens de la déduction de Mary Lester pour les trouver et pour les relier les uns aux autres. Les autres policiers étaient bien embarrassés, certes, surtout quand la femme du juge (aussi aimée et estimée que son mari) a reçu des menaces. Néanmoins, une bonne affaire reste une affaire classée et Mary Lester devra ravaler sa fierté, s'appuyer sur ses alliés et combattre une bureaucratie galopante pour épingler les coupables. En bref, je ne suis pas déçue par cette nouvelle enquête de Mary Lester.