Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Surface

de Olivier Norek , date de sortie le 12 mars 2020
Surface

Ici, personne ne veut plus de cette capitaine de police. là-bas, personne ne veut de son enquête.

Lire la suite

Livraison estimée le lundi 03 août 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Surface

Ici, personne ne veut plus de cette capitaine de police. là-bas, personne ne veut de son enquête.

Caractéristiques

Titre Surface
Auteur Olivier Norek
Collection Pocket. Thriller
Editeur Pocket
Date de parution 12 mars 2020
Nombre de pages 393 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 213 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-266-28799-9 - 9782266287999

L'offre du moment

4,8/5

lyoko

Le 17/09/2019

Cela fait un moment que j'avais envie de lire Olivier Norek, mais certains auteurs comme ça font peur, on hésite a le lire ... sa réputation, la peur d'être déçu… Et puis ma copine Do a fait un beau billet sur ce roman et j'avoue il m'a aidé a sauter le pas. Me voilà moi aussi conquise par l'auteur, a la fois par son scénario très prenant et très travaillé. Par la psychologie de ses personnages. La reconstruction difficile mais nécessaire de No. Et puis indubitablement par une écriture fluide, agréable et terriblement addictive. Le cumul de tous ces facteurs fait qu'une fois qu'on entame ce roman , on a bien du mal a le poser. Un polar comme je les aime, réfléchi, intense et addictif. Olivier Norek est une très belle découverte… je vais bien évidemment ne pas trainer pour lire la suite de ses romans

Roggy

Le 10/06/2019

Olivier Norek n’a plus besoin de prouver qu’il est rentré pour de bon dans la cours des grands. Ce récit vient confirmer sa maîtrise. Sur un ton faussement grincheux l’auteur dose parfaitement son cocktail d’humour et de suspense. Il se sert de son incroyable sens du rythme et de quelques dialogues explosifs pour conquérir le lecteur au bout de quelques pages. L’intrigue est peut-être un peu plus banale que les précédentes mais Olivier Norek joue avec le sens de l’incarnation pour nous présenter une femme courage, une flic hors pair, il veut saisir la force qui l’anime, la peur qui la propulse à se battre avec l’acharnement dont seuls sont capables ceux qui ne se laissent jamais anéantir. L’auteur possède l’art de radiographier la société et d’étaler ses peurs et ses horreurs, en prime il nous offre un rebondissement final bien exploité.

bibiouest

Le 07/05/2019

Après entre deux mondes, retour au polar pur et dur avec un «cold case» situé à Avalone en Aveyron. Une fois de plus je suis scotché. Olivier Norek de livres en livres ne cesse de me surprendre. L'art du «page-turner» à la française... Le capitaine Chastain, est contraint de s'exiler dans l'Aveyron, le contraste avec Paris est flagrant, le lieu rêvé pour y soigner ses blessures... l'auteur réussit un tour de force, en effet il m'a emmené en bateau une bonne partie de l'histoire pour me surprendre à la fin. C'est riche en suspense et en émotions comme toujours chez O.NOREK, et ce qui ne gâche rien de l'humour avec un duo d'inspecteurs «Milk et Bousquet»qui permet une respiration au récit. (les dialogues sont savoureux.) Un «cold case» réussit

Tostaky61

Le 04/04/2019

Pourtant, j'étais prévenu. Ceux qui avaient eu la chance de découvrir Surface en avant-première l'avaient bien dit. Dès qu'on l'ouvre, on ne peut plus le lâcher. Bah voilà,  ça m'est tombé dessus aussi, comme la foudre sur le toit d'une maison. Il est trop fort cet Olivier Norek. Rien ne lui résiste. Surface, c'est l'histoire d'un flic, enfin, d'une flic, elle s'appelle Noémie Chastain. Sa dernière intervention comme Capitaine des stups ne s'est pas bien passé. Des flics écorchés on en connaît, mais Chastain est un peu plus écorchée que les autres. Comme tout va bien dans le meilleur des mondes, son copain et coéquipier lui joue un sale tour et une hiérarchie pleine de bons sentiments décide de l'envoyer se ressourcer à la campagne... c'est joli l'Aveyron. Un démarrage sur les chapeaux de roues, puis une accalmie pour présenter le personnage, s'y attarder même, juste pour que le lecteur s'y attache. Et croyez-moi, Noémie va vous plaire, je vous le garantis. Ensuite ? Ben ensuite, tout va s'accélérer et c'est là que Norek va vous piéger, je vous l'ai dit, plus vous allez avancer dans le récit,  plus vous allez tourner les pages et moins vous aurez envie de refermer ce p***** de bouquin. (Bon, des fois, le lecteur a le droit de ce lâcher). Vous pouvez lui donner tous les qualificatifs, page-turner, polar addictif et tutti quanti... Mais bordel qu'est-ce que c'est bon. On demanderait presque, comme pour certaines friandises, Mr Norek, vous pourriez pas les faire un p'tit peu plus long vos romans ? Bon, la différence avec le petit biscuit, c'est que là, une fois terminé,  si le coeur vous en dit, vous pouvez le recommencer... Amateur du genre, vous n'avez pas le droit de passer à côté et pour les autres, si vous voulez vous essayer au polar, y a pas mieux...

Elodieuniverse

Le 04/04/2019

Une arrestation qui tourne mal, une flic à terre, personne ne veut plus d'elle... Noémie va se réveiller à l'hôpital et se rend compte qu'elle ne sera plus jamais la même. "L'écorchée d'anatomie", la gueule cassée, elle deviendra No. Une nouvelle vie doit commencer, elle doit se battre contre elle-même, contre sa hiérarchie et le regard des autres mais surtout contre la peur qui l'envahit et accepter cette nouvelle version d'elle-même car si elle se tourne le dos, les autres aussi et même Adriel. Cauchemars, agressivité, pertes de mémoire... Elle va devoir faire face lorsqu'elle va se retrouver en pleine campagne. L'enquête qu'elle va alors mener ne va pas être simple, elle sera dans la ligne de mire de ceux qui ne veulent pas que toute cette affaire remonte à la surface. C'est toujours avec autant de réalisme qu'Olivier Norek tisse ses intrigues, crée ses personnages et j'aime beaucoup. Si vous ne connaissez pas encore cet auteur, foncez! (...) Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie