Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Sur ordre

Volume 1
de Tom Clancy , date de sortie le 30 octobre 1997
Un 747 kamikaze s'écrase sur le Capitole, entraînant dans la mort le président des Etats-Unis, les membres du Sénat et de la Cour suprême. Plus que jamais l'Amérique décapitée est au bord du gouffre.... Lire la suite

Livraison estimée le vendredi 18 décembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Un 747 kamikaze s'écrase sur le Capitole, entraînant dans la mort le président des Etats-Unis, les membres du Sénat et de la Cour suprême. Plus que jamais l'Amérique décapitée est au bord du gouffre. Plus que jamais Jack Ryan est l'homme de la situation.

Caractéristiques

Titre Sur ordre - Volume 1
Auteur Tom Clancy
Série Sur ordre
Editeur Albin Michel
Date de parution 30 octobre 1997
Nombre de pages 630 pages
Dimensions 24,00 cm x 16,00 cm
Poids 790 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-226-09508-X - 9782226095084

3/5

Lalain

Le 18/11/2014

Trop réducteur et démagogique, un brin condescendant voire insultant par moment vis-à-vis de certains peuples, ce roman d’anticipation, presque prophétique par son pitch, peut largement énerver par son côté « nous sommes les plus beaux et les plus forts ». C’est pourtant bien cadencé au niveau du rythme, c’est calibré au millimètre et documenté ce qu’il faut pour pouvoir digérer l’intrigue de type chorale aux multiples personnages. Et puis pas de doute là-dessus Clancy connait son affaire, la partie thriller action est prenante et bien huilée. Cependant les personnages n’ont aucune psychologie. Aucune réflexion, aucun recul, aucune remise en question, je dirai même : c’est bête et méchant. Heureusement on sait à quoi s’attendre avec cet auteur puisqu’il semble que l’ensemble de son œuvre reste cohérente et assez fidèle à son genre. Alors effectivement on peut louer son travail de documentation, ainsi que ses qualités de narration des scènes d’action, de guerre et de la mise en place d’une certaine atmosphère autour des agences gouvernementales américaines. Mais son analyse reste simpliste et manichéenne pour avoir un quelconque intérêt. A un tel degré, c’est quasi de la propagande. Ça pourrait être divertissant à condition d’être fan et de faire la part des choses. Mais le livre et son auteur se prennent trop au sérieux à mon goût pour cela.

Cormorobin

Le 17/08/2014

Je dois préciser tout de suite que c'est mon premier Tom Clancy. C'est en fait une aventure assez étonnante : le livre est effectivement une fiction géopolitique, comme (j'imagine) les précédentes et suivantes aventures de Jack Ryan. C'est copieux, 760 pages pour ce tome 1, le scénario est très original, mais finalement, il ne se passe pas grand chose dans ces 760 pages.Idée de génie, pour faire simple, un avion s'écrase sur le Capitole, tue le Président et quasi tout le gouvernement et la classe dirigeante des USA, et le héros (cf les épisodes précédents), se retrouve propulsé président. Ce résumé c'est en gros, les 20 premières pages. Pour le reste, il ne se passe pas grand chose, disais-je, le remplacement de tout ce beau monde, et la situation dans le monde qui ne va pas fort. En revanche, ce qui est remarquable, c'est l'actualité ou la divination des sujets: attentats du 11 septembre (le livre a été écrit au milieu des années 90), trouble dans le monde arabe, et le virus Ebola qui menace. Bref, des sujets d'actualité. Je l'ai lu assez rapidement, sans grand plaisir, j'ai sauté quelques pages, en particulier ce qui est médical, et je ne sais pas si je lirai le deuxième tome.

Charybde2

Le 19/03/2013

Le meilleur Clancy, avant qu'il ne sombre dans une paranoïa conservatrice de plus en plus imbuvable. RELECTURE Troisième lecture (eh oui !) de mon Tom Clancy préféré : à la fin de « Dette d'honneur » (1994), Jack Ryan se retrouve presque « accidentellement » président des États-Unis, et avec « Sur ordre » (1996), on atteint (enfin) le summum du techno-thriller planétaire, emblématique des années de fin de la guerre froide et de début de l' « empire américain », amorcé dans « Jeux de guerre » (1987) et « À la poursuite d'Octobre Rouge » (1984). Dans le cycle « Jack Ryan » du prolifique auteur de best-sellers, ce (très) gros thriller (deux tomes pour 1 500 pages au total) intervient au moment idéal : dégagé des minuties parfois pataudes (même si superbement documentées) des premiers épisodes (la technologie sous-marine d' « Octobre Rouge », le combat d'infanterie légère de « Danger immédiat », les arcanes du système de frappe stratégique de « La somme de toutes les peurs »), et ne sombrant pas encore totalement dans les obsessions géopolitiques puissamment conservatrices et plus que semi-racistes des ouvrages suivants (« L'ours et le dragon » et « Les dents du tigre »). Prenant le relais dans la minute qui suit la fin de « Dette d'honneur », on sera frappé quoiqu'il en soit des nombreuses prémonitions que contiennent cet épisode et son prédécesseur : attaques sur le sol des États-Unis, utilisation d'avions de ligne (5 ans avant le 11 septembre...), infiltrations terroristes, collusions entre membres actifs et « passifs » de (déjà) « l'Axe du Mal », second conflit avec l'Irak,... Les préoccupations de toute une classe politique américaine depuis la fin de la guerre froide ne sont jamais aussi bien mises en scène, consciemment et inconsciemment, que par Clancy... C'est aussi dans cet épisode que la personnalité de Jack Ryan, professionnel consciencieux, humain et plein de « bon sens », se déploie totalement, jusque dans une approche de la politique et un programme de gouvernement préfigurant très largement les revendications des supporters actuels de la « Tea Party »... Au-delà du plaisir romanesque et du suspense (bon... quand on apprécie les péripéties de la préparation d'une guerre bactériologique, de la constitution d'un convoi naval devant « passer en force » Ormuz sans soutien de porte-avions, du déploiement de régiments d' « armored cavalry » dans le désert saoudien mettant en œuvre pour la première fois un nouveau système de transmission de données tactiques,... tout de même !), en oubliant que, comme toujours chez Clancy, les passages espionnage / terrorisme sont (trop) largement inspirés de Frederick Forsyth, on retiendra un thriller d'ampleur et de qualité, à la valeur documentaire indéniable, dernier de son genre avant que l'auteur ne plonge, à partir de 1998-2000, dans une humeur nettement trop paranoïaque pour mon goût...