Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Qui vivra, rira

de James Hadley Chase , date de sortie le 04 novembre 1997
"Ca n'a rien de réjouissant d'avoir affaire à un vrai dingue qui, par esprit de vengeance, vous oblige à participer au braquage de la banque la plus sûre du monde."
Lire la suite

Livraison estimée le jeudi 12 novembre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

"Ca n'a rien de réjouissant d'avoir affaire à un vrai dingue qui, par esprit de vengeance, vous oblige à participer au braquage de la banque la plus sûre du monde."

Caractéristiques

Titre Qui vivra, rira
Traducteur Madeleine Charvet
Collection James Hadley Chase
Editeur Gallimard
Date de parution 04 novembre 1997
Nombre de pages 244 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 134 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-07-049748-8 - 9782070497485

5/5

polarKP

Le 08/04/2014

c'est un de mes meilleurs polars préférés de James Hadley Chase ! Et un de mes meilleurs polars tout simplement ! Niveau suspens, c'est du lourd ! En lisant ce polar y a deux semaines, j'avais l'impression de regarder un film... C'est dingue ! Et de regarder un film digne d'Alfred Hitchcock ! Hallucinant. Je pensais que Chase ne pouvait pas faire mieux niveau suspens que Pas d'orchidée pour miss Blandish ou encore le génial Fais-moi plaisir, crève ! Et pourtant... je trouve en effet que le suspense apporter par James Hadley Chase a Qui vivra, rira, est pour l'instant supérieur à tout les polars de cet auteur que j'ai l'honneur de lire. Qui vivra, rira, mériterait d'être transposé au cinoche, mais le problème c'est que de tous les chefs-d'oeuvre de James Hadley Chase doivent être réalisés par des grands cinéastes tels que Hitchcock, Lautner, ou Melville. Vous remarquerez que les trois cinéastes cités ne sont plus... Cette histoire d'un braquage de banque est tout simplement palpitante et vous prend à la gorge comme si vous étiez égorgé par les crocs acérés d'un bulldog ! Une merveille.

Le_Marre_Patrick

Le 03/03/2013

Si Larry Lucas se doutait, qu'en allant effectuer son 18 trous au terrain de golf comme il en avait l'habitude tout les dimanches, qu'il allait mettre le pied dans un véritable traquenard pieds et poings liés aux portes de la mort, il n'y serait jamais allé ! voire, ne se serait jamais levé de son lit ! en effet, il rencontrera une magnifique créature, Glenda Marsh, "une rouquine grande et svelte avec d'immenses yeux verts et une personnalité électrique" dont il tombera éperdument amoureux.. pour le remercier de son interèt pour elle, il se verra entrainé et victime d'un chantage.. : il devra permettre à une bande de gangsters de dévaliser la banque "la plus sûre du monde", j'ai nommé la célèbre banque Branningan de Sharnville. Ingenieur de renom, il est le concepteur du systeme de sécurité sophistiqué de cette banque moderne abritant plusieurs centaines de coffres des riches habitants des environs.. lui seul en est le concepteur, lui seul sera le principal suspect une fois le forfait commis.. Dans ce roman de pure suspense, Chase se lache : les dialogues sont grâtinés et brûtaux. Comme d'habitude, il excelle dans les "pédigrées" des personnages, en l'occurence, la bande de malfrats auquel notre héro sera confronté.. néanmoins quelques remarques.. j'adore Chase et je ne cesse de le répéter mais il faut reconnaitre que quelques défauts entachent le récit. Tout d'abord quelques passages à vide mal venus et plutôt stériles au milieu de l'intrigue m'ont légèrement décu, en outre, quelques répétitions dans certaines situations(très rare chez cet auteur.. et là, c'est surprenant)mais malgré ça, je me suis convaincu de l'annoter d'un cinq sur cinq car les cinquante dernières pasges sont impressionnantes ! l'histoire opère un brusque changement d'optique, un sacré coup de théatre fait son apparition et de ce fait, nous assomme ! les révélations finales sont inattendues. Chase nous a offert bien mieux mais ce roman présent est malgré mes petites reserves, très bon. Pour l'anecdote, en cette période précise(ce roman a paru en 1976 outre-manche)un an avant a paru "i hold the four aces" (on repique au jeu)la conclusion d'une formidable trilogie, celle mettant en scène la richissime Helga Rolfe : un des plus beau portrait romanesque qu'il nous ait offert de toute sa carrière.. alors pour cette petite baisse de régime, on lui pardonne ! Note maximale pour ce Chase de bonne augure