Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Persona : je sais qui tu es : thriller

de Maxime Girardeau , date de sortie le 12 février 2020
Persona

Je sais qui tu es

Un homme est retrouvé horriblement mutilé dans un bâtiment désaffecté du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Pour Franck Somerset, commissaire à l... Lire la suite
Egalement disponible au format ePUB.

Livraison estimée le mercredi 08 avril 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Persona

Je sais qui tu es

Un homme est retrouvé horriblement mutilé dans un bâtiment désaffecté du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Pour Franck Somerset, commissaire à la Crim', c'est le début d une enquête étrange et singulière.

Étrange, car ce n'est pas une série d'homicides au sens propre du terme à laquelle il se trouve confronté : toutes les victimes sont encore en vie, mais elles ont été torturées et « enfermées » en elles-mêmes.

Singulière, car pour comprendre, Franck Somerset va devoir plonger dans l'univers des nouveaux maîtres du monde - les grands du numérique qui maîtrisent nos vies immatérielles.

C'est au coeur de Paris, dans ces tréfonds et au-delà, que Franck va suivre la piste de ce qui ressemble à une vengeance frénétique, folle et pourtant méthodique, où s'affrontent deux mondes, un nouveau qui se persuade de sa toute puissance et un ancien qui ne veut pas mourir...

L'AVIS Du libraire

L'avis de Maud de l'Espace Culturel de Le Breuil :
"Nouvel auteur, nouveau coup de coeur ! Les codes du thriller sont maîtrisés. De la psychologie, de l'Histoire et de belles scènes d'horreur bien détaillées ! "

Caractéristiques

Titre Persona : je sais qui tu es : thriller
Collection Thriller
Editeur Mazarine
Date de parution 12 février 2020
Nombre de pages 424 pages
Dimensions 24,00 cm x 16,00 cm
Poids 634 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-86374-517-5 - 9782863745175

4,6/5

frconstant

Le 21/02/2020

Je découvre « Persona » grâce à NetGalley et aux éditions Fayard/Mazarine. Pour son premier roman, Maxime Girardeau revendique l’étiquette Thriller. Et il a bien raison. Ce récit en illustre les codes avec une violence crue que l’on pourrait penser insupportable. Mais l’auteur insère celle-ci dans une analyse psychologique assez fine de notre époque et des composantes de l’espèce humaine. L’écriture prend alors le rythme tantôt d’une respiration haletante, tantôt d’une apnée dans l’indicible ou encore celui d’un retour au calme, à la confiance, à la certitude que la prodigieuse intuition de l’enquêteur finira par triompher. Avec son héros central, Maxime Girardeau campe un commissaire atypique puisant sa force et sa connaissance de l’âme humaine dans une enfance auprès d’une mère au fonctionnement mental peu commun (A découvrir !). Pour le seconder, il le dote d’une équipe ne manquant ni d’originalité dans les domaines d’expertise qui la constitue, ni de puissance dans les moyens d’action mis en œuvre. Et dès l’entame du récit, le lecteur est projeté dans l’inhabituel : Pourquoi faire appel à un commissaire de la Crim’ pour des faits qui ne sont, en fait, que des agressions sans meurtre ? Oui, mais imaginez tout de même : les victimes sont partiellement démembrées, déchiquetées ou transpercées ci et là à coups de foreuse, les torsions imposées à la colonne engendrent des paralysies… alors que le criminel veille toujours soigneusement à les maintenir en vie, un masque de pierre cloué sur les visages. Mortes pour le monde mais à jamais enfermées vivantes à l’intérieur d’elles-mêmes. Quelle horreur ! Et pour le cadre du récit, l’auteur choisit le milieu des GAFAM (Google – Apple – Facebook – Amazon – Microsoft) où les dirigeants créent pour nous des besoins fictifs et nous imposent achats et croyances qui nous déshumanisent. Le titre, Maxime Girardeau en donnera l’explication en introduisant dans le tableau, sans aucune lourdeur, la notion de ‘persona’ selon le psychologue suisse Carl Jung (né en 1875). Il justifie par là le poids des masques que portent les victimes, ce qui ne les rend pas moins lourds pour autant. C’est terrifiant à souhait ! Derrière ce roman addict, il y a, bien sûr, une lecture de nos Sociétés et du cynisme avec lequel les uns et les autres forgent et déploient leurs pouvoirs sans égard pour les âmes humaines broyées. Maxime Girardeau, un auteur à suivre. Persona, un premier roman qui percute mais laisse tout de même un goût amer dans la bouche de qui prend le temps de s’arrêter pour réfléchir au point final…

gruz

Le 12/02/2020

En matière de thriller, marquer sa singularité devient presque un exploit quand on sort son premier roman. Dans un genre qui peut être particulièrement stimulant, mais qui est de plus en plus formaté, il faut savoir s’appuyer sur les codes établis tout en trouvant un sujet suffisamment original pour émerger du lot. Persona est de ces thrillers-là, grâce à son environnement. Les GAFAM (Google – Apple – Facebook – Amazon – Microsoft), vus de l’intérieur. Un univers étrange, ce nouveau monde qui a pris place au quotidien dans la vie de quasi toute la population mondiale. Nos vies sont en partie régies par ces géants du numérique, qu’on le veuille ou non. Ils savent beaucoup de choses sur nous, mais que savons nous d’eux ? Pas grand-chose…. Maxime Girardeau entrouvre le rideau, et ce qu’on y entrapercevoit fait froid dans le dos. Les dirigeants et employés vivent dans une bulle dorée. Mais quand la couche de vernis se craquelle, tout n’est pas joli à regarder. Pas étonnant que tant de gens détournent les yeux… Ceux qui vivent au sein des GAFAM sont des connectés déconnectés. Ils cherchent à décortiquer tout ce qui fait votre vie pour tenter de vous vendre ce dont vous n’avez même pas conscience d’avoir besoin. Et pourtant, ils vivent à des années-lumières de leurs cibles. Voici un bout de la trame de fond. Mais ce n’est pas le roman en lui-même. Elle contribue fortement à lui donner une personnalité propre. Mais Persona est un vrai thriller, rythmé, brutal, prenant. Les scènes de « meurtres » sont d’une horreur graphique. Je place des guillemets, puisqu’une autre originalité de l’intrigue est que les victimes sont toujours vivantes, mais tellement abîmées qu’elles ne sont plus que des morts vivants. On pense à la filiation du film « Seven » pour ces scènes-là, par la manière violente et visuelle de les construire. Persona est un tout (parfois un peu fourre-tout, petit défaut de jeunesse). La forme et le fond s’entremêlent avec intelligence. La violence est contrebalancée par un travail très intéressant sur la psychologie. Car tout cela n’est pas qu’un habillage. Maxime Girardeau, après des études de psycho, a travaillé plus de dix ans dans le milieu digital, dont une bonne partie chez Microsoft. Autant dire, qu’il est expert, et ça se sent immédiatement. Le fond n’en est que plus marquant. Peu de doute sur le fait qu’il a mis de lui et de son vécu dans ses personnages (et pas obligatoirement les personnages masculins). Parlons des protagonistes, dont l’équipe atypique qui mène l’enquête. Bien loin de l’image des flics de beaucoup de thrillers, avec un commissaire à l’instinct sur-développé et sa « team » qui est à la pointe des techniques. On ne s’attaque pas à des géants avec des outils en silex. Quelques ficelles sont un petit peu grosses, mais le roman est tellement bien mené, et l’environnement tellement prenant, que ça ne m’a pas gêné. Il faut dire que ce monde des GAFAM suscite autant de fascination que de répulsion. La description des hommes-rouages de ce système ne peut que faire réagir, avec leur mentalité souvent profondément abjecte. Les comportements de ces gens-là m’ont bien plus choqué que les scènes de torture. L’écriture est vive, vivante, particulièrement cynique, et c’est cette dernière caractéristique qui rafle la mise. Une certaine brutalité verbale qui dit les choses sans enrobage, mais avec talent et classe. Oui, un cynisme qui sied parfaitement à ce nouveau monde. Avec Persona, Maxime Girardeau fait une entrée remarquée dans le monde du thriller. A suivre, sans aucun doute !

bagus35

Le 09/02/2020

Merci à NetGalley et aux éditions Fayard/Mazarine de m'avoir permis la lecture de ce bon polar. Franck Somerset ,commissaire à la brigade criminelle enquête suite à la découverte d'un homme atrocement mutilé retrouvé dans un bâtiment désaffecté de l'hôpital Sainte-Anne .Son agresseur lui a cloué un masque de pierre sur son propre visage.L'enquête piétine d'autant qu'une deuxième victime est découverte chez elle avec de nouveau un masque de pierre .Quelles sont les motivations de l'agresseur ?

Eve-Yeshe

Le 02/02/2020

Après ce qui ressemble à l’extrait d’un journal intime décrivant, a minima, une scène de violence, le roman s’ouvre sur un homme, qui se lève dès la première sonnerie du réveil, fait ses vingt minutes de gym quotidienne et se prépare à prendre l’avion pour se rendre à l’aéroport. Il s’agit de Kahl Doe… et on enchaîne sur un appel à la Crim’ pour Franck, car une affaire étrange a été signalée… Franck Somerset est un policier qui ne traîne pas de valises, ni de passé douloureux, amoureux de sa ville qu’il appelle « Sa Paris », qui fait bien son boulot à l’UNIC (Unité Nationale d’Investigation Criminelle) avec son adjointe Laurence, et ses collaborateurs ont chacun leur spécialité Marion, Gilles, Tanguy. Ils ont un camion spécial, une sorte de laboratoire ambulant qu’ils appellent la « Mystery Machine » « Gilles, Marion et Tanguy s’affairaient sur différents éléments, chacun dans sa spécialité. Si Marion s’occupait des aspects médicaux, à Gilles, les aspects technologiques et vidéo, il excellait dans l’utilisation des techniques informatiques les plus récentes. À Tanguy, l’art de l’interrogatoire, il était le plus empathique du groupe et capable d’extirper des informations aux plus récalcitrants. L’objectif était de fixer une première direction pour la traque… » J’aime bien le nom de famille de Franck : Somerset, c’est sympa, cela fait penser à Somerset Maugham et à la chanson d’Alain Souchon « Comme dans ce nouvelles pour dames de Somerset Maugham… » L’équipe est appelée sur une scène de crime : un homme a été découvert par hasard dans les sous-sols de l’hôpital Saint-Anne : tortures multiples sur le corps à l’aide de perforateurs, les pieds brisés de la même manière, le bras droit amputé, sur le visage, on lui a cloué un masque en pierre (type précolombien ?) et il a été lobotomisé, mais l’assassin a bien pris soin de le garder en vie. Il s’agit de Philippe Silva, directeur commercial, à Facebook… Franck va annoncer l’agression à Sonia, sa femme, travaille qui travaille pour Google, sous les ordres d’Elga. A travers elle, on apprend le mode de fonctionnement de cette « entreprise » où par exemple, les repas sont entièrement gratuits, du petit-déjeuner au dîner, en passant parles cookies, et tant d’autres avantages qui laissent l’individu lambda sidéré… Elga et son amie Ariane, ont des ordinateurs dont la puissance est à des années-lumière de ceux de la police. Franck accepte leur aide car elles ne font rien d’illégal, restant sur tout ce qui est du domaine public et elles font en quelques heures à peine, ce qui leur prendrait des jours… La collaboration va s’étoffer encore davantage lorsqu’une deuxième victime est découverte : une femme, torturée de manière similaire, mais au lieu de la lobotomie, le « tueur » lui a rompu les cervicales, la rendant tétraplégique, donc enfermée dans son corps jusqu’à la fin de ses jours. On va ainsi faire la connaissance de certains prédateurs des GAFAM, tel Kahl Doe, le prototype de parfait salaud, misogyne, carriériste, arriviste, prédateur… Quel peut bien être le lien ? Vengeance ? Exécution d’un contrat ? En tout cas, l’exécutant a des méthodes particulières, à la précision chirurgicale, presque militaire… J’ai beaucoup aimé le parallèle entre les Persona sur les réseaux sociaux : l’image que les gens veulent donner d’eux-mêmes aux autres, et non ce qu’ils sont réellement (tout est dans l’apparence de nos jours !) et la notion de Persona telle qu’elle est définie par Carl Gustave Jung : « La Persona est ce que quelqu’un n’est pas en réalité, mais que lui-même et les autres personnes pensent qu’il est. » L’auteur dénonce les méthodes de ces GAFAM, leur toute puissance des chefs qui se croient tout permis et méprise tout le monde, tellement leur Ego est surdimensionné, l’esclavage moderne des subalternes qu’on méprise et qu’on presse jusqu’à ce qu’ils tombent et qu’on les jette. Seul l’argent les intéresse, en dehors du pouvoir bien-sûr : on rédime sur tout, mais quand on organise un festival de la publicité, à Cannes, on loue des yachts aussi énormes que leur Ego : « Le Riviera mesurait 60 mètres et se composait de trois ponts, six suites, une piscine, une salle de fitness, un équipage de quinze personnes et la capacité d’organiser une fête avec cent cinquante invités. Un outil de travail certes dispendieux, mais pour 160 000 euros la journée, le gain égotique se rentabiliserait rapidement. » La manière dont on peut récupérer toutes les données de quelqu’un à partir de son profil professionnel sur LinkedIn par exemple en les croisant avec ses comptes Facebook, Twitter, Instagram, fait froid dans le dos. Surtout, ces personnes imbues d’elles-mêmes qui postent tout pour s’exhiber : un masque social en somme. Il arrive un moment où elles ne savent plus faire la différence entre leur Persona et ce qu’elles sont réellement… Un moment très drôle : quand Elga voit s’afficher le visage de Trump, nouveau président des USA, sur le page du journal « Le Monde », elle pense que le site du journal a été piraté par Poutine, et va vérifier d’autres « Unes » … Fake News !!! inutile de préciser que je préfère le terme « Infox » ! Maxime Girardeau nous présente enquête passionnante, à la manière de Franck Thilliez; il maîtrise parfaitement le sujet qu’il aborde et le suspense va crescendo, happant le lecteur. L’enquête est un peu trash : tortures, personnalités perverses, prédateurs en tout genre et le message que fait passer le tueur sur plan symbolique est de plus en plus affiné… mais ne divulgâchons pas ! L’auteur démontre au passage que la perversion, la perversité, la maltraitance se cachent sous différentes formes : physique, mentale… Un premier roman très réussi ! je suis totalement conquise, donc j’attends de pied ferme une suite des aventures de Franck et son équipe et qui sait peut-être Elga ? Un immense merci à NetGalley et aux éditions Mazarine qui m’ont permis de dévorer ce roman en avant-première. Sortie prévue le 12/02/2020 : un conseil si vous croisez ce livre, foncez ! #Persona #NetGalleyFrance

celine85

Le 27/01/2020

Un homme nu est retrouvé dans un grand bâtiment vide depuis plusieurs années. Il a été torturé et un masque a été cloué sur son visage. Les victimes vont se succéder mais elles ont une particularité qui fait l’originalité du roman : elles ne sont pas mortes mais elles sont laissées dans un état où elles se retrouvent « enfermées » en elles-mêmes. On peut dire que son premier roman ne peut pas laisser indifférent. Au fil des pages, la tension augmente. La description des scènes de crime est horrible, j’ai eu des frissons. Ames sensibles s’abstenir. Heureusement Maxime Girardeau laisse le lecteur reprendre son souffle entre chaque crime. Les mots sont justes, précis et émouvants. La fin est parfaite, on ne la voit pas arriver. #Persona #NetGalleyFrance