Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Millénium

Volume 6, La fille qui devait mourir
de David Lagercrantz , date de sortie le 22 août 2019
Le point de vue des éditeurs

C'est par la mort tragique d'un homme - retrouvé amputé de certains de ses doigts et orteils - que commence cette aventure. La victime semble être un SDF que le... Lire la suite
 

En stock en ligne

Livraison estimée le vendredi 14 août 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Le point de vue des éditeurs

C'est par la mort tragique d'un homme - retrouvé amputé de certains de ses doigts et orteils - que commence cette aventure. La victime semble être un SDF que les autorités n'arrivent pas à identifier. Le médecin légiste, Fredrika Nyman, trouve l'affaire suspecte et prend contact avec Mikael Blomkvist.

Bien malgré lui, cette histoire commence à intriguer le journaliste. Des témoins auraient entendu à plusieurs reprises le sans-abri divaguer au sujet de Johannes Forsell, le ministre de la Défense. S'agissait-il des délires d'un individu déséquilibré, ou pourrait-il y avoir un véritable lien entre les deux hommes ?

Blomkvist a besoin de l'aide de Lisbeth Salander. Mais la jeune femme reste injoignable. À l'insu de tous, Lisbeth se trouve à Moscou, où elle est partie régler ses comptes avec sa soeur Camilla. Dorénavant elle sera le chat, pas la souris.

La Fille qui devait mourir - le grand finale de David Lagercrantz dans la série Millénium - est un cocktail redoutable de scandales politiques, jeux de pouvoir à l'échelle internationale, technologies génétiques, expéditions en Himalaya et fake news venues tout droit d'usines à trolls en Russie.

Caractéristiques

Titre Millénium - Volume 6, La fille qui devait mourir
Traducteur Esther Sermage
Série Millénium
Collection Actes noirs
Editeur Actes Sud
Date de parution 22 août 2019
Nombre de pages 366 pages
Dimensions 24,00 cm x 15,00 cm
Poids 504 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-330-12544-8 - 9782330125448

3/5

ODP31

Le 24/11/2019

Après Tintin au Tibet, Millenium au Népal. Ce sixième opus s'intitule "La fille qui devait mourir". Je l'aurai peut-être appelé "La série qui devait s'arrêter". Pourtant, je ne fais pas partie de la horde qui hurla au sacrilège quand David Lagercrantz prit le relais de Stieg Larsson. Il fallait une bonne dose de courage pour se lancer dans une nouvelle trilogie après le succès mondial des trois premiers tomes. Je reconnais à l'auteur un vrai sens du suspense et un respect du caryotype des personnages qui démontre sa capacité à se fondre dans un univers qui n'est pas le sien. Il me fait penser un peu à Anthony Horowitz, écrivain caméléon qui a ressuscité James Bond après Ian Fleming (« Déclic Mortel ») et Sherlock Holmes («Moriarti» et « La maison de soie »). David Lagercrantz a rassasié mon appétit de lecteur qui s'était attaché à Lisbeth Salander et à Michael Blomkvist. Néanmoins, j'ai eu l'impression d'être passé d'un restaurant gastronomique à un fast-food de zone industrielle. Ce ressenti est peut-être justement lié à l'absence de prise de risque dans l'évolution des personnages et des intrigues codifiées de Millénium. L'auteur n'a pas dévié de son cahier des charges, quitter l'autoroute déneigée pour plonger dans les fjords ténébreux. Au fil des tomes, Lysbeth et Michael sont devenus des caricatures d'eux-mêmes, leurs réactions sont prévisibles, ils traînent leurs fêlures de page en page et leurs traumas sont devenus plus simples à diagnostiquer qu'une gastro. L'auteur semble s'être interdit d'écorner le mythe, soucieux de ne pas heurter les millions de fans qui avaient tous une petite opinion sur la suite à donner à cette histoire. Il a néanmoins su inventer une jolie généalogie à Lysbeth, personnage qui l'a apparemment plus inspiré que les enquêtes journalistiques de Millénium et les magouilles étatiques d'Ikéa City. Dans ce dernier opus, le décès suspect d'un Sherpa SDF rencontre l'instinct de Michael Blomkvist qui reste un avion renifleur à complots. En parallèle, Lysbeth mène un combat mortel contre sa soeur. Sur fond d'espionnage, d'agents doubles, triples ou quadruples (on s'y perd un peu), les deux histoires vont se croiser dans des rebondissements qui nous conduisent jusqu'au toit du monde, l'Everest. Ecrite avec des moufles, peut-être en raison de l'altitude, cette ultime aventure fut plutôt agréable à lire et prenante mais il est dommage qu'elle soit devenue une simple franchise…. qui en toute franchise, m'aura quand même permis de découvrir que la Suède n'était pas seulement un pays peuplé de jolies blondes et de joueurs de tennis passionnés par le montage de meubles.

cicou45

Le 04/11/2019

Cela faisait un petit moment que j'avais ce sixième tome sous le coude sans me décider à l'ouvrir et puis, une fois fait, je n'ai plus pu m'arrêter - d'autant plus que si l'on le laisse en plan en plein milieu de la lecture, j'avoue que l'on risque rapidement de perdre le fil et puis, j'avais sans arrêt envie d'aller plus loin, de savoir où David Lagencrantz allait nous mener cette fois. Il est vrai que si j'apprécie particulièrement l'écriture de ce dernier, c'est qu'elle est moins trash que celle de Stieg Larsson (dont je déplore néanmoins la disparition et qui m'avais passionné avec sa trilogie Millénium). Ici, tout débute par un fait a priori banal, la disparition d'un sans-abri, ou pour être plus précis son assassinat. Mais qui pourrait bien en vouloir à une personne sans importance, abusant un peu trop sur l'alcool et qui dort dans la rue équipée d'un blouson assez particulier et facilement reconnaissable et ce, même en plein été ? Et si ce soi-disant inconnu était bien plus que ce qu'il voulait bien laisser paraître et en savait beaucoup trop, au goût de certaines personnes, menaçant même la sécurité suédoise, ou du moins des personnes extrêmement haut placées ? Cela vous semble improbable ? Alors laissez-vous tenter par ce sixième opus qui vous emmènera dix ans en arrière au cours d'une fameuse ascension -assez dramatique il faut le dire car de nombreuses personnes y ont laissé la vie - au sommet de l'Everest. Mikael Blomkvist, contacté par la médecin légiste en charge d'examiner le corps de ce SDF et trouvant qu'il y a trop d'incertitudes, se laisse embarquer dans une affaire dont il est loin de se douter qu'elle manquera de justesse de le mener à sa perte. Nous retrouvons également dans ce tome Lisbeth Salander, notre hackeuse préférée (et légèrement psychopathe sur les bords, il faut l'avouer mais c'est pour ça qu'on l'aime), sans quoi ce livre paraîtrait incomplet et qui va, comme d'habitude, interférer grandement dans l'affaire sur laquelle Mikael se penche car il faut dire qu'une fois encore et ce, sans le savoir, il s'attaque à de très gros bonnets. Un roman captivant mais dans lequel je me suis souvent laisser dérouter en raison des trop nombreux personnages et qui plus est, parfois avec des noms non seulement difficiles à retenir mais en suédois s'il vous plaît et qui arrivent parfois un peu comme un cheveu sur la soupe (pardonnez-moi l'expression mais c'est ce que j'ai ressenti). Je ne peux cependant que vous le recommander et attend avec impatience le tome 7, car tome 7 il y aura c'est obligé...du moins, je l'espère !

lyoko

Le 07/09/2019

Je m'étais promis de ne pas acheter ce tome 6 puisque je sentais déjà dans le 5 une perte de caractère des personnages principaux, mais des amis ont pensé a moi . Je suis une fois encore très déçue. Il faut quand même que je reconnaisse que David Lagercrantz écrit très bien, qu'il a même une plume plutôt addictive. Je lirais sans doute encore ses romans en espérant qu'il en écrive avec ses propres personnages. Car ici il donne l'impression d'avoir voulu en finir le plus vite possible avec Millénium. Je n'ai absolument pas reconnu les deux personnages principaux, Lisbeth et Michael. Ils ont perdu leur identité initiale. Il dénature complètement Lisbeth qui est n'a plus son caractère de combattante… elle l'avait déjà bien perdu dans le tome 5. Elle n'a plus l'ampleur de ce personnage que j'ai tant aimé chez Larson. Il a ici essayer d'en faire un être normal, qui rentre dans le moule . Il en va de même pour Michael qui perd également son identité , et le journal millénium passe complètement en second plan. Sans parler de la fin qui m'a également très déçue. On est loin de l'esprit et de l'identité du Millénium de Stieg Larson. Mais il faut quand même reconnaître à David Lagercrantz qu'il a respecté son opinion et sa lutte contre l'extrême droite et l'homophobie dans sa suite des Millénium. Bref je reste convaincue que David Lagercrantz ferait un super auteur de thriller , mais avec son univers propre. Je suis heureuse que cette série se termine et je n'en garderais que ceux écrit par Stieg Larson. C'est bien dommage car cette série avait un potentiel de fou.