Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Lumière noire

de Lisa Gardner , date de sortie le 22 janvier 2020
Lumière noire

472 jours : c'est le temps qu'a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n'espérer qu'une chose : survivre. Sortie miraculeusem... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le lundi 02 mars 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Lumière noire

472 jours : c'est le temps qu'a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n'espérer qu'une chose : survivre. Sortie miraculeusement de cette épreuve, elle cherche depuis à retrouver une existence normale. Pourtant, les murs de sa chambre sont tapissés de photos de filles disparues. Quand, à la recherche de l'une d'elles, Flora se fait de nouveau kidnapper, le commandant D.D. Warren comprend qu'un prédateur court les rues de Boston. Et qu'il s'assurera cette fois de ne jamais laisser Flora revoir la lumière...

Caractéristiques

Titre Lumière noire
Auteur Lisa Gardner
Traducteur Cécile Deniard
Date de parution 22 janvier 2020
Nombre de pages 573 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 310 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-253-18138-5 - 9782253181385

4,4/5

tiben

Le 31/03/2018

Lumière noire est le dernier thriller de Lisa Gardner. « Est-ce que je suis affamée ? Oui. Est-ce que je suis fatiguée ? Très. Est-ce que je suis assoiffée, apeurée, frigorifiée, morte de chaud ? Absolument. Je suis tout. Je ne suis rien. Je suis une imbécile qui a vécu dans une caisse en forme de cercueil et qui se retrouve piégée dans une maison murée. Je suis une fille, je suis une sœur qui a déjà détruit sa famille une fois et qui recommence à démolir la santé mentale de ses proches. Je suis une survivante qui n’a pas encore retrouvé le chemin d’une vie normale. Je suis une personne dépassée qui a envie de se laisser tomber par terre et de pleurer sur son sort. » Quel plaisir et bonheur de retrouver notre chère DD Warren en pleine forme dans une nouvelle enquête aussi complexe qu’addictive. Comme elle nous y a habitués, Lisa Gardner maitrise parfaitement son intrigue. Elle s’amuse à nous faire tourner en bourrique en nous baladant avec de nombreuses fausses pistes tout en étant très descriptive. Cela en est souvent glaçant et terrifiant. Par exemple, tout le début du roman, on s’imagine vraiment dans le cercueil. Enfermement, suffocation, peur et folie… tout est décrit de manière très précise. Chapeau ! Une fois n’est pas coutume, je mettrais plus en lumière le côté psychologique du livre que l’enquête policière en elle-même. Enlèvement, séquestration, bourreaux, viol, violence… les sujets abordés sont plutôt difficiles dans ce nouvel épisode. Et dire que de tels monstres existent… Pire, sauvée après 472 jours de captivité, Flora va revivre 5 ans après les mêmes "catastrophes" et les mêmes épreuves… Point fort du livre comme je le disais il y a un instant : l'analyse psychologique du personnage de Flora. Comment résister à cette nouvelle épreuve ?  Comment lutter pour survivre ? Comment chasser les doutes, le désespoir et croire coûte que coûte à un avenir meilleur ? C’est parfaitement exécuté par l’auteur et totalement convaincant. Il y a eu je pense un gros travail de ce côté-là. J’ai beaucoup apprécié. Il en est d’ailleurs de même pour toutes les techniques de survie, les victimologues, les techniques de combat… Tout est très réaliste et très travaillé. Nouveau coup de chapeau!  « Et cette fille ? Pelotonnée à l’autre bout de la pièce dans le noir ? Est-ce qu’elle aussi a été enfermée dans un cercueil ? Est-ce qu’elle aussi a dû subir d’interminables heures, d’interminables journées avec la solitude pour toute compagne ? Jusqu’au moment où elle aussi aurait vendu son âme au diable juste pour sortir ? » A l’instar de toutes ses enquêtes, c’est prenant et haletant. J’ai néanmoins noté un petit passage à vide en milieu d’ouvrage. J’ai eu davantage de mal à avancer, tant j’ai trouvé des longueurs et des choses peu vraisemblables. J’ai eu peur pour la suite que le récit  ne devienne artificiel voire pire… L’alternance entre le passé et le présent, fil rouge tout au long des pages, m’a à ce moment là perturbé. C’est ce qui pour moi n’en fera pas un coup de cœur, ni mon "top-one" de l’auteur. Toutefois, rassurez-vous, tout est rentré rapidement dans l’ordre. La tension va crescendo et j’ai littéralement dévoré le dernier tiers du livre. Impossible de lâcher l’enquête on veut savoir ! « Les êtres humains sont des animaux sociaux. Nous ne sommes pas faits pour vivre coupés des autres. Ni, en l’occurrence, emprisonnés dans un cercueil. » J’ai également noté quelques petits coups de griffe et messages bien sentis sur notre société actuelle. Un exemple ? Dans notre monde ultra-connecté, où les « fake news » sont de plus en plus fréquentes et surtout où nous subissons les images plutôt que réfléchir, j’ai trouvé la citation ci-dessous subtile. « Du point de vue d’un enquêteur, le véritable fléau dont souffrait la société, ce n’étaient pas les grands criminels (après tout, les tueurs en série ne courent pas les rues), mais les journalistes. » Plus complexe qu’il ne peut le laisser augurer, Lumière noire est un excellent thriller psychologique. Prenant, glaçant, captivant et très addictif, je vous le conseille sans hésitation. Attention, il ne conviendra pas à tout le monde. Âmes sensibles, vous êtes prévenus! 4/5

iris29

Le 06/03/2018

Efficace , très efficace... Mais aussi, pas très subtil et très américain dans la façon de penser... j'ai su avant même de commencer ce roman , en lisant le pitch, qu'il y aurait quelque chose qui me gênerait. Flora est restée captive d'un prédateur sexuel , 472 jours. 472 ( ou presque) enfermée dans une boite . Et après être sortie de cet enfer, après avoir suivi des cours d'auto-défense, qu'est ce qu'elle fait la Flora ? Elle y retourne ! Obsédée par les filles qui , comme elle, ont disparu , elle traque dans les bars , dans des bouges , des hommes susceptibles d'être des monstres. Objectif: La Revencha d' une Blonde ! J'avais du mal avec ce scénario de base : imaginer qu'une Natascha Kampusch veuille y retourner par altruisme... Mais l'auteur est diablement efficace, la tension monte. Elle est remarquablement renseignée sur les techniques de survie (combat), les procédures policières (victimologie) , etc... Elle fait bien son job, mais trop de surenchères ont eu raison de moi. Le scénario devient par moment du grand n'importe quoi. La sobriété est ( pour moi ) l'apanage des grands romans à suspens ! Mais si vous adhérez au pitch de départ, peut-être alors que ce roman saura vous séduire, l'auteur a du "métier"...

alapagedesuzie

Le 26/01/2018

Flora est une survivante. Elle a passé 472 jours en captivité et la plupart du temps, elle était enfermée dans un cercueil. Son kidnappeur l'a enfermé dans la noirceur, il l'a affamé afin d'en faire sa chose. Et lorsqu'il la sortait, c'était pour la violenter, la violer. Son but étant de la façonner à sa façon et qu'elle oubli qui elle est et d'où elle vient. Flora n'existe plus, elle est devenue Molly et son agresseur n'a aucune limite dans sa perversion. Au fil des jours, il devient arrogant et cela permet aux enquêteurs de retrouver sa trace. Flora est retrouvée et maintenant saine et sauve. Le victimologue Samuel Keynes écoute son récit de sa captivité, mais Flora préfère taire certaines choses en raison de la culpabilité qu'elle ressent. Peut-on vraiment redevenir celle que nous étions avant? Aujourd'hui, Flora ne sait plus vraiment qui elle est. La seule chose qu'elle sait, c'est qu'elle désire ardemment retrouver les femmes qui disparaissent et elle part à la chasse aux agresseurs. Elle est forte maintenant, car elle a pris des cours d'autodéfense, elle sait comment pensent et agissent les criminels bref, elle se sent en mesure de pouvoir retrouver Stacey Summers. Mais voilà, cela ne se passe pas comme prévu. Encore une fois, elle se retrouve dans le noir... en captivité! Dès les premières pages, Lisa Gardner m'a donné des frissons de frayeur. Étant claustrophobe, je peux vous garantir que j'ai complètement adhéré au récit. J'ai ressenti la peur de Flora, son anxiété et ses moments de panique. L'auteure nous décrit avec beaucoup de justesse les pensées de Flora, mais aussi celle de son agresseur. Elle aborde également le vécu de membres de la famille autour de la victime. L'intrigue est tout à fait bouleversante et addictive. Il est difficile de quitter le récit et de déposer le livre. Et même, une fois que nous fermons le livre, l'intrigue continue à nous suivre dans nos pensées. Les rebondissements qui surviennent en cours d'enquête nous gardent bien accrochés. De plus, le fait d'alterner entre le passé et le présent de Flora nous aide à mieux comprendre la psychologie de notre protagoniste. Également, l'alternance entre le présent de Flora et l'enquête policière menée par Warren nous permet de ressentir ce petit battement au cœur qui veut que l'on garde le livre ouvert et poursuive notre lecture. La plume de l'auteure est simple, mais tellement juste dans le choix de ses mots. J'ai ressenti une multitude d'émotions tout au long de cet incroyable thriller psychologique. Je ne connaissais pas cette auteure... seulement de nom, mais je peux vous garantir que je vais de ce pas faire un tour à la librairie et gageons que je reviendrai avec un autre bouquin de la saga Warren. Lumière noire est un thriller sombre, glauque et incroyablement puissant. À découvrir absolument!

Si je me retrouvais enfermé dans une boîte en bois avec un cadenas dans le noir le plus complet sans lumière comme Flora . Je passerai par toutes les émotions . Car être 472 jours enfermés à l'intérieur comme à l'extérieur de la boîte , je pense que je n'aurais en aucun eu sa force , son courage . Se retrouver privé du jour au lendemain de sa vie et de devenir la proie d'un bourreau qui te réduit à devenir sa chose . Comment y faire face ? . Ici ce n'aie pas de moi que l'on parle, mais de Flora qui a passé 472 jours aux mains de son bourreau qui a réussi a sans sortir, mais à quel prix . Je l'ai suivie pages après pages avec mon coeur noué en deux , durant sa captivité où elle livre ce que lui a fait subir son bourreau , autant dire que mon sang s'est figé et mes poils se sont hérissé . Et dans une autre partie du livre, je l'ai suivie après sa captivité là où elle essaye de se reconstruire temps bien que mal , en aidant à son tour les personnes disparue . Ils sont devenus sa seconde vie , elle l'est à placarder sur son mur , telle des posters , pour ne pas les oubliées . Hélas, malgré tout elle va être amenée à redisparaître et à être à nouveau une proie en captivité . Une seule personne se doutera que quelque chose ne tourne pas rond l'inspecteur DD. Warren. Roman qui m'a fait cogiter énormément , être une femme, séquestre dans une boîte cadenassée à ne sortir que lorsque ton bourreau le décide pour ni plus ni moins jouer avec toi . De ne plus pouvoir sortir , ne plus pouvoir voir la lumière du jour , à se poser tout un tas de question , à te multilé , t'auto-flagéllé , à te remettre en question , te dire en boucle . " Je suis la fautive , de ce qui m'arrive , je l'ai chercher , je l'ai bien mérité, je n'aurais pas dû aller boire un verre dans ce bar , revoir sa vie défiler , se dire qu'on ne la reverrait pas sa vie d'avant ". De se haïr à un point inimaginable . Son bourreau va pendant 472 jours détruire Flora complètement à l'état d'objet , elle sera devenue l'ombre de elle même , son jouet , sa marionnette , son défouloir , sa compagne . Alors comment vivre dans cet abysse de ténèbre noir . Qui peut y survivre ?!.. Lisa Gardner revient et tape fort avec ce nouveau roman , elle frappe où ça faits mal , oui car tous les jours, on en entend des cas de disparitions sans plus prêtées attention, on continue notre vie . Roman brutal , noir , qui retourne le cerveau , qui m'a fait littéralement cogité . L'auteur alterne entre avant la captivité et après la captivité de Flora , alors j'ai dû avoir le coeur accroché dans la poitrine pour lire ce roman noir . Il est dur mais tellement fort , car on est plongé dans le quotidien de Flora et du coup, je me suis trouvé happé par ce roman . J'ai retrouvé la plume de Lisa Gardner sont cotés, où elle nous torture dans ses romans , il m'a fait penser à un roman qu'elle a écrit à ses débuts : " Jusqu'à ce que la mort nous sépare " , que j'avais trouvé dingue comme celui-ci . Je ne suis jamais déçu avec elle , pour moi elle est une valeur sur . Autant dire que celui-ci à taper fort en moi c'est un putain de coup de coeur . Vivement le prochain . Bravo.

NatachaNEA

Le 12/01/2018

Chère Lisa Gardner, je tenais juste à vous dire... MERCI ! Et oui une fois n'est pas coutume, j'ai adoré le petit dernier.. Il est vrai que À même la peau m'avait laissé un goût amer, mais là... Une D.D Warren retrouvé, on la reconnaît bien. Son équipe toujours bien présente et sympathique. Des personnages attachants, pauvre Flora 472 jours.. Quel traumatisme. Ce qu'elle vit est décrit avec une telle précision que ça fait vraiment froid dans le dos. Enfermée dans une caisse en forme de cerceuil #128561; à la merci de bourreau... On vit le calvaire des personnes enlevées mais aussi celui des familles.. Ce roman est haletant du début à la fin, comme à son habitude Lisa Gardner s'amuse à nous balader, nous donner de fausses pistes, mais que c'est plaisant. Un thriller psychologique parfait ! ( À mon goût..) Ce qui m'a fait sourire aussi c'est de voir la participation (très minime) de Kimberly Quincy... Ainsi qu'une légère référence à son premier roman de la série D.D Warren traduit en français. ( Mais cela ne change rien à la lecture de celui-ci, il peut tout à fait être lu sans avoir lu les autres) Merci aussi à Cécile Deniard.. Oui forcément car sans sa traduction j'aurai pas pu le lire #128513; Et cela aurait était vraiment dommage. Du coup VIVEMENT LE PROCHAIN #128512;