Prêt à feuilleter

Les fantômes du mur païen

de Pascal Martin , date de sortie le 02 novembre 2006
Les Fantômes du mur païen

Dans les Vosges, la course-poursuite haletante du Bonsaï, émissaire dépêché par une organisation mystérieuse, pour protéger le petit Aga, témoin d... Lire la suite

Livraison estimée le lundi 23 décembre 2019

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Les Fantômes du mur païen

Dans les Vosges, la course-poursuite haletante du Bonsaï, émissaire dépêché par une organisation mystérieuse, pour protéger le petit Aga, témoin d'un horrible drame...

Près du mont Sainte-Odile, neuf cadavres d'hommes ont été retrouvés. Vincent Romain, alias le Bonsaï, créature à l'instinct et à l'intelligence redoutables, est dépêché d'urgence par l'Oeuvre, l'organisation secrète, pour mener une enquête parallèle à celle de la police. Ses démarches piétinent jusqu'au « mystère Aga », seul rescapé du massacre. L'enfant pourrait faire éclater une parcelle de la vérité. Or Aga est muet et ne sait pas écrire. Devenus la proie d'hommes dangereux, le Bonsaï et l'enfant se lancent dans une course éperdue pour leur échapper.

Mais l'énigme des « fantômes du mur païen » est bien plus qu'un simple fait divers. C'est la pièce-clé d'un complot tentaculaire, taché de rouge sang...

Savant dosage de suspense, d'humour et de mystère, Les Fantômes du mur païen sont une incontestable réussite du genre.

Caractéristiques

Titre Les fantômes du mur païen
Auteur Pascal Martin
Date de parution 02 novembre 2006
Nombre de pages 297 pages
Dimensions 23,00 cm x 14,00 cm
Poids 415 g
ISBN / EAN 978-2-258-07030-1 - 9782258070301

4/5

RChris

Le 29/12/2018

"Illunée", mince huitième mot du roman et déjà au secours le dictionnaire! Je ne m’attendais pas à cela dans un polar d’un auteur que je ne connaissais pas et d’un coup, j’ai trouvé quatre autres de ses "polars un peu terroir" dans une boîte à livres. Je garde les bretons pour mes vacances et me suis attaqué à celui d'une région que je connais bien : l’Alsace et le Mont Saint Odile. Attaqué est un grand mot car ce sont des romans de taille raisonnable. Au fait, inspecteur Mignoni, tu t’es fait avoir en payant 200 € la chambre à l’hôtellerie du Mont Saint-Odile; pour y avoir dormi, je n’avais pas le souvenir d’une chambre aussi spartiate et ai vérifié : 121 € pour une personne en pension complète! Personnage atypique, coureur de nuits, virologue, "le Bonsaï" a un C.V. "chargé". Mais l'histoire et tous les personnages proposent de nombreux thèmes variés, ce qui fait le charme de ce roman, même si on frise parfois l’overdose lorsque l’ Alsacienne joue de la séduction comme dans un James Bond! Au final, c’est un roman plutôt agréable à lire, avec des références aux actualités de Pascal Martin qui fut grand reporter.

Zebra

Le 29/09/2012

Près du mont Saint-Odile dans les Vosges, neuf cadavres d'hommes noirs, des clandestins sans papiers, sans identité, neuf fantômes donc, sont retrouvés au pied de l'une des plus grandes énigmes archéologiques d'Europe, le Mur païen. Vincent Romain, alias le Bonsaï, est dépêché d'urgence pour mener une enquête 'parallèle'. Un policier, l'inspecteur Mignoni, est chargé de le suivre. L'un et l'autre détiennent grâce à leurs sources, les officielles et les officieuses, quelques clés de l'affaire. S'y greffe bientôt le mystère 'Aga' : à douze ans, noir, 'Aga' est le seul rescapé du massacre. L'enfant connaissait les victimes, il a vu les meurtriers, il pourrait par son témoignage faire éclater une parcelle de la vérité. Mais 'Aga' est muet et ne sait pas écrire. Il devient la proie d'hommes dangereux qui le recherchent pour des raisons diverses. 'Aga' se réfugie dans l'auberge Chez Lou, où séjourne également le Bonsaï. La suite est palpitante ... Le lecteur est transporté au milieu d'un complot tentaculaire, complexe et sanglant, qui le mènera de l'Alsace au Congo en le faisant passer par la difficulté de la vie en couple hors de la maternité, le racisme, les émeutes entre extrémistes blancs et défenseurs de la communauté noire, la corruption en Afrique, les délocalisations sauvages et l'immigration clandestine, la maltraitance d'enfants, la pédophilie, la remontée du fascisme et du néo-nazisme en Europe, les relations entre l'argent et le football (devenue une vraie industrie), les souvenirs du Struthof (seul camp d'extermination installé en territoire français), le milieu hospitalier en Afrique, les virus tueurs (Ebola, Marburg …), les technologies militaires les plus avancées, les pouvoirs respectifs de l'armée et des mercenaires, de la police et des milices parallèles, et j'en passe ! Et quels personnages ! L'histoire du Bonsaï (page 65) vaut à elle seule le détour ! Mais que dire d'Aga', footballeur évoluant dans le sillage de Zidane, de Lou, femme débordante de maternité empêchée, de Mignoni, flic ballotté d'événement en événement, de Germain, diable d'homme, colosse et garde-forestier, de Beveuren, chef nazillon, sadique et revanchard, de Zako, super-mercenaire plongé dans toutes les combines Congolaises (émigration, pétrole …) du moment qu'il y a des commissions à percevoir, de Vidocq, ministre et écrivain raté, de Salif, le souffre-douleur, de Lopès, fou dangereux et passionné par les grenouilles tueuses, de Peter de Villiers, virologue émérite, de Frère Jean, de Lachaume, d'Orion et de Foch … Polar régional (par-delà le Mur païen, on découvre l'intérieur typique des winstub, leurs couleurs, leurs spécialités gastronomiques, leurs odeurs et les relations qui y naissent), dosant savamment suspense, humour (on sourit en découvrant la voiturette poussive du Bonsaï) et mystère, 'Les Fantômes du mur païen' sont une réussite du genre : le côté glauque est renforcé par les légendes du Mont Sainte-Odile (voir ci-dessous) et par le rythme soutenu de l'intrigue. Le livre est bourré d'inventions, passionnant par l'originalité de son histoire, bien documenté, vif et captivant, d'une lecture facile, énigmatique mais sans lourdeur' : il se lit d'une traite (moins de 300 pages). Soit dit en passant : le Mur païen existe bien ! Au cœur de l’Alsace, en équilibre sur la ligne bleue des Vosges, perché au sommet du mont Sainte-Odile, le couvent de la sainte mérovingienne accueille un million de visiteurs par an dans une atmosphère digne du «Nom de la rose» d’Umberto Eco. Le Mont Sainte-Odile n'est pas avare de « légendes » : le visiteur pourra voir, sous le Hagelschloss, de longs cortèges de fantômes sortir des galeries souterraines ; dans la forêt de l'Urlossenholz, il pourra rencontrer des feux follets ; ses pas le conduiront peut-être au « pavé du diable », chemin antique couvert de dalles carrées en grès. En contrebas du couvent, un mur cyclopéen enfièvre les esprits : c’est le Mur païen, ambiance «X-Files». Dragon minéral entaillé d’encoches et englobant le Mont Sainte-Odile, ce serpent de pierre fait le gros dos à travers la forêt sur 14 kilomètres, le long d’une fracture dans l’écorce terrestre. Depuis plus de cent ans, les chercheurs se heurtent au mur : il est muet. Personne ne peut le dater. Archéologues, sourciers, radiesthésistes immergés dans ce «bain vibratoire exceptionnel» semblent «marcher sur des braises» autour du mur. Certains ont des flashes, voient les hommes du néolithique le construire et affirment que 5000 ans avant notre ère on étreignait la montagne de blocs de pierre monumentaux de 2 tonnes, reliés entre eux par des tenons de bois à queue d’aronde. «C’est un sac de nœuds, ce Sainte-Odile, on fait chou blanc dans les fouilles», constate François Pétry, aux Affaires culturelles de Strasbourg. Pour le docteur Mantz, amateur éclairé, l’enceinte, datant de la fin du IIe siècle avant J.-C., serait un oppidum celtique doté d’un sanctuaire voué aux dieux Vogésus et Teutatès. D’autres hypothèses misent sur le Bas-Empire romain ou sur une piste d’atterrissage des Atlantes. Le flou règne autour de la superbe muraille qui surplombe, ici, la vaste plaine d’Alsace, et fait face, là, aux ballons des Vosges. Gilbert Christmann, sourcier, affirme que les courants magnétiques y sont si forts que ceux qui tentent d’y dormir l’été rebroussent chemin, oppressés. «Il y a trop de signaux telluriques, on ne peut pas y rester longtemps», explique-t-il. Par-delà le choc minéral, il reste le plaisir de ce fouillis de verdure, mégalithes naturels et blocs de grès gigantesques soulevés par les racines d’arbres immenses. Le lecteur qui voudrait en savoir plus sur le Mur païen pourra visiter les sites suivants : http://www.clubvosgien-amis-mont-sainte-odile.com/sites-remarquables/mur-pa%C3%AFen/ http://vers-le-vent.blogspot.fr/2012/05/balade-au-mur-paien.html