Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La sorcière

de Camilla Läckberg , date de sortie le 01 mai 2019
La sorcière

Une petite fille de quatre ans est retrouvée assassinée dans la forêt, sous un tronc d'arbre. Fait troublant : la fillette gisait à l'endroit où, trente ans plus tôt, avait ét... Lire la suite
 

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 20 février 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

La sorcière

Une petite fille de quatre ans est retrouvée assassinée dans la forêt, sous un tronc d'arbre. Fait troublant : la fillette gisait à l'endroit où, trente ans plus tôt, avait été découvert le corps sans vie de Stella, une enfant du même âge qui habitait la même ferme que la défunte. À l'époque, deux adolescentes, Marie et Helen, avaient été condamnées pour le meurtre. Désormais mariée à un militaire autoritaire et psychopathe, Helen mène une vie recluse, non loin de la ferme, dans l'ombre des crimes passés. La belle Marie, quant à elle, est devenue une star du cinéma à Hollywood ; pour la première fois depuis la tragédie, elle revient à Fjällbacka pour un tournage. Cette coïncidence et les similitudes entre les deux affaires sont trop importantes pour que Patrik Hedström et son équipe puissent les ignorer...

De son côté, Erica Falck écrit un livre sur l'affaire Stella. Une découverte la trouble : juste avant son suicide, le policier responsable de l'enquête à l'époque s'était mis à douter de la culpabilité des deux adolescentes. Pourquoi ?

Caractéristiques

Titre La sorcière
Traducteur Rémi Cassaigne
Collection Babel. Babel noir
Editeur Actes Sud
Date de parution 01 mai 2019
Nombre de pages 782 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 468 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-330-11997-3 - 9782330119973

4,3/5

iris29

Le 24/07/2018

Lors de ma lecture du dixième tome des aventures d'Erica Falck, je m'étais dit qu'on ne m'y reprendrait plus ou alors que j'y reviendrais si je n'avais rien de mieux à lire à ce moment là. Il ne faut jamais dire , "jamais"... Ce onzième tome est un pur délice. Entremêlant habilement un récit se déroulant en 1672, une disparition d'enfant actuelle, avec celle survenue sur les mêmes lieux trente ans auparavant , Camilla Läckberg nous propose une radiographie de la Suède à travers les âges. Et si Patrick et la fine fleur du commissariat de Fjällbacka enquêtent sur l'actuelle disparition, comme par hasard , Erica s'est attelée à un projet cold-case qui rejoindra l'enquête de son mari. Adolescents en souffrance, pétage de plomb, crise des migrants, racisme, chasse aux sorcières, meurtres , sont au programme de ce dernier tome. Oui, Camilla Läckberg use à longueur de tomes du même procédé narratif : plusieurs enquêtes ou faits inquiétants prenant racine dans le passé , mais ici ça fonctionne tellement bien que j'ai sauté des pages à toute vitesse pour suivre exclusivement le récit qui se déroule en 1672...pour mieux revenir en arrière après, le coeur apaisé… (Oui , parfois je triche quand le suspens est insoutenable ;-) J'ai trouvé que les thèmes abordés étaient très riches et particulièrement bien fouillés: harcèlement d'adolescents sur d'autres adolescents; la montée implacable de la violence , de l'incomprèhension, du rejet est très prenante. J'ai aimé que l'auteur nous emmène dans le coeur et dans la tête de réfugiés Syriens , son regard très bienveillant et plein de bon sens a enrichi ma perception du sujet . Les thèmes abordés étaient tellement intenses que j'ai supporté avec beaucoup de bonhommie les petits défauts récurrents de cette série. Comme d'habitude le commissaire n'en fout pas une , mais finit par agacer ou attendrir selon votre degré d'indulgence (!). Comme d'habitude ( et malgré tout ce qu'il arrive d'atroce à d'autres enfants…) , Erica n'en finit plus de se plaindre de la fatigue que lui procure ses trois enfants, les fait garder par sa soeur enceinte jusqu'aux yeux (!) pour mieux travailler et faire éclater la vérité. Mais j'ai apprécié que Camilla Lackberg use de ce stratagème (inclusion de la vie réelle et banale), pour mieux faire retomber la pression , car tension , coeur qui tachycarde , seront des étapes obligées de cette lecture au titre mystérieux . La morale de l'histoire s'il y en a une , c'est que le monde change mais finalement pas tellement ...Egoïsme, bêtise, et obscurantisme perdurent malheureusement. Un onzième tome qui me réconcilie avec cet auteure donc...

sabine59

Le 17/12/2017

Les dernières publications de l'auteure suédoise m'avaient plutôt déçue. Avec cette nouvelle enquête, j'ai renoué avec mon plaisir de lectrice. Trois périodes : le Moyen-Age, 1672 plus exactement , l'époque actuelle et trente ans auparavant... Des femmes accusées de crimes, deux petites filles retrouvées mortes, de la même façon... Et beaucoup d'interrogations, de fausses pistes, pour Patrick et son équipe, Mellberg et ses erreurs aux conséquences graves... Erika apporte comme d'habitude sa contribution. Racisme, haines familiales, maltraitance, harcèlement,sorcellerie, des thèmes noirs et inquiétants hantent ce livre. Je ne veux pas en dire plus, un roman policier ne doit pas livrer ses secrets pour les futurs lecteurs... J'ai , quant à moi, suivi avec grand intérêt les démêlés de cette enquête prenante. Et l'histoire d'Elin, personnage issu du 17 ème siècle, m'a touchée. Bref, un bon cru, avec une précipitation finale un peu frustrante , mais qui n'a pas gâché mon enthousiasme! Juste une dernière remarque: pourquoi les différents personnages sont-ils toujours en train de se racler la gorge, ça en devient agaçant! Un tic de la romancière, que je n'avais pas remarqué jusque là !

LePamplemousse

Le 14/11/2017

Ah, quel plaisir de retrouver Erica, sa sœur Anna, son mari Patrick, l’inspecteur de police, et toute une galerie de personnages désormais familiers, même si Erica a décidément beaucoup de mal à assumer son travail en même temps que sa famille nombreuse. Cette femme n’est pas le modèle qu’on aurait envie de prendre en exemple, elle semble toujours débordée et passe son temps à faire garder ses enfants par sa belle-mère, sa sœur ou n’importe qui pouvant la soulager une heure ou deux ! Personne n’étant obligés de faire des enfants, on se demande un peu pourquoi elle en a fait trois si elle les considère systématiquement comme des obstacles, des petits démons fatigants, des petits trucs aux mains constamment sales, toujours en train de réclamer à manger, de crier, de se battre ou de pleurer. Je ne dis pas que cela soit faux, simplement, ça ne donne pas envie de faire des enfants si ce que ressentent les parents est un panel d’émotions allant de la fatigue à l’agacement en passant par le découragement, l'inquiétude ou la fureur. La trame est identique d’un roman à l’autre, à chaque fois, l’auteur nous raconte deux histoires en parallèle, l’une se déroulant dans le présent et une autre, généralement beaucoup plus ancienne, les deux finissant fatalement par se rejoindre pour nous révéler le nom de l’assassin et ses motivations. L’histoire la plus ancienne se déroule au XVIIème siècle, ce que j’ai trouvé plutôt agréable. L’intrigue m’a captivé, deux petites filles de quatre ans sont assassinées au même endroit à trente d’écart, justement à un moment où les deux suspectes du premier meurtre sont présentes toutes les deux en ville. Ce volume aborde des thèmes d’actualité, notamment l’intégration des réfugiés Syriens ou le harcèlement des adolescents entre eux. Un roman qui m’a réconcilié avec cette série que je trouvais un peu lassante depuis quelques volumes.