Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison Ă  domicile offerte* !

PrĂŞt Ă  feuilleter

La folle de Maigret

de Georges Simenon , date de sortie le 13 novembre 1997
La police n'en finirait pas, si elle devait tout prendre au sérieux. Par exemple, les craintes de cette vieille dame, à l'évidence un peu dérangée, qui prétend être suivie et ajoute que des objets... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le vendredi 23 octobre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte Ă  domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

La police n'en finirait pas, si elle devait tout prendre au sérieux. Par exemple, les craintes de cette vieille dame, à l'évidence un peu dérangée, qui prétend être suivie et ajoute que des objets bougent chez elle... Pourtant, Léontine de Caramé est bel et bien retrouvée assassinée dans son appartement.

Maigret doit-il soupçonner Angèle, qui ne fréquentait guère sa vieille tante que dans l'espoir de toucher l'héritage? Y a-t-il un lien entre cette affaire et le subit départ pour Toulon du Grand Marcel, barman bien connu de la police et amant d'Angèle?

Il n'y avait pas d'argent chez Léontine lorsqu'elle a été tuée. Mais les tiroirs des vieilles dames renferment parfois des secrets autrement surprenants...

Caractéristiques

Titre La folle de Maigret
Collection Le Livre de poche
Date de parution 13 novembre 1997
Nombre de pages 190 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 125 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-253-14214-X - 9782253142140

3,8/5

Faignan

Le 25/07/2019

Pour moi, Jules Maigret est longtemps resté le vrai nom de Bruno Crémer. Je ne me suis interressé que très récemment à l'œuvre de Simenon. Je ne lis pas beaucoup de romans policiers et si j'aime ceux de Simenon, c'est qu'il y a quelque chose en plus. L'humanité dans toute sa simplicité se retrouve partout dans le récit. Cette histoire ne casse pas quatre pattes à un canard. Une vieille femme qui pense que l'on rentre chez elle lorsqu'elle n'est pas là cherche à rencontrer Maigret. Finalement elle est assassinée, ce qui ne va pas sans causer des soucis moraux au bon Jules. Finalement l'enquête est plus compliquée qu'il ne le pensait et tout tourne autour de ce qu'on pourrait appeler un Mac Guffin. Rien n'est évident et un détail s'avère finalement être la clef du problème.

Nadouch

Le 21/06/2019

Qu'elle est triste cette histoire ! L'histoire de cette petite mamie qui demande de l'aide à Maigret, qui la prend pour une folle... sauf qu'elle se fait assassiner ! Maigret s'en veut, forcément, et l'enquête va devenir presque personnelle. Très bonne enquête parisienne de notre commissaire préféré !

Beffroi

Le 20/08/2018

Folle …pas tant que cela ! Il s’agit plutôt d’une vieille dame, venu aux quais des orfèvres, demander de l’aide au commissaire Maigret. Depuis quelque temps, elle a constaté, lors de ses absences, que des objets avaient été déplacés dans son appartement. Elle craint pour sa vie … Personne ne la prend vraiment au sérieux. Pourtant, on la découvre assassinée et Maigret, rongé par le remords, se lance dans l’enquête. Qui a bien pu en vouloir à cette vieille dame qui passait ses après-midi assise sur un banc dans les parcs parisiens ? Quel secret se cache t-il ? Un bon Maigret avec des personnages bien décrits, comme ceux de la nièce et de son fils… Je suis, une fois de plus, admiratif devant ces romans tout simples, avec seulement quelques personnages mais qui sont fluides et qui nous poussent à ne pas lâcher la lecture. Du grand art .

Polars_urbains

Le 30/08/2017

La folle de Maigret ou la vieille dame digne, la nièce et le mauvais garçon… Une histoire un peu improbable dans laquelle le Commissaire enquête sur un meurtre qui l'est tout autant. Pourquoi des objets sont-ils déplacés dans l'appartement de Mme Antoine ? Pourquoi assassiner une paisible octogénaire à la vie plus que rangée ? Il faudra aller un peu fouiller dans le passé pour trouver la vérité. Un roman plutôt étrange où les interrogatoires tiennent une grande place et dans lequel Simenon se laisse aller à quelques considérations sur les hippies et la jeunesse des années 70. Avec un Maigret d'une grande humanité, comme souvent. Pas un très grand crû mais se laisse lire ! Un des tous derniers Maigret...

Woland

Le 14/11/2015

Peut-être est-ce la période un peu difficile que je traverse actuellement qui le veut mais je compterai ce "Maigret" parmi ceux qui m'auront le moins "accrochée." Simenon semble hésiter, dès le début, à choisir son personnage-clef - et ca, c'est très déstabilisant. Au début, on pense que cela va être la "folle", cette vieille dame, Mme Antoine de Caramé, qui rôde des jours et des jours devant le 36, fait une timide incursion dans la cour, demande très officiellement à voir le commissaire et, celui-ci l'ayant fait recevoir par l'un de ses inspecteurs, décide de le guetter à l'heure de la sortie des bureaux, le soir. C'est une vieille dame charmante, aux traits fins et encore beaux, qui ne se plaint que d'une seule chose : les objets changent de place chez elle. Oui, elle s'absente et pouf ! quand elle revient, les bibelots ne sont plus tout à fait posés comme ils l'étaient. Pensez, ça fait plus de quarante ans qu'elle vit dans son appartement du quai de la Mégisserie ! Elle sait de quoi elle parle. Un point de départ qui rappelle celui de "Cécile est Morte", à ceci près que Mme de Caramé vit absolument seule. Bon, évidemment, avec une telle histoire, on ne trouvera pas trop étonnant que les inspecteurs de Maigret aient rangée l'aimable et distinguée vieille dame parmi les "fous" et les "folles" qui viennent parfois égayer le Quai des Orfèvres. Maigret cependant, après son bref entretien avec la vieille dame sur le chemin du retour boulevard Richard-Lenoir, sent s'éveiller sa curiosité et lui promet de lui rendre visite sans faute dans la semaine. Il n'en aura pas le temps : Mme de Caramé est retrouvée morte, chez elle. On suppose qu'elle est rentrée trop tôt et qu'elle a surpris le fameux inconnu qui déplaçait ses objets non pour lui faire peur mais plus vraisemblablement parce qu'il cherchait quelque chose. Mais quoi ? Mme de Caramé lègue tout à sa nièce, masseuse de son métier, Angèle Louette, une femme à la carrure un peu forte et, à vrai dire, aux manières assez rudes. La Vie ne lui a pas fait de cadeaux et elle n'en attend plus grand chose. C'est alors que, brusquement, sans - à mon avis - sa finesse habituelle, Simenon tourne l'intégralité de ses projecteurs sur Melle Louette. Oh ! c'est loin d'être inintéressant et, comme Maigret, le lecteur soupçonne un temps Angèle. Seulement, il a bien du mal à choisir entre la sympathie et l'antipathie envers ce personnage. Incontestablement, Angèle possède un côté "femme forte", femme décidée et qui sait se battre, qui ne peut que séduire. A côté de cela, elle a ses faiblesses comme par exemple celle d'entretenir plus ou moins un gigolo, Marcel. Pourtant, sa tante morte assassinée, elle le met à la porte et il échoue à l'hôtel où Maigret, évidemment, s'en va l'examiner d'un peu plus près. L'homme n'est pas vraiment antipathique. C'est un petit truand, sans aucune envergure. Le voir en assassin, fût-ce de vieilles dames, c'est un peu trop lui accorder ... Et pourtant ... Mais enfin, cet assassin, quel qu'il soit, que pouvait-il bien chercher avec un tel entêtement ? De l'argent ? Hors de question, Mme de Caramé n'en conservait pas chez elle ou alors, très peu. Un dossier ? Dossier de qui ? de quoi ? Aucun des deux époux de Mme de Caramé n'avait occupé de poste important, par exemple aux Renseignements, à la Diplomatie ou à la Police, elle encore moins. Un bibelot ? Des bijoux ? Ils étaient tous sans grande valeur. Alors, alors, alors ? ... L'objet tant recherché est gras, c'est tout ce que l'on finit par découvrir, à la place où il se trouvait, sur une étagère, dans un placard ou une penderie. Et cette graisse pouvait fort bien servir à l'entretien d'une arme. Mme de Caramé aurait-elle assassiné quelqu'un et voulait-on la faire chanter ? Ou connaissait-elle un assassin dont elle possédait l'arme et étai-ce elle qui pratiquait le chantage ? ... Maigret s'ébroue : restons dans le vraisemblable. Donc, gardons l'hypothèse de l'arme mais cherchons ailleurs. Il ne sera pas déçu du voyage et nous, non plus. Le problème, c'est que l'analyse psychologique semble ici moins fouillée que d'habitude - notez qu'il s'agit en théorie de l'un des derniers romans mettant en scène Maigret - que l'auteur semble comme distrait et pas à son sujet. Maintenant, je le répète, tout cela reste subjectif. Selon moi, Simenon nous a un peu trop alléchés avec Mme de Caramé, on était prêt à la prendre pour héroïne, même morte mais le personnage nous laisse en plan et révèle même des dessous un peu antipathiques - plus que sa nièce, c'est tout dire. Donner cent francs de l'époque à ladite nièce quand celle-ci s'est retrouvée enceinte, franchement, c'était se moquer d'elle ... Enfin, passons : tout ce qui brille n'est pas or et nous le savons bien. "La Folle de Maigret" est donc à réserver aux seuls "fondus" du commissaire, de ses "méthodes" ("Je n'ai pas de méthode") atypiques, de ses pipes, de sa femme (toujours impeccable, parfaite, Louise Maigret) et de cet univers particulier du Quai des Orfèvres et d'un Paris qui, hélas ! n'est plus, les événements d'hier, 13 novembre 2015, nous l'ont encore tragiquement prouvé. Mais il reste à lire. Et puis, vous pouvez fort bien ne pas partager mon avis ... ;o)