Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

L'unité Alphabet

de Jussi Adler-Olsen , date de sortie le 02 janvier 2020
L'unité alphabet

L'Unité Alphabet est le service psychiatrique d'un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d'horribles traitements à le... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 16 juillet 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

L'unité alphabet

L'Unité Alphabet est le service psychiatrique d'un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d'horribles traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l'Est. Bryan, pilote de la RAF abattu derrière les lignes, a dû prendre l'identité d'un Allemand qui s'y fait interner. Obligé de simuler la folie et d'endurer les mêmes sévices que les autres patients, il garde, pour survivre, l'espoir de s'échapper. Trente ans ont passé, mais chaque jour il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu'il a abandonné à l'Unité, et qu'il n'a jamais retrouvé. En 1972, Bryan décide de repartir sur ses traces. Plongée glaçante dans les affres de la mémoire, le premier roman de Jussi Adler-Olsen, où déjà éclatait le talent de ce maître du thriller Scandinave, nous entraîne dans un suspense fébrile.

Caractéristiques

Titre L'unité Alphabet
Traducteur Caroline Berg
Date de parution 02 janvier 2020
Nombre de pages 667 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 368 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-253-18140-8 - 9782253181408

L'offre du moment

4,2/5

PartageTesPages

Le 24/01/2020

« Du suspense, du suspense, et encore du suspense » Dès le début j’ai été prise dans l’histoire. Le suspense est en continu lors de la première partie qui m’a tenu en haleine. La deuxième partie commence par un côté plus descriptif mais une fois le suspense installée, il est très intense. La fin est loin de laisser indifférente, je me suis dis que j’aurais peut-être préféré que l’histoire s’arrête deux chapitres avant avec un autre final mais la fin reste cohérente avec l’esprit tortureur de l’auteur. Je ne voulais tellement pas quitter les personnages que j’ai lu la dernière page deux fois. Je me suis attachée à certains personnages et d’autres que j’ai détesté. L’auteur a la plume pour mettre en action et dans des conditions ses personnages. Le partage des émotions est intensif. C’est mon premier livre de cet auteur et ce ne sera pas le dernier. Je lirais toute la série du département V.

prune42

Le 13/01/2019

En janvier 1944, deux jeunes aviateurs britanniques sont pourchassés par les SS après que leur avion ait été abattu. James Teasdale et Bryan Underwood trouvent refuge dans un train sanitaire de soldats allemands. Ils prennent l'identité de deux responsables SS, Gerhart Peuckert et Arno von der Leyen, puis ils sont transférés dans un hôpital militaire spécialisé dans la psychiatrie. Ils doivent simuler la folie et se taire à tout prix pour ne pas mettre leur vie en danger. Là-bas, ils subissent des électrochocs et des traitements inhumains, d'autant plus qu'ils vont découvrir que d'autres pensionnaires de l'hôpital simulent eux aussi la folie pour échapper à la guerre et qu'ils sont prêts à tout pour ne pas voir leur plan échouer. Bryan réussit à s'enfuir mais sans son ami. 30 ans plus tard, il n'a pas oublié James ; il va avoir l'occasion de retourner en Allemagne et va chercher à savoir ce qu'est devenu James. Il ne se doute pas que ses recherches vont réveiller la violence enfouie… Je suis une fidèle lectrice de Jussi Adler Olsen et j'ai lu tous ses romans. J'étais curieuse de découvrir celui-ci, présenté comme son premier roman, au thème bien différent. J'ai un peu moins aimé ce livre par rapport aux autres, bien que je lise beaucoup de romans ayant trait à la Seconde Guerre Mondiale. J'ai trouvé qu'il y avait des longueurs dans ce roman, j'aurais aimé qu'il y ait plus d'action, je pense notamment à la première partie du livre, durant 1944. La deuxième partie m'a plus plu car ça bouge plus justement. La présence de l'épouse de Bryan et de sa belle-sœur est bien trouvée, elle apporte de la légèreté dans un climat bien tendu. Je m'attendais, je pense, à autre chose avec L'unité alphabet, peut-être que le roman aborde plus la partie médicale ou expérimentale des ces hôpitaux militaires allemands où il s'est passé de drôles de choses. J'ai trouvé certains éléments peu vraisemblables comme la "guérison" quasi miraculeuse de James qui a subi des traitements antipsychotiques lourds pendant 30 ans et qui d'un seul coup, retrouve ses capacités. J'ai bien aimé la fin du livre par contre qui apporte un peu de douceur à une histoire émotionnellement chargée et tendue, c'est un dénouement assez lumineux. J'ai hâte de retrouver les personnages principaux du Département V, j'espère que J. Adler Olsen va bientôt publier un prochain roman.

bilodoh

Le 02/11/2018

Le dernier Adler-Olsen? Non, plutôt le premier, mais qui vient de sortir en français. Il ne s’agit pas d’un polar du département V, mais d’une histoire de pilotes britanniques de la Seconde Guerre mondiale. L’avion des deux amis d’enfance est abattu au-dessus de l’Allemagne et en tentant de survivre, ils se retrouveront dans un hôpital psychiatrique pour gradés nazis. Ils devront subir les électrochocs et les médications expérimentales, en plus de mauvais traitements infligés par d’autres malades. Dans la deuxième partie, un des Anglais qui avait réussi à s’évader retourne en Allemagne trente ans plus tard et tente de savoir ce qui est vraiment arrivé à son ami. Mais ce n’est pas facile, sans compter la malveillance de certains bourreaux nazis qui ont des choses à cacher… Un bon thriller qui se lit facilement, les pages se tournent et même si à mon humble avis toutes les aventures ne sont pas tout à fait vraisemblables, on s’accroche, on veut savoir la suite. Un mystère qui n’est pas éclairci : pourquoi ce nom d’Unité Alphabet?

Stewartjef

Le 30/10/2018

La promesse: "Je ne te laisserai jamais tomber" Rien à voir avec l'unité V, même si le titre aurait pu être le même qu'un de la série. Une promesse, c'est une promesse. Et la rancune, … peut durer 30 ans. Une éternité,... seulement 700 pages

MissSherlock

Le 14/10/2018

Aimant beaucoup les Enquêtes du Département V, il fallait absolument que je lise le tout premier roman de Jussi Adler-Olsen. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce bouquin m'a déroutée. Si j'ai tout de suite accroché à l'histoire et aux personnages, j'ai eu du mal avec le style plus froid et sans humour de l'auteur. Aussi j'ai mis du temps à rentrer dans l'histoire. Ce qui m'a également déroutée c'est l'aspect hybride du roman. La première partie est clairement un roman de guerre (même si l'auteur s'en défend en postface) avec tous les éléments inhérents au genre : espionnage de l'ennemi, captivité, tentative d'évasion, nazis, torture... La seconde est un polar qui se situe dans les années 70 pendant les JO de Munich. Le plus étonnant, c'est que ça fonctionne parfaitement et que l'ensemble est cohérent. La première partie n'est pas ma préférée car il y a des longueurs. Il faut attendre 200 pages pour que les choses commencent à bouger. L'enquête de la seconde partie, même si elle n'a pas un rythme effréné, est haletante et riche en rebondissements. J'ai aimé les récits croisés et les différents points de vue des protagonistes. Et puis cette partie ressemble plus à ce que l'auteur propose dans sa série du Département V. [masquer]Par exemple les nazis m'ont beaucoup fait penser aux sadiques que l'on trouve dans Profanation.[/masquer] Même si ce roman n'est pas mon préféré de l'auteur, je suis ravie d'avoir pu le découvrir. Challenge Multi-défis 2018 Challenge Pavés 2018 Challenge des 50 objets Challenge le Tour du Scrabble en 80 jours Challenge Mauvais Genre Challenge Les Déductions Élémentaires Challenge Les Détectives Littéraires