Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Famille parfaite

de Lisa Gardner , date de sortie le 03 janvier 2018
Famille parfaite

Les Denbe semblaient sortir des pages de magazines glamours : un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banl... Lire la suite

Livraison estimée le mercredi 17 juin 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Famille parfaite

Les Denbe semblaient sortir des pages de magazines glamours : un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston...

Une vie de rêve. Jusqu'au jour où ils disparaissent tous les trois. Pas d'effraction, pas de témoin, pas de motifs, pas de demande de rançon. Juste quelques traces de pas et des débris de cartouches de Taser sur le sol de leur maison. Pour la détective privée Tessa Leoni, l'enlèvement ne fait aucun doute. Mais que pouvait donc bien cacher une existence en apparence aussi lisse ?

Numéro un sur la liste des best-sellers du New York Times pendant plusieurs mois, ce thriller inquiétant de Lisa Gardner nous plonge dans l'intimité troublante d'une famille au-dessus de tout soupçon.

Caractéristiques

Titre Famille parfaite
Auteur Lisa Gardner
Traducteur Cécile Deniard
Date de parution 03 janvier 2018
Nombre de pages 571 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 304 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-253-23708-2 - 9782253237082

4,3/5

NathalC

Le 04/05/2018

Un très bon roman... addictif... On tourne les pages et on veut connaître la vérité. J'avoue avoir eu des doutes assez vite et qui se sont confirmés sur le pourquoi et le comment, mais cela reste un très bon livre à lire...

nameless

Le 20/03/2018

Mon précédent contact avec Lisa Gardner dans Preuves d'amour m'avait laissée de marbre, sur ma faim et sur une fin alambiquée. C'est donc avec une légère appréhension que j'ai attaqué Famille parfaite. A l'issue de cette lecture, je constate que selon mes critères, l'auteure a effectué un redressement spectaculaire dans sa production littéraire, et qu'à nouveau, j'ai savouré les aventures de D.D. Warren et même de Tessa Leoni dont l'histoire préalable m'était apparue irréaliste. J'ai également beaucoup apprécié que Lisa Gardner injecte un nouveau personnage dans cet épisode, que j'espère retrouver dans les opus ultérieurs : Wyatt, flic à l'ancienne qui n'est pas un gars de la ville mais officie façon chasse-pêche-nature et traditions, dans les hauts-cantons du New Hampshire, état qu'il est assez facile de traverser du sud au nord vers le Canada, mais constitué de routes tortueuses et immensités inextricables hors cette trajectoire. Toute une famille, les Denbe, est kidnappée dans sa luxueuse villa, construite par le papa, Justin, patron d'une entreprise de BTP florissante, habituée à la réalisation de grands projets, comme par exemple une prison dernier cri qui n'a malheureusement pas pu ouvrir faute de crédits de fonctionnement. C'est Libby, la maman addicte au Vicodin, qui est le fil rouge et conducteur de l'intrigue. Elle livre au gré des chapitres qui lui sont dédiés, des bribes d'informations sur cette famille parfaite, au sein de laquelle elle n'a jamais pardonné à Justin de l'avoir trompée. Il apparaît rapidement que les kidnappeurs ne sont pas des demies-portions, mais des hommes militairement entraînés qui n'ont rien laissé au hasard. D.D. Warren prend en charge l'enquête bostonienne, Tessa a été mandatée comme détective privée puisqu'elle a démissionné de la police, par l'entreprise et les actionnaires de Justin pour faire une évaluation de la situation. Les otages étant détenus, semble-t-il, dans le New Hampshire, Wyatt intervient, confronté aux policiers urbains bostoniens et aux cadors du FBI. Il serait criminel d'en dire davantage, je retiens en conclusion cette formule à laquelle j'adhère : « Posséder moins. Faire moins. Découvrir plus ». « Vraiment, on ne s'ennuie jamais au fin fond du New Hampshire ». C'est bien vrai ça, merci Lisa Gardner !

Kittiwake

Le 31/03/2016

Thriller parfait. Et contrairement à ce qu'implique le titre, ce n'est pas de l'ironie.En effet pour ce qui est de la perfection de la famille, la lecture est édifiante. Intrigue, personnages, suspens et rebondissements, tout y est. Des méchants très méchants et des victimes qui cachent des secrets plein les placards de leur luxueuse demeure dans un quartier huppé de Boston. Ce n'est pas si souvent que toute une famille, papa, maman et leur fille, sont enlevés en même temps. Bien vite, l'efficacité des ravisseurs montre que l'on a affaire à des pros. Et ce qui complique la tâche des enquêteurs (et là, l'auteur a mis le paquet : une détective privée, un shérif du New Hampshire et une équipe du FBI!) c'est que l'on n'a ni mobile, ni aucune idée de l'endroit où sont détenus les otages. Ça s'est valable pour la police, car le lecteur reçoit les confidences de Libby, épouse bafouée accro à la vicodine : du fond de la cellule qu'elle partage avec son mari et sa fille, elle nous livre quelques clés de son passé, mais elle n'a pas non plus la moindre idée de qui est derrière tout ça. Ça n'empêche qu'une telle situation de menace vitale dans un huis-clos sordide constitue une occasion non pas rêvée mais cauchemardesque de faire le point et d'en apprendre des vertes et des pas mûres sur ses proches. L'auteur nous emmène savamment sur des fausses pistes, et les raisons de ce rapt restent bien mystérieuses jusqu'à la fin et le dénouement se prolonge au delà de la sortie du lieu de réclusion, un peu comme dans ces films d'horreur ou après une accalmie, quelques minutes avant le générique , la menace refait surface. Les enquêteurs n'occupent pas une place centrale même si leurs histoires personnelles transparaissent dans les échanges, sans que ce soit le pivot principal du roman. La rivalité des équipes au travail est décrite avec un peu d'humour, qui ne nuit pas. Excellent moment de lecture donc, univers à explorer (un de plus). Faut-il ajouter que l'on ne sent pas du tout passer les 512 pages qui s'avalent sans effort.