Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Biker girls

Volume 1, Biker babe
de Audrey Carlan , date de sortie le 02 janvier 2020
Biker Girls

Tome 1 Biker Babe

Dans ce premier tome de la série Biker Girls, nous plongeons dans l'univers des bikers, et plus particulièrement dans celui de Shay, la princesse du c... Lire la suite

En stock en ligne

Livraison estimée le jeudi 20 février 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Biker Girls

Tome 1 Biker Babe

Dans ce premier tome de la série Biker Girls, nous plongeons dans l'univers des bikers, et plus particulièrement dans celui de Shay, la princesse du club des Hero's Pride. La jeune femme cherche à prendre son indépendance, elle ouvre sa boutique, s'installe dans son propre appartement, il ne lui reste plus qu'à trouver l'amour. Les choix de Shay sont parfois discutables, mais l'arrivée d'un biker, transfuge d'un club de Californie, risque de transformer sa vie. Le beau et sexy Rex saura-t-il dompter le tempérament de feu de la jeune femme ?

Caractéristiques

Titre Biker girls - Volume 1, Biker babe
Auteur Audrey Carlan
Traducteur Thierry Laurent
Série Biker girls
Collection New romance
Editeur Hugo Roman
Date de parution 02 janvier 2020
Nombre de pages 157 pages
Dimensions 21,00 cm x 13,00 cm
Poids 184 g
Support Broché
ISBN / EAN 978-2-7556-4752-5 - 9782755647525

3/5

Beli_LivreSaVie

Le 13/01/2020

Une nouvelle série de Audrey Carlan débute en ce début d'année 2020, cela deviendrait-il le rendez-vous de chaque début d'année ? En tout cas, c'est toujours curieuse que je débute une de ses séries. Ici nous avons à faire à une série au format court, comme Calendar Girl ou International Guy, mais il n'y a pas douze tomes de prévus, mais quatre sont annoncés sur son site d'auteur. C'est dans un univers différent que nous allons pouvoir suivre les nouveaux personnages de Audrey Carlan : le monde des bikers. Alors c'est un univers qui a été maintes fois traité, mais j'ai toujours autant de plaisir et de curiosité à le lire, car c'est un monde qui permet tellement de possibilités, de par notamment leur statut un peu de hors la loi. C'est aussi cela qui octroie aux auteurs l'occasion de créer leur clan comme ils le souhaitent et nous permettre ainsi de découvrir des histoires différentes les unes des autres, selon ce que les auteurs ont envie de nous proposer. Cette série se passe dans un monde d'hommes, autant nous replacer dans le contexte, les femmes y tiennent une place très particulière et peu avantageuse. Même si les régulières, les femmes et filles de bikers sont choyées et protégées, elles ont des droits très limités et il y a des choses qu'elles n'auront jamais le droit de faire. Mais les autres femmes, celles qui leur procurent du plaisir et uniquement cela, ne sont rien d'autres que des filles pour lesquelles les hommes n'ont aucune considération. Question féminisme, on peut s'asseoir dessus ! Dans sa série, Audrey Carlan a tout de même ciblé des personnages féminins qui s'imposent car celles qui trouvent leur place au sein de ces clans, arrivent à faire des choses avec les moyens octroyés par ces hommes qui ont décidé de vivre en marge de la société. Ici, on fait la connaissance du clan à travers le personnage féminin de Shay, la fille du président des Hero's Pride. Elle a vingt-cinq ans et elle ouvre sa boutique qui tourne autour de l'univers des bikers. Elevée parmi les bikers, elle conduit une Harley, vit comme eux mais reste tout de même une femme, même si elle a appris à maitriser ses émotions dès son plus jeune âge. Nous pourrons ainsi, lors de l'ouverture de cette boutique, rencontrer tous les bikers du clan de son père. Bon, je ne vous cache pas qu'à ce moment-là, on se demande bien qui seront ceux qui auront droit à un tome dans la série !! Mais avant cela, découvrons Shay et celui qui sera son compagnon de route le temps de ce tome. C'est un nouveau venu au coeur du clan, qui va attirer la jeune femme. Rex arrive pour trouver un club qui l'accueille et où il se sentirait bien. Son premier contact avec la jeune femme va être à l'occasion d'une scène où il prendra sa défense et par la suite, il ne cessera plus de penser à elle. Elle-même de son côté a du mal à oublier cet homme arrivé subitement dans sa vie. Rex a tout du biker, tant physiquement que dans son attitude, avec les autres tout comme avec les femmes. Il arrive alors avec assurance, sans complexe, affirmant qu'elle est sienne. Shay est habituée à ce genre de comportement et s'il affirme qu'elle lui appartient, elle n'en offusque pas car elle souhaite quelque chose avec lui. La situation va vite s'enchainer et Rex va rapidement comprendre qu'elle est la fille du prés', et on ne touche pas à la fille du président ! Un roman où Audrey Carlan utilise la double narration. Les chapitres se succèdent, donnant la parole à l'un puis à l'autre, en alternance. Cela nous permet d'avoir une vision globale de la situation, de celle d'une femme au coeur d'un club de bikers, tout comme de celle d'un biker même. La situation nous est alors bien définie, et suffisamment développée pour que l'on saisisse bien ce qu'il se passe dans leur tête et leur coeur, quand leur relation prend vite de l'ampleur. Le tout en profitant de leur regard sur les autres pour appréhender tout dans l'ensemble et plus en détails les concernant. Audrey Carlan se sent bien avec ce format et si j'aime toujours lire de longs romans, comme je sais qu'elle arrive à nous proposer quelque chose sur du court, je sais à quoi m'attendre. Avec ce premier tome, j'ai passé un bon moment ! Bon ça va vite on le sait, ce ne sont qu'une centaine de pages, donc on n'a pas le temps d'approfondir, de faire durer... etc mais cela fonctionne ainsi. J'ai apprécié ma lecture, les personnages que l'on a quand même bien le temps de cerner nous permettent de nous ancrer dans un univers, on découvre ainsi en peu de pages les différentes personnalités et la position de chacun au sein d'un groupe. On sait aussi qu'à chaque tome, on les retrouvera de nouveau, cela fonctionne bien. A partir du moment où l'on sait que cela sera court et peu développé, je trouve que l'on apprécie plus ce qu'elle nous propose. Le prochain tome portera sur le frère jumeau de Shay, on s'en doute en lisant celui-ci, et on l'espère aussi car il nous a montré un peu de sa personnalité et suis curieuse de le lire. C'est un homme qui est père célibataire, donc déjà il est dans une situation particulière mais je ne vous en dis pas plus. Au final, je me suis sentie bien dans ce premier opus et j'ai envie de découvrir tous les autres personnages.

Luxnbooks

Le 08/01/2020

J'ai découvert Audrey Carlan lorsque la série Calendar Girls est parue chez Hugo New Romance, le concept d'un roman découpé sur plusieurs mois était assez attrayant et le format court était original. Alors que sa série précédente ne me faisait pas particulièrement envie, le synopsis de Biker Girls mettant en avant des femmes fortes au sein d'un club de bikers était très alléchant. Nous suivons Shay la fille du président des Hero's Pride, toujours traité comme une princesse par les membres du club, elle aspire à prendre son envol en ouvrant son magasin d'articles de bikers. Comblée par le commencement de cette nouvelle vie, elle va voir ses certitudes vaciller avec l'arrivée de Rex, le nouveau Vice-Président. Alors qu'elle s'est toujours tenu éloignée des frères du club l'attirance est immédiate et la jeune femme va se voir confronter à une règle qui l'empêche d’espérer entretenir une relation avec le biker. Avant de débuter ma lecture, j'ai tenté de me détacher des premiers avis que j'ai vus circuler et j'en ressors assez mitigé. Je n'est pas que je n'ai pas aimé, mais on ne peut pas dire que j'ai adoré non plus. Je n'ai lu que très peux de romans dans le milieu des bikers, mais j'étais plus ou moins préparé à une romance sombre dans un tel milieux. Le côté intouchable de Shay rend la romance intéressante, mais alors qu'elle renvoie l'image d'une femme forte élever dans le plus grand des respects par le Président d'un club de biker qui ne se laisse pas faire lorsqu'un homme tente de l'approcher, elle abandonne trop facilement son côté rebelle pour tomber dans les bras de Rex. Du côté de Rex, si vous n'aimez pas les hommes qui revendiquent les femmes comme leur propriété, fuyez cette histoire, car dès qu'il rencontre la jeune femme c'est le coup de foudre et il s'octroie le droit de lui interdire de fréquenter d'autres hommes, sous prétexte qu'elle est sa future femme. Pour le coup, j'ai trouvé qu'on en faisait trop dès le départ, il ne faut pas oublier que le format est court, alors quand dans le deuxième chapitre le héros appose sa marque sur Shay, alors qu'il ne l'a jamais rencontré c'est assez étrange. Franchement, j'ai lu plusieurs romans discutables pour certaines féministes, mais celui-ci ne m'a pas embarqué dans le développement de la romance Et le format est tellement court qu'on n'a pas le temps de s'attacher aux personnages et ça contribue au manque de profondeur de l'histoire. Je ne suis pas certaine d'avoir envie de continuer la série.

BellesEndormies

Le 05/01/2020

Je savais que j’allais le dévorer au vu des 158 pages et je m’attendais aussi à une romance rapide sans réellement de détails et c’est ce qui s’est passé. Dans la vraie vie, je crois au coup de foudre mais dans les livres, j’ai besoin de connaître les personnages, de voir leur relation naître petit à petit, de tomber amoureuse du mec en même temps que la fille. J’ai trouvé ce point un peu exagéré, même s’ils ont un coup de cœur physique, le fait que Rex fasse passer Shay avant tout alors qu’il la connaît à peine ou d’autres choses n’ont pas été crédibles selon moi. Du coup, je ne me suis pas attachée aux personnages, on en sait peu sur eux, il y a peu de dialogues, d’actes et d’intention, c’est juste du sexe torride. . Malgré quelques points négatifs, j’ai grave accroché et j’ai même passé un bon moment de lecture. C’était tellement addictif ! J’ai vraiment apprécié découvrir l’univers des bikers, je me suis imaginée cela comme une fiction, un peu comme les Serpents dans Riverdale. J’ai vu ce premier livre comme une petite nouvelle afin de nous montrer ce monde et même si le côté « relation rapide » ne m’a pas plu ici, je reste intriguée et hâte de lire la suite.

MarieOrevesdesmots

Le 02/01/2020

J’aime beaucoup tout ce qui se rapproche de près ou de loin a l’univers des biker, que ce soit en série TV et en romance. Quand j’ai vu la nouvelle saga d’Audrey Carlan, je me suis dit « oui oui oui ». Au premier abord, ce premier opus à tout pour plaira. Pas de doute, nous sommes bien dans l’univers biker avec ses règles et son fonctionnement. Ce premier tome est accès sur Shay, la fille du président Riot, considéré comme La Princesse, personne n’a le droit de poser les yeux et encore moins les mains dessus. Jeune femme de vingt cinq ans, féministe dans l’âme, elle tient un magasin de vêtement et accessoires en tout genre pour Biker, qu’elle n’est pas sa fierté et celle de ses pairs le jour de l’inauguration de Biker Babe. Un moyen de prouver à son père et autre membre qu’elle est devenue adulte et essaye tant bien que mal de s’affranchir. Elle s’est toujours promis que JAMAIS elle ne sortirait avec ce genre d’homme. Trop de problème à venir si tel est le cas. Elle met un point d’honneur à vouloir gérer seul sa vie, et elle arrive cependant à s’y tenir sur de nombreux points. Jusqu’au jour où Rex débarque de Californie et va mettre à mal son monde entier. J’ai bien aimé le personnage de Shay et ses valeurs. Que dire de Rex ? Il avait tout pour me plaire, vraiment tout. Dès qu’il est arrivé je l’ai tout de suite imaginé en Opie (Son of anarchy), niveau physique on y était, grand baraqué, cheveux longs et barbe bien fournie. Bref, vous voyez, l’héroïne lui trouve un air avec Jason Mamoa. On est à peu près pareil. Vous voyez un peu mieux le type comment il est décrit, jusque-là, j’étais vraiment enchanté de ma lecture, je me suis dit « wouah, le mec, il envoie », mais punaise ça s’arrête là. Et je suis déçue, mais déçue, de Rex. Plusieurs points sur ce personnage m’ont dérangé. J’ai eu l’impression d’avoir à faire à une caricature. Je crois que je suis passée totalement à côté du personnage, je n’ai pas compris où voulait m’amener l’auteure. Est-ce parce que l’histoire est trop rapide (157 pages), mais avec Audrey Carlan nous sommes habitués à avoir de petits romans. Je pense que leur histoire d’amour va beaucoup trop vite. Je peux croire au coup de foudre, j’adore ça dans les romans même, mais ici c’est mal décrit, on voit l’attachement des deux protagonistes, mais j’ai l’impression que c’est sans saveur, les scènes de sexe sont nombreuses et n’apporte pas un réel plus dans l’histoire, et puis prenez garde à Rex et son anaconda. C’est comme le « joui pour moi » je ne peux plus les voir dans les livres. De plus, je crois qu’il y a eu un souci au niveau de la traduction. Rex dès sa rencontre avec Shay la proclame comme sa femme, autrement dit, sa régulière, ce qui n’a rien de choquant en soit, cependant, et c’est là que je pense qu’il y a soucis. Imaginez le mec carrure Jason mamoa et tout, dans l’église avec tous les autres biker dire « j’ai demandé à Shay d’être ma chérie ». Ce n’est pas du tout viril, et pas du tout digne de Biker. Alors ai-je été habitué dans mes livres et série tv a un certain type de biker ? Peut-être, mais ici assez déçue pour le coup. Par contre, et je veux le souligné, j’ai beaucoup apprécié ce qui se passe ensuite, on retrouve les coutumes de ce monde, si dures. On pourrait trouver ça injuste, barbare et cruel, mais j’ai vraiment adoré. Et c’est grâce à ce point que ma lecture n’est pas un échec. Ainsi que que les Hero’s Pride représentent, le genre d’homme qui fond partie de ce club. J’ai aimé leurs valeurs. Pour ma dernière lecture de 2019, je suis dans l’entre-deux, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, mais je ne peux pas dire non plus que cette lecture est un coup de cœur. L’auteure veut mettre les femmes en avant dans ce monde d’homme. Je pense que c’est possible d’en faire une belle série, il y a beaucoup de points qui vont dans ce sens, et même si ce premier tome n’est pas à la hauteur de mes attentes. Pas totalement convaincue, j’ai cependant hâte de découvrir le second tome et voir ce qu’on nous réserve.

Marlene_lmedml

Le 02/01/2020

Je n’avais clairement pas de grandes attentes vis à vis de cette lecture. Par contre, j’étais vraiment curieuse de découvrir l’univers des bikers made in Audrey Carlan. Le constat est sans appel, c’est une cruelle déception… Démarrer 2020 sur une telle lecture est assez embarrassant, écrire cet avis l’est tout autant et pourtant j’éprouve le besoin de vous parler de mon ressenti vis à vis de ce premier opus. Qu’on se le dise, je m’arrête ici, je ne souhaite pas poursuivre la saga alors que ce début ne m’a pas du tout convaincue. Pire, il m’a rebuté à tel point que je ne sais pas si je ressens de la déception ou une pointe de colère en refermant ce livre. *SPOILERS ALERT* Je vais m’appuyer sur certains passages du roman pour expliquer mon ressenti, d’où le risque de spoilers. Tout a bien commencé, avec la fierté de Shay d’ouvrir son propre magasin, Biker Babe est son univers et la preuve de son indépendance. Shay est une héroïne qui se dessine comme une femme forte et indépendante dans les deux premières pages du roman… « – Je suis fier de toi, Princesse. Tu t’es bien débrouillée, ma fille. Ma petite fille est maintenant propriétaire de sa propre boutique. » J’étais curieuse de découvrir cette jeune femme qui avait réussi à s’affranchir du statut de fille de président d’un club de biker… Hélas, ce fut une déconvenue car ce trait de caractère est très vite balayé par l’arrivé de Rex, le tombeur de Californie. Rex est… très explicite dans ses pensées, sa rencontre avec Shay va bouleverser son… entre-jambe ! « Rien qu’en passant à moto devant sa boutique, son allure m’a déjà fait bander. […] Si elle porte des sous-vêtements, je donnerais bien ma couille gauche pour les arracher avec mes dents. » Alors, l’entrée en scène de Rex m’a laissé dubitative, et pourtant je suis tellement fan des bikers, mais là ce fut la douche froide. Clairement, Rex n’avait rien pour me plaire, et cela s’est confirmé page après page. UN UNIVERS TRÈS MAL EXPLOITE ! Les bikers c’est ma came, je suis même accro ! Pour tout vous dire, j’ai lu de très bonnes sagas sur les bikers et même si je déteste comparer, je n’ai pas eu le choix ici tellement l’univers est mal exploité. Je voulais vraiment qu’Audrey Carlan nous propose un univers novateur, et ça aurait pu le faire car certains détails sont intéressants, mais totalement éclipsé par cette mascarade amoureuse digne d’une télé-novella espagnole ou le mec baraqué aurait la voix d’une gamine de douze ans. Quand Rex annonce à ses frères qu’il a revendiqué Shay pour être sa femme, j’ai cru que j’allais mourir de rire… « Avec un engagement aussi déterminé que celui que je ressens au fond de mon âme, je prononce les mots qu’ils ont tous besoin d’entendre : – J’ai demandé à Shay O’Donnell de devenir ma chérie. » Problème de traduction ? Tu l’entends là le mec baraqué qui mesure 1m93 qui débite cette phrase devant 20 gars autour d’une table ? 20 bikers j’entends… Bref, j’ai déchanté très vite et ce fut une succession de scène qui m’ont donné les larmes aux yeux. Le langage n’est pas tellement adapté à l’univers que j’ai cru que rien n’étais raccord avec l’ambiance d’un club de bikers. J’ai eu du mal à trouver les situations crédibles. DU SEXE… ET ENCORE DU SEXE… Sur un roman de 157 pages, difficile de ne pas tomber dans la surenchère de scènes érotiques, ce fut pourtant le cas ici. Nos héros ont un coup de foudre, ils couchent ensemble quelques heures plus tard et se promettent fidélité encore plus vite. Sur le principe, je peux me laisser convaincre car je crois dur comme fer, ou devrais-je dire, dur comme la bite de Rex, au coup de foudre. Le coup de foudre c’est soudain et rapide, et j’y crois ! Mais dans le contexte de Shay et Rex, j’ai eu du mal à me laisser aller à aimer leur histoire. Pour plusieurs raisons, j’ai été refroidie. Tout d’abord, à cause du côté cru de l’histoire. Qu’on se le dise, les bikers ne sont pas toujours des enfants de cœur, ils aiment la baise et le danger, et je kiffe ça quand c’est bien exploité. Ici, et bien flop ! C’est un mix entre différents genres, on dirait que l’autrice a essayé de rendre l’univers des bikers plus doux et plus sain mais en retirant l’essence même de ce genre de club. Nos héros ont des rapports sexuels non protégés dès la première étreinte, ce qui est pour moi un gros manquement, surtout quand on sait que Rex a écumé toute la Californie, je doute qu’il ait eu le temps de passer faire un petit dépistage avant de coller son « gros mammouth » dans la « petite chatte toute chaude » de Shay. Mais passons. Je sais que je chipote, que certaines pensent que les capotes dans les scènes érotiques c’est pas sexy, toussa toussa, et bien pour moi je suis désolé mais c’est important. Le plus gros choc à mes yeux est la façon dont la femme est traitée dans le roman, et c’est le seul principe qui me tentait avec cette série, c’est qu’Audrey Carlan nous a habitué à mettre les femmes à l’honneur, à leur donner la vedette et à rétablir l’égalité homme/femme dans certains univers. Et ici, je tombe sur une scène où Rex maltraite une des filles du club ?!? Mais WTF ! C’est une pute à bikers et alors ? Cela justifie qu’il la malmène en la virant de sa chambre en la tirant par les cheveux et en la traitant de salope ? HUM ! Non, NO WAY ! Alors, je sais très bien qu’il s’agit-là d’une fiction, au même titre qu’un thriller où il y a de la violence et des meurtres… mais je n’ai pas pu m’empêcher d’être choquée car dans le contexte de ce roman court, cela détonne totalement avec le principe de faire des histoires qui mettent les femmes à l’honneur. Ensuite la mère de Shay lui donne des conseils pour bien tenir son homme grâce au sexe, car c’est bien connu que tout ce qu’une femme a à offrir c’est son minou ?!? « – Oui, ma chérie. Le meilleur atout dont tu disposes en tant que femme est le trésor que tu caches entre tes cuisses. Les bikers n’aiment pas qu’on les prive de leur miel. Ils n’aiment pas ça du tout. Et donc, quand une situation se présente où tu as besoin de toute l’écoute de ton homme, tu fais ce que tu as à faire. » J’avoue que j’ai vu rouge. Parce que je m’attendais à un roman où l’héroïne serait une femme Badass qui s’impose dans un milieu masculin rude et un peu fermé, et au lieu de ça j’ai une nana qui mouille en permanence et qui ne pense qu’à son homme. Elle est où l’indépendance, l’égalité des sexes ? Parce que dans tout le roman, c’est Rex qui impose et qui obtient tout… Même s’il vénère « sa femme », « sa pussycat », « son minou », ou tout autre petit nom qu’il donne à Shay, je suis désolée mais pour moi le contrat n’est pas rempli. EN BREF : Si vous êtes arrivés jusqu’ici, bravo ! J’avais besoin de parler de cette déception car je m’attendais à tout autre chose de la part d’Audrey Carlan qui a toujours su toucher ma sensibilité de femme et de lectrice. C’est d’autant plus une déception car j’adore l’univers des bikers et qu’ici j’ai eu l’impression que ce n’était qu’un décor fade et sans âme. Je n’ai pas aimé les personnages, ni leur histoire et encore moins le déroulement de l’intrigue qui finalement est comme inexistante. Je n’ai pas pour habitude d’être aussi dure dans mes avis, je suis plutôt partisane du juste milieu. J’aurai pu aimer cette histoire sur le papier, dans les faits ce ne fut pas le cas. Je doute vraiment que les lectrices qui aiment vraiment les bikers trouvent leur bonheur avec cette série. Mais je peux aussi me tromper, et le mieux que vous puissiez faire, c’est de tenter l’aventure.