Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

La saga de Gunnlaugr Langue-de-serpent | La saga de Hallfredr le Scalde difficile

Date de sortie le 23 février 1999
Ces sagas de poètes ou de scaldes, puisque tel est le nom du poète, ont l'originalité de broder, avec toutes les restrictions qu'imposait la vision islandaise des choses, sur le motif amoureux. Elles... Lire la suite

Livraison estimée le mercredi 21 octobre 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Ces sagas de poètes ou de scaldes, puisque tel est le nom du poète, ont l'originalité de broder, avec toutes les restrictions qu'imposait la vision islandaise des choses, sur le motif amoureux. Elles conjuguent des aventures héroïques, de nombreux extraits de poèmes, et les heurs et malheurs amoureux du héros.

Caractéristiques

Titre La saga de Gunnlaugr Langue-de-serpent | La saga de Hallfredr le Scalde difficile
Traducteur Régis Boyer
Editeur Joseph K
Date de parution 23 février 1999
Nombre de pages 160 pages
Dimensions 21,00 cm x 14,00 cm
Poids 195 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-910686-20-5 - 9782910686208

4/5

Louis_LUCAS

Le 17/06/2018

Ah, la lecture, mon activité favorite ! Combien de kilomètres ai-je parcouru grâce à toi ? Combien de territoires ai-je défriché grâce à toi ? Depuis que je me suis entiché de l'Islande et que j'ai entendu (lu ?) pour la première fois le nom de Snorri Sturluson, de longues heures de lecture se sont écoulé, de longues heures à dériver lentement, à quitter la géographie courue afin de découvrir un trésor de littérature que je ne connaissais pas : les sagas. Bien entendu, je savais qu'il y avait bien plus à savoir sur les Vikings que l'image barbare que l'on nous a si longtemps donné, mais sans la lecture aussi passionnante que difficile (pour le néophyte que je suis) de "L'Islande médiévale" de Régis Boyer, jamais je n'aurais eu ce livre entre les mains. Des sagas islandaises qui ont traversé le temps et qui sont encore lisibles à notre époque, il y en a beaucoup alors pourquoi celles-là ? Pour le coup, j'avoue, je suis resté - du mieux que je pouvais - en terrain connu et ai choisi de rester en compagnie de Régis Boyer, traducteur et "annotateur zélé" de "La saga de Gunnlaugr - langue-de-serpent" et de "La saga de Hallfredr - le scalde difficile". Selon la quatrième de couverture, l'originalité de ces deux sagas est qu'elles proposent toutes deux un motif amoureux, thème rarement développé dans les sagas de scaldes. Si dans « La saga de Gunnlaugr – langue de serpent », nous avons droit à un triangle amoureux relativement classique, dans le cas de « La saga de Hallfredr le scalde difficile », les tenants et les aboutissants sont plus fluctuants et témoignent de la complexité du sujet dans l'Islande de l'époque. Le « motif amoureux » sert dans les deux cas de fil conducteur. Il en découle une succession d'affrontements, de rebondissements avec à la clef pour le héros un authentique parcours initiatique dans lequel il doit montrer sa valeur. La lecture de ces sagas n'est pas toujours aisée, car elles font intervenir nombre de personnages qui sont introduits, disons, d'une façon exhaustive, un peu comme dans l'Ancien Testament, à savoir que l'on nous présente à chaque fois leur généalogie, ascendants comme descendants. Pour certains d'entre eux, l'auteur, inconnu, évoque les sagas dans lesquelles ils apparaissent. Ainsi, dans « La saga de Gunnlaugr », on croise brièvement Hallfredr le scalde difficile. Plus on avance dans la lecture, plus l'impression qu'il nous manque certains éléments se fait ressentir. L'idée qu'il faudra lire l'ensemble des sagas cités pour mieux saisir les enjeux de chacune d'entre elles fait peu à peu son petit bout de chemin. Une fois n'est pas coutume, je loue le cheminement intellectuel qui m'a mené jusqu'à ces sagas, car honnêtement, si je n'avais pas lu « L'Islande médiévale » de Régis Boyer qui dépeint par le menu les us et coutumes des Vikings de l'époque, leur histoire et tout particulièrement la christianisation du pays (Hallfredr peine à accepter la sienne.), les rites, l'organisation de la société et de la famille islandaise, je n'aurais pas pu apprécier comme il se doit ces sagas. Inutile en revanche d'être spécialiste des langues scandinaves pour voir combien elles ont influencé la littérature, même la plus contemporaine. Je pense que J.R.R. Tolkien, George R.R. Martin et, de manière générale, la plupart des auteurs d'heroïc-fantasy, leur sont redevables. Gunnlaugr et Hallfredr sont aventuriers et scaldes (poètes), l'un ne va pas sans l'autre, et déclament en toutes circonstances flokr, visa ou autres drapa comme les personnages de Tolkien seront aventuriers et chansonniers. Ces deux sagas mettent en scène des personnages guerriers, mais aussi stratèges, soucieux de leur destin, mais également conscients qu'ils font partie d'un tout et qu'il faut parfois intriguer pour essayer de se réaliser. S'il y avait un parallèle à faire avec l'oeuvre de Martin, ce serait celui-là. Comme je le disais précédemment, la lecture de ces sagas n'est pas toujours facile, mais elle ne se fait pas sans filet, Régis Boyer y avait veillé. Bien entendu, vous pouvez partir à l'aventure et lire ces deux histoires librement, mais faire l'impasse sur les annotations de Régis Boyer serait une erreur car elles enrichissent la lecture et sont même indispensables pour appréhender la poésie scaldique, ses allégories, ses hyperboles, sa métrique singulière. Pour l'avoir testé, lire la saga et enrichir au fur et à mesure sa lecture par les annotations est trop rébarbatif et empêche de s'imprégner de l'histoire. À mon sens, il est préférable de les lire une fois la saga terminée avant d'entamer la deuxième, cela donne une lumière nouvelle sur l'histoire et cela permet d'éviter d'oublier certains détails difficiles à mémoriser. Tout dépend, bien entendu, des habitudes de lecture. Une chose est sûre, mon périple islandais n'est pas prêt de s'achever et la prochaine étape sera sans doute un gros morceau : « L'Edda » de Snorri Sturlusson.