Livraison offerte dans + de 600 points de retrait E.Leclerc
camion
Livraison à domicile offerte* !

Prêt à feuilleter

Une chambre à soi

de Virginia Woolf , date de sortie le 16 mai 2001
Un pamphlet où l'auteur s'interroge sur le fait qu'à travers l'histoire, tant de génies féminins ont été réduits au silence, voire condamnés à s'ignorer.
Lire la suite

Livraison estimée le mercredi 24 juin 2020

 RETRAIT OFFERT
en magasin E.Leclerc

Livraison offerte à domicile*. Voir conditions.


La fiche détaillée

Résumé

Un pamphlet où l'auteur s'interroge sur le fait qu'à travers l'histoire, tant de génies féminins ont été réduits au silence, voire condamnés à s'ignorer.

Caractéristiques

Titre Une chambre à soi
Traducteur Clara Malraux
Editeur 10-18
Date de parution 16 mai 2001
Nombre de pages 171 pages
Dimensions 18,00 cm x 11,00 cm
Poids 120 g
Support Broché
ISBN / EAN 2-264-03360-6 - 9782264033604

5/5

palamede

Le 02/06/2016

Virginia Woolf analyse avec ironie les causes du silence littéraire des femmes pendant de nombreuses décennies. Pour elle si les hommes jugent les femmes inférieures et les cantonnent dans des tâches subalternes c'est pour éviter de mettre en danger leur confiance en eux. Et comme les femmes qui n'ont pas accès aux études et ne sont pas autorisées à travailler sont dépendantes financièrement et intellectuellement, elles sont dans l'impossibilité de penser aux choses en elles-mêmes, donc d'écrire. Heureusement au XIXe siècle des femmes ont bravé les interdits. Emily et Charlotte Brontë, George Eliot et surtout Jane Austen ont écrit, même si elles l'ont fait en cachette, sans chambre à elle pour s'isoler. Elles sont celles qui ont permis aux femmes d'accéder à la création littéraire. Des femmes qui par la suite ont acquis pour la plupart une indépendance financière grâce à leurs écrits. Avec ce discours féministe Virginia Woolf montre les contraintes au développement de la littérature féminine dans une société patriarcale, mais aussi que " la littérature élisabéthaine aurait été très différente de ce qu'elle est si le féminisme avait pris naissance au XVIe siècle et non au XIXe."